Extension Factory Builder
23/01/2013 à 15:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le site gazier d'In Amenas, attaqué par un commando jihadiste le 16 janvier. Le site gazier d'In Amenas, attaqué par un commando jihadiste le 16 janvier. © Statoil/AFP

L'attaque terroriste sur le site gazier d'In Amenas place Alger en première ligne dans un conflit qui s'internationalise.

En affichant son hostilité à toute idée d'intervention militaire étrangère, et plus précisément occidentale, dans la crise malienne, le président Abdelaziz Bouteflika expliquait à ses nombreux visiteurs étrangers sa crainte d'un débordement du conflit sur le territoire algérien. Et apparemment, il avait vu juste : cinq jours après le déclenchement de l'opération Serval, un commando islamiste a investi, le 16 janvier, le site gazier d'In Amenas (1 300 kilomètres au sud-est d'Alger) situé à quelques encablures de la frontière libyenne, prenant le contrôle de la base de vie pour se retrancher dans une aile de cette infrastructure avec une quarantaine d'otages occidentaux. Ce gisement est exploité par un consortium mené par British Petroleum, comprenant également le norvégien Statoil, le nippon JGC et l'algérien Sonatrach.

Les assaillants, se réclamant de la brigade de Mouwaqqiiin bi-d-dam (« Ceux qui signent de leur sang ») - une organisation récemment créée par l'ex-émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Mokhtar Belmokhtar -, ont justifié leur attaque par la décision du gouvernement d'Abdelmalek Sellal d'autoriser le survol du territoire algérien par les avions militaires français même si l'on peut douter du fait qu'une telle opération ait pu être préparée en un laps de temps aussi court. Cette autorisation, une première dans l'histoire du pays, a créé un autre précédent puisqu'aucune installation pétrolière n'avait fait l'objet d'une attaque terroriste en Algérie, même au cours de la décennie noire, dans les années 1990, quand les groupes islamistes armés faisaient régner la terreur.

Jamais une installation pétrolière n'avait été attaquée durant les années 1990.

"Guerre néocolonialiste"

Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a mesuré l'importance de la décision d'Alger. « Il s'agit d'un soutien politique très fort à l'opération », a-t-il déclaré. Il n'était pas très loin de la réalité. En adoptant une telle démarche, le pouvoir avait conscience qu'une grande partie de l'opinion y serait opposée. Les partis de l'opposition, parmi lesquels le Front des forces socialistes (FFS de Hocine Aït Ahmed) et les trotskistes du Parti des travailleurs (PT de Louisa Hanoune), ont vivement dénoncé la décision d'Abdelaziz Bouteflika de donner sa bénédiction « à une guerre néocolonialiste ». La presse indépendante ne s'est pas privée de critiquer ce qu'elle a assimilé à « un bradage des principes et valeurs de la révolution algérienne ». C'est dire que la décision n'a pas été facile à prendre.

Le 10 janvier, date de l'avancée de la colonne islamiste sur Konna, dans la région de Mopti, Abdelaziz Bouteflika a convoqué le Conseil national de sécurité et l'a maintenu en session ouverte. L'analyse des renseignements recueillis a montré que le partenaire sur lequel Alger misait pour sa solution politique, à savoir Ansar Eddine, l'avait floué et participait à l'offensive. Deux décisions ont donc été prises : autorisation du survol même si celle-ci est peut-être intervenue après le décollage des Rafale de France le 13 janvier et fermeture de la frontière avec le Mali. Sur ce dernier point, il s'agit d'une formalisation juridique d'une situation de fait. Cette frontière est de facto considérée comme une zone militaire depuis le contrôle des régions du Nord-Mali, en avril 2012, par les jihadistes d'Aqmi et du Mujao et les combattants touaregs d'Ansar Eddine. Quant à l'autorisation du survol, elle a été présentée par Alger comme une réponse à une demande... malienne. Selon le quotidien arabophone indépendant El-Khabar, généralement bien informé sur les questions sécuritaires, citant un membre de l'état-major, « l'Algérie a donné une suite favorable car elle est liée par un accord signé en 2011 avec les gouvernements des pays du champ ». Cette formule désigne les quatre États (Algérie, Mali, Mauritanie et Niger) membres du Comité d'état-major opérationnel conjoint (Cemoc, basé à Tamanrasset), une structure qui a tout de même montré ses limites depuis le déclenchement de la crise malienne.

Après l'attaque d'In Amenas, il est évident que des têtes devraient tomber.

Dramatique

Il est cependant peu probable que le pouvoir algérien accepte d'aller plus loin dans son implication au Mali, à savoir une participation directe de l'armée. In Amenas ne restera toutefois pas sans conséquence. L'attaque a mis en évidence les dysfonctionnements du dispositif de sécurité autour des sites pétroliers, poumon économique du pays. Il est évident que des têtes devront tomber. Le flou entourant l'opération menée par l'armée algérienne pour mettre un terme à la prise d'otages a suscité bien des critiques dans les capitales étrangères concernées. Pourtant, une source proche de l'armée assure que « les Américains comme les Français avaient donné leur aval ». Reste que les médias et opinions publiques en France, aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou encore au Japon feront pression sur leurs gouvernements respectifs pour faire toute la lumière sur le déroulement « dramatique », pour reprendre les termes de François Hollande, de l'intervention musclée des Algériens.

Paris, Washington, Londres et Tokyo devraient donc demander des explications à Alger. Comme l'explique la politologue Louisa Aït Hamadouche dans les colonnes du quotidien El Watan, l'affaire In Amenas devrait amener « une révision de la doctrine stratégique de l'Algérie, notamment le sacro-saint principe selon lequel le pays ne peut pas, ne doit pas ou ne veut pas projeter ses forces à l'extérieur de son territoire ». Reste à savoir comment les autorités algériennes répondront à cette nouvelle donne induite par « une attaque qui implique l'Algérie de façon directe, pas seulement en tant qu'acteur politique mais aussi dans ses intérêts économiques stratégiques ainsi que dans ses relations avec ses partenaires internationaux ».

Carte du site gazier d'In Amenas

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers