Extension Factory Builder
23/01/2013 à 09:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de la vidéo 'Wa Hiya Benkirane' de Cheick Sar, sur Youtube. Capture d'écran de la vidéo "Wa Hiya Benkirane" de Cheick Sar, sur Youtube. © J.A.

Jusque-là partisan du PJD, l'artiste marocain Cheikh Sar déchante. Il dénonce désormais l'immobilisme du gouvernement Benkirane.

La vidéo Wa Hiya Benkirane (« Hé Benkirane ! » voir ci-dessous) est apparue sur YouTube le 6 janvier. Largement reprise sur les réseaux sociaux, elle totalise déjà des dizaines de milliers de vues. Sur l'air de la célèbre chanson de pop coréenne Gangnam Style, elle apostrophe le chef du gouvernement marocain : « Hé Benkirane, Benkirane ! Agis ! Trouve une solution, montre-nous ce que tu sais faire ! Épate-nous ! Ça fait longtemps qu'on attend le changement, mais on ne voit rien venir ! »

Un an après la victoire électorale du Parti de la justice et du développement (PJD), c'est son leader qui est directement visé. « Allez Benkirane ! Le peuple t'a choisi, tu es responsable maintenant ! Débrouille-toi, tu t'es mis dans le pétrin tout seul ! Prépare-toi à l'opposition ! Hé le populiste ! » Cheikh Sar, qui moque aussi la métamorphose des islamistes, passés « de la djellaba à la cravate », ne s'est pas toujours opposé à eux.

"Muslim forever"

Au contraire, ce rappeur originaire d'Errachidia était, en novembre 2011, la coqueluche des meetings électoraux du PJD. À l'époque, il chauffait les salles pour les candidats barbus et appelait les jeunes à voter pour le changement. Au printemps 2012, arborant un tee-shirt « Muslim Forever », il lançait dans sa ville une opération de sensibilisation contre la « dissolution des moeurs ». Son arme ? Des flyers porteurs d'un sermon : « Ma soeur ! Je veux ton bien ! Demain, tu vas mourir. Sauve ton âme du Jugement ! Le changement est possible, dès maintenant. Signé : un bienfaiteur. » L'initiative n'avait pas fait grand bruit, mais elle semblait en phase avec les précédentes déclarations de Cheikh Sar. Jusqu'en octobre dernier, le jeune homme affichait un soutien sans fard au gouvernement dans sa chanson Benkirane est responsable ! Tu m'as compris ou pas ?, en référence à un tic de langage de l'intéressé. Abdelilah Benkirane, qu'il critique maintenant, avait reconnu son talent, lui remettant même un prix, en décembre 2011 : « Tu dis que c'est un honneur pour toi d'être en présence du chef du gouvernement. Moi, je te dis que je suis honoré de te connaître. » C'était avant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

'Bodybuilder' : surprenant Roschdy Zem !

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Maroc-Algérie : à Oujda, bienvenue chez les Bouteflika !

Le président algérien a vu le jour et a fait sa scolarité dans cette ville de l'Oriental marocain, avant de rejoindre les rangs du FLN. Retour sur l'enfance d'un chef.[...]

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, de reproduire la recette AKP. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers