Extension Factory Builder
24/01/2013 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La peinture monumentale de Bruce Clarke avant sa démolition. La peinture monumentale de Bruce Clarke avant sa démolition. © Fondation Zinsou

Sur ordre du ministre béninois de la Culture, une oeuvre de Bruce Clarke a été détruite. À coups de bulldozer.

La fière Africaine qui se dressait sur la plage de Ouidah, non loin de la Porte du non-retour, n'est plus. Il a suffi de quelques minutes à un bulldozer pour, le 15 janvier, réduire à néant l'oeuvre réalisée par l'artiste sud-africain Bruce Clarke en coopération avec huit plasticiens béninois.

Connu pour son engagement - notamment dans la lutte antiapartheid -, Clarke mène actuellement au Rwanda et au Bénin un projet d'envergure, « Les Hommes debout », démarche humaniste consistant à produire des oeuvres monumentales - des peintures d'Africain(e)s en pied - en hommage aux victimes du génocide et de l'esclavage. Le label « Route de l'esclave » lui a été octroyé par l'Unesco et l'installation de l'oeuvre aujourd'hui détruite avait été autorisée par le maire de Ouidah, à la demande de la Fondation Zinsou.

Banal mur

« Je suis atterré, confie Bruce Clarke. C'est un acte barbare. Quelle est la différence entre la destruction des oeuvres d'art islamique au Nord-Mali et celle de L'Homme debout ? Certains diraient l'intention : au Mali, on connaît la valeur de ce qu'on détruit, et on le fait pour imposer sa vision totalitaire de l'Histoire. Au Bénin, le ministre de la Culture, Jean-Michel Abimbola, plaide l'ignorance : il pensait détruire un banal mur. Dans d'autres pays, il serait poussé à la démission s'il avouait ainsi son ignorance. Et si celle-ci est feinte, à quel jeu joue-t-il ? »

En voyage, ledit ministre n'était pas disponible pour répondre aux questions de J.A. Richard Sogan, le directeur du Patrimoine culturel, justifie ainsi la destruction : « L'oeuvre se trouve dans le périmètre d'un monument qui est une composante du bien culturel "Route des esclaves" que le Bénin s'apprête à inscrire sur la liste du patrimoine mondial, et elle est installée sur le parcours rituel des temples Agbé et Dan de la collectivité Daagbo Hounnon. » Étrangement, cet argument et l'ordre de démolition ont été signifiés à la Fondation Zinsou le 16 janvier, soit un jour après la destruction, ne lui laissant aucune possibilité de réagir. Quoi qu'il en soit, pourquoi détruire quand on peut simplement enlever ? Le Bénin méritait sans doute mieux qu'une aussi négative publicité. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p015.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p015.xml0 from 172.16.0.100