Extension Factory Builder
24/01/2013 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rebelles du Nord, à Gao, le 14 janvier. Rebelles du Nord, à Gao, le 14 janvier. © AFP

Depuis le début de l'intervention militaire franco-africaine au Mali, les groupes islamistes armés ont subi des pertes humaines et matérielles. Mais restent dotés de moyens importants.

  • Pertes humaines

Les pertes d'Aqmi, du Mujao et d'Ansar Eddine ont pour l'essentiel été subies lors de la bataille de Konna, à partir du 9 janvier (une centaine de morts selon les estimations d'experts militaires français), ainsi que durant les bombardements des villes de Kidal, Douentza et Gao menés dès le 12 janvier (une soixantaine de morts). Ce type d'opération a été renouvelé à Léré, où se trouvaient des réserves de munitions et de carburant, dans la nuit du 13 au 14 janvier.

S'ajoutent des attaques contre des objectifs d'opportunité : on peut supposer que les jihadistes perdent quelques dizaines d'hommes au cours de tels raids, comme récemment à Tombouctou.

Des cadres auraient également disparu, en particulier deux lieutenants d'Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine. Autre « dommage humain » : l'atteinte portée au moral de l'adversaire. De fait, de nombreux auxiliaires ou transfuges du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) ont cédé à la panique et se sont dispersés. Et la chaîne de commandement d'Ansar Eddine a ainsi été disloquée. Une partie de ses combattants, menés par Alghabass Ag Intalla, ont en outre fait sécession et rélament désormais l'arrêt des hostilités.

  • Puissance de feu réduite

Les pertes de matériel sont plus faciles à estimer par les militaires, grâce aux missions menées par les Mirage et aux observations de toutes natures (satellites, drones, forces spéciales au sol). Dans les premiers jours de l'opération Serval, les jihadistes auraient perdu environ une quarantaine de véhicules légers - dont plusieurs armés de mitrailleuses lourdes ou de lance-roquettes -, au moins quatre blindés et onze chars légers, qui avaient été pris à l'armée malienne.

  • Logistique désorganisée

La destruction des infrastructures est une priorité : à moyen terme, cela nuira à la cohésion des groupes armés par l'érosion de leur commandement, et provoquera des difficultés d'approvisionnement en carburant et en munitions. En outre, l'anéantissement des camps d'entraînement, déjà bien avancé, entravera le recrutement de nouveaux combattants.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers