Extension Factory Builder
24/01/2013 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rebelles du Nord, à Gao, le 14 janvier. Rebelles du Nord, à Gao, le 14 janvier. © AFP

Depuis le début de l'intervention militaire franco-africaine au Mali, les groupes islamistes armés ont subi des pertes humaines et matérielles. Mais restent dotés de moyens importants.

  • Pertes humaines

Les pertes d'Aqmi, du Mujao et d'Ansar Eddine ont pour l'essentiel été subies lors de la bataille de Konna, à partir du 9 janvier (une centaine de morts selon les estimations d'experts militaires français), ainsi que durant les bombardements des villes de Kidal, Douentza et Gao menés dès le 12 janvier (une soixantaine de morts). Ce type d'opération a été renouvelé à Léré, où se trouvaient des réserves de munitions et de carburant, dans la nuit du 13 au 14 janvier.

S'ajoutent des attaques contre des objectifs d'opportunité : on peut supposer que les jihadistes perdent quelques dizaines d'hommes au cours de tels raids, comme récemment à Tombouctou.

Des cadres auraient également disparu, en particulier deux lieutenants d'Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine. Autre « dommage humain » : l'atteinte portée au moral de l'adversaire. De fait, de nombreux auxiliaires ou transfuges du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) ont cédé à la panique et se sont dispersés. Et la chaîne de commandement d'Ansar Eddine a ainsi été disloquée. Une partie de ses combattants, menés par Alghabass Ag Intalla, ont en outre fait sécession et rélament désormais l'arrêt des hostilités.

  • Puissance de feu réduite

Les pertes de matériel sont plus faciles à estimer par les militaires, grâce aux missions menées par les Mirage et aux observations de toutes natures (satellites, drones, forces spéciales au sol). Dans les premiers jours de l'opération Serval, les jihadistes auraient perdu environ une quarantaine de véhicules légers - dont plusieurs armés de mitrailleuses lourdes ou de lance-roquettes -, au moins quatre blindés et onze chars légers, qui avaient été pris à l'armée malienne.

  • Logistique désorganisée

La destruction des infrastructures est une priorité : à moyen terme, cela nuira à la cohésion des groupes armés par l'érosion de leur commandement, et provoquera des difficultés d'approvisionnement en carburant et en munitions. En outre, l'anéantissement des camps d'entraînement, déjà bien avancé, entravera le recrutement de nouveaux combattants.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Exclusif - Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d'entraide judiciaire de la France au Mali

Rebondissement dans l'enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupçonnant certains hommes d'affaires maliens d'être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex