Extension Factory Builder
21/01/2013 à 15:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charles Blé Goudé lors d’une manifestation pro-Gbagbo, le 25 mars 2011 à Abidjan. Charles Blé Goudé lors d’une manifestation pro-Gbagbo, le 25 mars 2011 à Abidjan. © AFP

Arrêté au Ghana jeudi 17 janvier, Charles Blé Goudé a été transféré en Côte d’Ivoire où il est détenu depuis vendredi. La question de son éventuel transfèrement devant la Cour pénale internationale (CPI) reste entière.

« À l'occasion d'une opération policière conjointe de la Côte d'Ivoire et du Ghana, M. Charles Blé Goudé a été appréhendé, le jeudi 17 janvier 2013.  Il est actuellement détenu en Côte d'Ivoire par les services de la police ivoirienne, dans le cadre de la poursuite des procédures judiciaires déjà ouvertes contre lui en Côte d'Ivoire ». Un bref communiqué officiel, lu vendredi soir à la télévision publique : c'est l’unique déclaration du gouvernement ivoirien concernant l’arrestation du leader des Jeunes patriotes.

Moins de 24 heures après son arrestation au Ghana, Charles Blé Goudé a été extradé en Côte d’Ivoire, vingt mois après son exfiltration d'Abidjan juste avant la chute de Laurent Gbagbo. Cueilli jeudi vers 9 heures par la police dans une maison de Tema (banlieue d'Accra), il avait été transféré dans les locaux du Bureau national des investigations (BNI). Ses proches avaient alors donné l'alerte, et tous ses soutiens, de Jerry Rawlings, l'ex-président ghanéen, aux chefs d'État d'Afrique du Sud, d'Angola, du Cap-Vert ou de Gambie, ont été informés.

Surprise

Cette arrestation a surpris. Même si les autorités ghanéennes et les services étrangers savaient que Blé Goudé résidait au Ghana et qu'un mandat d'arrêt ivoirien avait été émis, elle n'était pas à l'ordre du jour. L'ex-« général de la rue » était même en pourparlers avec le président sénégalais Macky Sall - agissant à la demande d'Alassane Ouattara - afin de négocier sa participation à la réconciliation nationale et un éventuel retour au pays. Le matin de son interpellation, ses camarades à Abidjan étaient en réunion avec Mamadou Touré, le conseiller à la Jeunesse du chef de l'État. Blé Goudé avait lancé en décembre un parti politique, le Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (Cojep). Il avait aussi entrepris une offensive diplomatique et rencontrait des dirigeants africains dans la sous-région.

La CPI le soupçonne d'avoir commis, comme Laurent Gbagbo, des crimes contre l'humanité lors des violences postélectorales de 2010-2011.

Extradé en Côte d'Ivoire, Charles Blé Goudé peut-il être jugé devant la Cour pénale internationale (CPI), dont on ignorait encore lundi si elle avait demandé son transfèrement à la Haye ? « Le procureur m’a écrit, refusant d’infirmer ou de confirmer cette information », a déclaré son avocat, Me Nick Kaufman dans un communiqué daté du 19 janvier. « La CPI le soupçonne d'avoir commis, comme Laurent Gbagbo, des crimes contre l'humanité lors des violences postélectorales », avait-il expliqué.

Terreur

« Pendant près d'une décennie, les miliciens et patriotes de Blé Goudé ont terrorisé les Ivoiriens du Nord et les immigrés ouest-africains en perpétrant des violences selon des critères ethniques et politiques », a déclaré Corinne Dufka, de l'ONG Human Rights Watch. Et de citer un discours télévisé du 25 février 2011 où Blé Goudé appelait ses partisans à ériger des barrages et à dénoncer les étrangers. Des accusations réfutées par ses proches. « Il s'est toujours inscrit dans une démarche de réconciliation, indique Patrice Kouté, représentant européen du Cojep. En 2006, il a demandé à ce que l'on ne perturbe pas les audiences foraines [juridictions hors les murs, NDLR]. Un an plus tard, il a invité les rebelles dans son village. Il est aussi à l'origine des caravanes pour la paix. »

Ancien leader estudiantin, Blé Goudé est devenu célèbre en novembre 2004 à la suite de la destruction de la flotte aérienne ivoirienne par l'armée française. « Si vous êtes en train de manger, arrêtez-vous. Si vous dormez, réveillez-vous, avait-il lancé à la télévision nationale. L'heure est venue de choisir entre mourir dans la honte ou dans la dignité. » S'ensuivirent des manifestations violentes qui lui vaudront une interdiction onusienne de voyage et le gel de ses avoirs. Très impliqué dans les actions de réconciliation après la signature de l'accord politique de Ouagadougou en 2007, il s'est engagé corps et âme dans la campagne présidentielle. Pour poursuivre la lutte, Gbagbo le nommera ministre de la Jeunesse en décembre 2010.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Approché par Bastia (France, Ligue 1), Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire, n’est plus certain de rester à la tête des Éléphants. À cause, [...]

Côte d'Ivoire : le FPI valide la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du parti

Le comité de contrôle du Front populaire ivoirien (FPI) a validé mercredi la candidature de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la présidence du parti, a appris "Jeune[...]

Armée ivoirienne : la grogne des grognards

D'anciens rebelles intégrés à l'armée, réclamant le paiement d'arriérés de solde, ont lancé un mouvement de protestation. Un message que le gouvernement a reçu[...]

Guillaume Soro : "Blaise Compaoré a évité le pire, et c'est le plus important"

L'ancien chef rebelle ivoirien a longtemps bénéficié des conseils et des largesses de son grand frère burkinabè. Aujourd'hui, Guillaume Soro réagit pour la première fois aux[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Football : la Côte d'Ivoire se qualifie pour la CAN 2015

La sélection ivoirienne de football a obtenu son billet pour la Coupe d'Afrique des nations 2015 grâce à son match nul contre le Cameroun (0-0) mercredi à Abidjan. Les Lions indomptables étaient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces