Extension Factory Builder
21/01/2013 à 09:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La guerre qui se déroule sous nos yeux ne ressemble à aucune autre menée jusqu'ici. Elle implique un nombre impressionnant d'acteurs, chez les terroristes et autres trafiquants en tous genres, comme chez ceux qui veulent les détruire ou les neutraliser. Ces protagonistes, dans les deux camps, ne partagent ni les mêmes objectifs ni les mêmes méthodes. Voilà qui promet... Et pour rendre cet écheveau encore plus inextricable, ceux qui ont la charge d'informer le grand public, c'est-à-dire nous, les médias, ne contribuent pas à éclairer la situation.

L'attaque, et sa gestion, de la plateforme gazière et de la base de vie d'In Amenas, dans le Sud-Est algérien, est l'illustration la plus caricaturale de ce que sera réellement cette guerre, et de ce qui nous attend. À l'heure où ces lignes sont écrites, un véritable déluge d'« informations », non sourcées, non vérifiées, contredites dès leur publication ou contradictoires, s'est abattu sur nous. Une seule règle : balancer, publier, mettre en ligne le plus vite possible, occuper l'antenne ou remplir les colonnes. Sans parler des analystes et prétendus experts échafaudant à chaud et en direct moult théories qui ne reposent... sur rien. En cause, l'issue tragique de cette prise d'otages et, surtout, l'attitude d'Alger, accusé illico de violence aveugle et gratuite, mais aussi de n'en faire qu'à sa tête.

C'est occulter plusieurs paramètres, en attendant de connaître la vérité, quitte à demander des explications - et cela est légitime, bien entendu. On a longtemps dit que les Algériens se lavaient les mains de ce qu'il se passait au Mali et plus largement au Sahel. Faux : c'est leur préoccupation première, depuis longtemps et plus encore depuis l'intervention militaire en Libye. Ils y allouent des moyens considérables, humains et financiers. Mais ils le font seuls ou presque, se méfient des Français (moins depuis la visite de Hollande à Alger) et des Ouest-Africains, pensent, à raison - notamment parce que, historiquement, ils y sont plus impliqués -, mieux maîtriser le casse-tête malien et défendent d'abord, comme toutes les autres nations de la planète, Français et Américains en tête, leurs propres intérêts. En l'occurrence, l'opération s'est déroulée sur leur sol et visait leurs infrastructures. Personne, à part eux, ne connaissait le but réel des jihadistes : opération kamikaze destinée à faire le plus de dégâts possibles ou prise d'un très grand nombre d'otages occidentaux destinés à être déplacés ailleurs dans le Sahel de manière à rendre bien plus délicate qu'elle ne l'était déjà l'intervention militaire.

Dernier élément d'explication, non négligeable : les Algériens savent mieux que quiconque ce qu'est le terrorisme et qui sont ses adeptes. Ils en ont souffert pendant plus d'une décennie, au cours de laquelle les morts se sont comptés par dizaines de milliers, et pensaient en avoir (presque) fini avec ce fléau. Une seule préoccupation chez eux, qui n'ont jamais négocié quoi que ce soit pendant cette période sanglante (il semble d'ailleurs que cette fois ils l'aient fait) : frapper fort, détruire la menace et dissuader les terroristes de recommencer. Au-delà de l'intervention militaire française (en attendant son élargissement) à proprement parler, c'est bien à une sale guerre qu'il nous faut nous préparer. Par la faute d'une internationale terroriste qui multipliera ce type d'opération. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la p[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers