Extension Factory Builder
22/01/2013 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Militaires français sur une base aérienne malienne, près de Bamako. Militaires français sur une base aérienne malienne, près de Bamako. © Reuters

Tiébilé Dramé (en photo ci-dessous) est un ex-ministre des Affaires étrangères du Mali et président du Parti pour la renaissance nationale (Parena).

« N'an laara, an saara » (« Si nous restons passifs, nous serons anéantis »), selon Joseph Ki-Zerbo. De loin, j'aurais préféré que la mission qu'accomplissent les soldats français au Mali soit assurée par une armée africaine. Mais la mise en place d'une telle opération aurait pris un temps que la coalition jihadiste allait mettre à profit pour s'emparer de la base militaire de Sévaré, dotée d'un aéroport, et de la ville de Mopti. Les conséquences psychologiques et politiques d'une telle déroute auraient été désastreuses.

La prompte intervention de l'armée française a empêché le Mali de plonger dans le chaos qu'aurait entraîné le renversement programmé du président de transition, Dioncounda Traoré, par une coalition hétéroclite de partis populistes et d'organisations extrémistes. La simultanéité de l'agression terroriste et des activités séditieuses et déstabilisatrices à Bamako laisse perplexe.

Disons-le haut et fort, l'intervention française au Mali n'est pas une guerre coloniale. Elle n'est pas non plus une guerre néocoloniale dans la pure tradition de la Françafrique. C'est une guerre juste visant à affranchir tout un peuple opprimé et humilié, et à libérer les trois quarts du territoire d'un État souverain tombés sous le contrôle de groupes armés étrangers qui y instaurent une dictature obscurantiste de type moyenâgeux : viols, mariages forcés, femmes « épousées » par plusieurs miliciens, amputations, lapidations jusqu'à la mort, privation des libertés, destruction du patrimoine culturel, plusieurs centaines de milliers de déplacés et de réfugiés...

Aider les Maliens, dont l'armée et l'État se sont effondrés, à rompre les chaînes de l'oppression et de la barbarie est un acte de liberté et de démocratie.

Tel est le sombre tableau du Mali sous occupation. Aider les Maliens, dont l'armée et l'État se sont effondrés, à rompre les chaînes de l'oppression et de la barbarie est un acte de liberté et de démocratie. Et bientôt, l'armée française sera rejointe par les armées africaines décidées à verser leur sang pour la libération du Mali. Le Mali sera alors réunifié. L'autorité et la souveraineté de l'État seront à nouveau exercées sur toute l'étendue du territoire grâce à une mobilisation sans précédent de l'Afrique et de la communauté internationale.

Alors viendra l'heure de vérité pour les Maliens qui n'auront plus droit à aucune erreur, la disponibilité et la patience du monde n'étant pas sans limites. Ils devront immanquablement, sous la forme d'un dialogue national, apporter des réponses aux questions suivantes : comment s'est brisée la « vitrine » de la démocratie africaine ? Pourquoi l'armée et l'État se sont-ils effondrés ? Où étions-nous quand la gangrène de la corruption métastasait ? Qu'avons-nous fait et dit quand le narcotrafic prenait l'État en otage ? Qu'avons-nous fait pour empêcher l'installation de groupuscules jihadistes dans les montagnes de l'Adrar ? Où étions-nous quand les colonnes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) descendaient du Timétrine et se promenaient sur les rives du lac Faguibine et dans la forêt du Wagadu ?

Si nous ne jouons pas à l'autruche du désert, un nouveau pacte national définissant les relations entre toutes les communautés, égales en droits et en devoirs, et un nouveau pacte de refondation de la République régiront les contours d'un nouveau Mali, qui émergera de l'annus horribilis qu'a été 2012.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers