Extension Factory Builder
31/01/2013 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Chambre froide au Kibboutz de Mizra, l'un des 26 élevages de porc du pays. Chambre froide au Kibboutz de Mizra, l'un des 26 élevages de porc du pays. © Sipa

À l'heure ou le statut des juifs orthodoxes fait débat en Israël, bon nombre de citoyens manifestent peu d'empressement à suivre les commandements divins.

Deux cent quarante-huit « tu feras », trois cent soixante-cinq « tu ne feras pas » : bien sage le croyant qui saura respecter chacun des six cent treize mitzvot, ou commandements, de la tradition juive. Certains sont bien connus, « ne pas manger d'animaux non casher », d'autres plus obscurs, « le maître ne peut vendre sa servante », et beaucoup semblent assez archaïques, comme la prescription de « briser la nuque d'une génisse dans la rivière d'une vallée suite à un meurtre non résolu ». En Israël, où la stricte orthodoxie séduit un nombre croissant de la population, les mitzvot ordonnent la vie des rigoristes haredim (les « craignant-Dieu »), de l'intimité familiale jusqu'au scandale diplomatique, quand le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, refusa, en mai 2012, de serrer la main de son homologue belge : c'est une femme et la loi divine lui interdit de la toucher...

Mais les zélateurs de Yahvé ne sont pas les seuls à fouler la Terre promise et bien des entorses aux mitzvot s'y produisent à chaque instant. On croirait ainsi l'État juif exempt de toute présence porcine, le suidé étant aussi insupportable aux disciples de Moïse qu'à ceux de Mohammed. Que nenni ! Une loi de 1962 l'avait bien banni du territoire, mais une faille légale a permis la poursuite de son élevage dans le nord peuplé de chrétiens. L'industrie a prospéré et la chaîne de supermarchés Tiv Ta'am vend à nombre de clients juifs les côtelettes et le lard produits dans vingt-six exploitations, dont le kibboutz de Mizra. Premiers amateurs, les Juifs de Russie, venus par dizaines de milliers dans les années 1990 et qui ont conservé les traditions culinaires peu casher de leur terre d'origine, le cochon mais aussi le caviar, également prohibé.

Conversions

Et Tiv Ta'am pousse la transgression jusqu'à proposer ses viandes impies le jour du sabbat où, par décret divin, toute activité est proscrite. Malgré les recours répétés en justice et les tournées policières pour amender les contrevenants, de nombreux épiciers persistent à ouvrir durant ce jour sacré dans les villes les plus laïques du pays. Car si Jérusalem la conservatrice semble le samedi goûter un repos immobile, Tel-Aviv la libertaire trépide. En février 2012, sa municipalité s'est attiré les foudres des religieux quand elle a formulé le projet de faire rouler des bus municipaux le jour du sabbat : Israël « est un État juif, ce qui implique que les transports en commun ne fonctionnent pas à sabbat », a fulminé le grand rabbin de la ville. On n'oserait dénombrer les atteintes aux mitzvot perpétrées dans cette Mecque méditerranéenne de la fête, sacrée meilleure destination gay en 2011.

Quatre cents à cinq cents Juifs se convertiraient chaque année, pour la plupart vers le christianisme.

Des déviances qui suscitent moins l'ire des orthodoxes que celles qui s'attaquent au fondement même de l'alliance entre Yahvé et son peuple et menacent sa perpétuation. En juin 2012, le quotidien Haaretz publie une longue enquête sur les parents qui, en nombre croissant, refusent la circoncision de leurs fils. Non croyants, répugnant à imposer ce qu'ils considèrent comme un acte de défiguration corporelle ou refusant d'infliger cette souffrance aux nouveau-nés, ils s'abstiennent de pratiquer ce que le ministère de la Santé précise considérer « non comme une intervention chirurgicale mais comme un acte religieux en Israël ».

Plus problématique encore pour l'avenir de la judaïté en Israël, des bataillons de missionnaires chrétiens et musulmans mènent en Terre sainte des offensives prosélytes tout à fait légales. Selon le ministère de la Justice, quatre cents à cinq cents Juifs se convertiraient chaque année, pour la plupart vers le christianisme. Une apostasie dont certains font un geste politique, à l'image du Dr Uri Davis, fondateur du Mouvement contre l'apartheid israélien en Palestine, qui, en désaccord profond avec la politique de l'État hébreu, a embrassé l'islam avant d'épouser une militante du Fatah palestinien : l'itinéraire d'un traître pour la droite israélienne... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète d[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Arabie saoudite : qui était le roi Abdallah ?

Souffrant d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 90 ans. Retour sur la vie de ce monarque et acteur clé de la complexe géopolitique[...]

Arabie Saoudite : #JeSuisRaif Badawi, un hashtag contre l'obscurantisme

Avec #JeSuisRaif, une mobilisation d'ampleur en faveur de la libération du blogueur saoudien Raif Badawi s'est engagée sur internet. Décryptage de cette mobilisation en ligne.[...]

Yémen : que contient l'accord entre le président et les miliciens chiites qui occupent Sanaa ?

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi et les miliciens chiites ont conclu mercredi soir un accord qui prévoit le retrait des rebelles des secteurs clés de la capitale, en échange de concessions sur le[...]

Yémen : qui sont les Houthi, les miliciens chiites qui ont pris le contrôle de Sanaa ?

Les miliciens chiites houthi se sont emparés mardi du palais présidentiel à Sanaa, la capitale du Yémen. Menés par Abdel Malek al-Houthi, ils menacent désormais le sud du pays.[...]

François Hollande : "Les musulmans sont les premières victimes du fanatisme" dans le monde

Le président français a prononcé jeudi matin un discours lors de l’ouverture d’un forum consacré aux "Renouveaux du monde arabe", à l’Institut du monde arabe (IMA),[...]

Arabie saoudite : "Je suis Raef Badaoui", trois questions sur une injustice

Condamné en mai 2014 pour avoir critiqué les autorités religieuses d'Arabie saoudite, Raef Badaoui a été fouetté en public le 9 janvier. Une flagellation qui sera renouvelée chaque[...]

Cinéma : une femme sous les bombes

Eau argentée, le documentaire du Syrien Ossama Mohammed, doit beaucoup aux images tournées à Homs par sa coréalisatrice, Wiam Simav Bedirxan. Rencontre à Paris.[...]

Israël ne permettra pas que ses soldats soient "traînés" devant la CPI

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu dimanche qu'Israël s'opposerait à toute poursuite de ses soldats par la Cour pénale internationale (CPI), à laquelle les Palestiniens viennent de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p046.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p046.xml0 from 172.16.0.100