Extension Factory Builder
24/01/2013 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La peinture monumentale de Bruce Clarke avant sa démolition. La peinture monumentale de Bruce Clarke avant sa démolition. © Fondation Zinsou

Sur ordre du ministre béninois de la Culture, une oeuvre de Bruce Clarke a été détruite. À coups de bulldozer.

La fière Africaine qui se dressait sur la plage de Ouidah, non loin de la Porte du non-retour, n'est plus. Il a suffi de quelques minutes à un bulldozer pour, le 15 janvier, réduire à néant l'oeuvre réalisée par l'artiste sud-africain Bruce Clarke en coopération avec huit plasticiens béninois.

Connu pour son engagement - notamment dans la lutte antiapartheid -, Clarke mène actuellement au Rwanda et au Bénin un projet d'envergure, « Les Hommes debout », démarche humaniste consistant à produire des oeuvres monumentales - des peintures d'Africain(e)s en pied - en hommage aux victimes du génocide et de l'esclavage. Le label « Route de l'esclave » lui a été octroyé par l'Unesco et l'installation de l'oeuvre aujourd'hui détruite avait été autorisée par le maire de Ouidah, à la demande de la Fondation Zinsou.

Banal mur

« Je suis atterré, confie Bruce Clarke. C'est un acte barbare. Quelle est la différence entre la destruction des oeuvres d'art islamique au Nord-Mali et celle de L'Homme debout ? Certains diraient l'intention : au Mali, on connaît la valeur de ce qu'on détruit, et on le fait pour imposer sa vision totalitaire de l'Histoire. Au Bénin, le ministre de la Culture, Jean-Michel Abimbola, plaide l'ignorance : il pensait détruire un banal mur. Dans d'autres pays, il serait poussé à la démission s'il avouait ainsi son ignorance. Et si celle-ci est feinte, à quel jeu joue-t-il ? »

En voyage, ledit ministre n'était pas disponible pour répondre aux questions de J.A. Richard Sogan, le directeur du Patrimoine culturel, justifie ainsi la destruction : « L'oeuvre se trouve dans le périmètre d'un monument qui est une composante du bien culturel "Route des esclaves" que le Bénin s'apprête à inscrire sur la liste du patrimoine mondial, et elle est installée sur le parcours rituel des temples Agbé et Dan de la collectivité Daagbo Hounnon. » Étrangement, cet argument et l'ordre de démolition ont été signifiés à la Fondation Zinsou le 16 janvier, soit un jour après la destruction, ne lui laissant aucune possibilité de réagir. Quoi qu'il en soit, pourquoi détruire quand on peut simplement enlever ? Le Bénin méritait sans doute mieux qu'une aussi négative publicité. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Soglo, Yayi, Kérékou : les 'fils de' briguent le suffrage universel au Bénin

Soglo, Yayi, Kérékou : les "fils de" briguent le suffrage universel au Bénin

Le 26 avril, les électeurs choisiront leurs députés. Parmi les candidats, les fils de trois hommes qui se sont retrouvés à la tête du pays. Une situation inédite qui fai[...]

Bénin : pourquoi les législatives du 26 avril sont cruciales

La campagne pour les élections législatives au Bénin bat son plein. Dimanche, près de 4,4 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour choisir les 83 députés qui[...]

Dossier Bénin : l'enfant terrible

Politique, société, économie, religion... "Jeune Afrique" dresse un portrait du Bénin d'aujourd'hui.[...]

Bénin : églises charismatiques, la multiplication des petits saints

Berceau du vaudou et fief catholique, le pays est souvent cité en exemple en matière de syncrétisme. Mais les mouvements charismatiques aux pratiques douteuses prolifèrent, au point qu'on ne[...]

Bénin : ces personnalités sortent du lot !

Ils exercent leurs talents dans la finance, le négoce international, le droit, le BTP ou l'informatique. Portrait de sept personnalités qui sortent du lot.[...]

Bénin : ces hommes politiques qui ont foi en leur étoile

Certains roulent pour Thomas Boni Yayi, d'autres sont en rupture de ban avec le pouvoir ou opposants de longue date. Tous ont un objectif commun : peser sur les prochains scrutins. Directement ou en coulisses.[...]

Qui est Jules-Armand Aniambossou, l'ambassadeur du Bénin en France ?

Pour l'ambassadeur Jules-Armand Aniambossou, la France est comme une seconde patrie. Ingénieur et ancien élève de l'ENA, il connaît toutes les arcanes de l'administration et des milieux[...]

Élections au Bénin : la valse des étiquettes

À un mois des législatives, majorité et opposition se réorganisent. Entre les retournements de veste et les alliances de dernière minute, on est pris de tournis.[...]

Régis Facia : "Au Bénin, les portes s'ouvrent plus facilement devant les Européens"

Créer son entreprise au Bénin relève du parcours d'obstacles. Le vice-président du patronat, PDG fondateur de Top Chrono, est bien placé pour en parler.[...]

Bénin : Lépi, ou l'épine dans le pied

Fiable, ultramoderne... On parait cette liste informatisée de toutes les qualités. Son actualisation a pourtant paralysé le système électoral béninois pendant deux ans. Et tout le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p015.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p015.xml0 from 172.16.0.100