Extension Factory Builder
24/01/2013 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Cheikh Tidiane Gadio est président de l'Institut panafricain de stratégies.

L'arrivée de Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA) traduit-elle une volonté de la première puissance du continent d'accepter enfin d'exercer son leadership en Afrique ? Si c'était le cas, ce serait une bonne nouvelle ! En effet, l'Afrique du Sud, alliée dans le cadre des Brics à quatre mastodontes, dont trois sont des États fédéraux (Inde, Brésil et Russie), a bien compris que le XXIe siècle appartenait aux global players, aux grands ensembles candidats au statut de puissance mondiale. Elle a aussi saisi l'importance de ce que Cheikh Anta Diop avait commencé à prêcher dans les années 1950 : que l'urgence est « de faire basculer l'Afrique, une bonne fois pour toutes, sur la pente de son destin fédéral » !

Parce qu'elle a connu l'apartheid et les années d'exil, puis les lourdes responsabilités de ministre de la Santé dans un pays ravagé par le sida, avant de devenir la première femme à occuper, en Afrique du Sud, les fonctions de ministre des Affaires étrangères puis de l'Intérieur, Nkosazana Dlamini-Zuma a un caractère bien trempé. Elle saura relever les défis qui assaillent le continent. Sa tâche toutefois sera difficile, tant la présidence de la Commission de l'UA rappelle ce champion de lutte que l'on a préparé à un combat historique, mais à qui on a pris soin, avant de le lâcher dans l'arène, d'attacher les mains dans le dos tout en lui disant bonne chance. J'ai, dans le passé, été témoin des immenses frustrations ressenties par mes aînés et amis Amara Essy, Alpha Oumar Konaré et Jean Ping. Tous ont incarné jusqu'à la caricature ce lutteur aux poings liés.

En vérité, ce poste a été conçu dans un format qui mène fatalement à la paralysie. Comment peut-on avoir 54 patrons, 54 chefs d'État qui peuvent, individuellement ou collectivement, vous convoquer, vous sermonner et vous réprimander ? Comment diriger un vice-président et des commissaires qui tirent tous leur légitimité d'une élection avalisée par les chefs d'État ?

Lourd boulet que celui que Dlamini-Zuma, la présidente de la Commission, a reçu en héritage.

La présidence Zuma doit malgré tout signer une rupture profonde, qui commencera forcément par la réforme de la Commission, par la modification du mode de recrutement de ses membres, des critères de performance opposables aux commissaires et aux autres employés, et par le droit à se séparer d'un collaborateur incapable de remplir ses tâches.

Alors que 30 000 fonctionnaires sont employés par l'Union européenne, 700 personnes seulement, aux compétences parfois inégales, gèrent les problèmes d'un continent qui occupe plus de 70 % de l'agenda du Conseil de sécurité des Nations unies, à New York. C'est un problème.

L'autre handicap majeur, c'est cette attitude qui consiste à dire qu'il faut « des solutions africaines aux problèmes africains ». Soit. Mais pourquoi se précipiter ensuite à Bruxelles pour financer « la solution africaine au problème africain » qu'est la nécessaire libération du Mali ?

Nkosazana Dlamini-Zuma devra refuser de se transformer en sapeur-pompier continental, tentant d'éteindre un incendie après l'autre, courant de conflit en conflit. Pourtant de graves problèmes l'attendent : le Mali, aux prises avec le terrorisme ; l'éléphant RD Congo, toujours debout et renaissant mais continuellement blessé depuis 1960 ; le Soudan démantelé en deux États, tels des frères siamois que les chirurgiens peineraient à séparer ; la Somalie, en refondation mais toujours menacée par l'hydre terroriste ; la Côte d'Ivoire, où la réconciliation est difficile mais indispensable ; la chaise injustement vide du Maroc... Voici le boulet lourd que Mme Zuma a reçu en héritage.

L'ayant « pratiquée » pendant près de dix ans, j'ai espoir - mieux : j'ai confiance - en sa capacité d'innovation et de rupture. L'UA connaîtra de profondes transformations sous sa présidence. Et puisque l'adage dit qu'un problème bien posé est à moitié résolu, elle a eu raison de placer « son » premier sommet sous le signe du « pan­africanisme et [de la] renaissance africaine ». Le problème de l'Afrique est de s'unir ou de périr, et c'est là un clin d'oeil historique à Nkrumah, Cheikh Anta Diop, Nyerere, Mohammed V et tous les autres... Le destin fédéral de l'Afrique que l'on croyait enterré est en train de renaître. Pour le plus grand bonheur des Africains.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p035.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p035.xml0 from 172.16.0.100