Extension Factory Builder
24/01/2013 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rebelles du Nord, à Gao, le 14 janvier. Rebelles du Nord, à Gao, le 14 janvier. © AFP

Depuis le début de l'intervention militaire franco-africaine au Mali, les groupes islamistes armés ont subi des pertes humaines et matérielles. Mais restent dotés de moyens importants.

  • Pertes humaines

Les pertes d'Aqmi, du Mujao et d'Ansar Eddine ont pour l'essentiel été subies lors de la bataille de Konna, à partir du 9 janvier (une centaine de morts selon les estimations d'experts militaires français), ainsi que durant les bombardements des villes de Kidal, Douentza et Gao menés dès le 12 janvier (une soixantaine de morts). Ce type d'opération a été renouvelé à Léré, où se trouvaient des réserves de munitions et de carburant, dans la nuit du 13 au 14 janvier.

S'ajoutent des attaques contre des objectifs d'opportunité : on peut supposer que les jihadistes perdent quelques dizaines d'hommes au cours de tels raids, comme récemment à Tombouctou.

Des cadres auraient également disparu, en particulier deux lieutenants d'Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine. Autre « dommage humain » : l'atteinte portée au moral de l'adversaire. De fait, de nombreux auxiliaires ou transfuges du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) ont cédé à la panique et se sont dispersés. Et la chaîne de commandement d'Ansar Eddine a ainsi été disloquée. Une partie de ses combattants, menés par Alghabass Ag Intalla, ont en outre fait sécession et rélament désormais l'arrêt des hostilités.

  • Puissance de feu réduite

Les pertes de matériel sont plus faciles à estimer par les militaires, grâce aux missions menées par les Mirage et aux observations de toutes natures (satellites, drones, forces spéciales au sol). Dans les premiers jours de l'opération Serval, les jihadistes auraient perdu environ une quarantaine de véhicules légers - dont plusieurs armés de mitrailleuses lourdes ou de lance-roquettes -, au moins quatre blindés et onze chars légers, qui avaient été pris à l'armée malienne.

  • Logistique désorganisée

La destruction des infrastructures est une priorité : à moyen terme, cela nuira à la cohésion des groupes armés par l'érosion de leur commandement, et provoquera des difficultés d'approvisionnement en carburant et en munitions. En outre, l'anéantissement des camps d'entraînement, déjà bien avancé, entravera le recrutement de nouveaux combattants.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a annoncé[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers