Extension Factory Builder
21/01/2013 à 09:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La guerre qui se déroule sous nos yeux ne ressemble à aucune autre menée jusqu'ici. Elle implique un nombre impressionnant d'acteurs, chez les terroristes et autres trafiquants en tous genres, comme chez ceux qui veulent les détruire ou les neutraliser. Ces protagonistes, dans les deux camps, ne partagent ni les mêmes objectifs ni les mêmes méthodes. Voilà qui promet... Et pour rendre cet écheveau encore plus inextricable, ceux qui ont la charge d'informer le grand public, c'est-à-dire nous, les médias, ne contribuent pas à éclairer la situation.

L'attaque, et sa gestion, de la plateforme gazière et de la base de vie d'In Amenas, dans le Sud-Est algérien, est l'illustration la plus caricaturale de ce que sera réellement cette guerre, et de ce qui nous attend. À l'heure où ces lignes sont écrites, un véritable déluge d'« informations », non sourcées, non vérifiées, contredites dès leur publication ou contradictoires, s'est abattu sur nous. Une seule règle : balancer, publier, mettre en ligne le plus vite possible, occuper l'antenne ou remplir les colonnes. Sans parler des analystes et prétendus experts échafaudant à chaud et en direct moult théories qui ne reposent... sur rien. En cause, l'issue tragique de cette prise d'otages et, surtout, l'attitude d'Alger, accusé illico de violence aveugle et gratuite, mais aussi de n'en faire qu'à sa tête.

C'est occulter plusieurs paramètres, en attendant de connaître la vérité, quitte à demander des explications - et cela est légitime, bien entendu. On a longtemps dit que les Algériens se lavaient les mains de ce qu'il se passait au Mali et plus largement au Sahel. Faux : c'est leur préoccupation première, depuis longtemps et plus encore depuis l'intervention militaire en Libye. Ils y allouent des moyens considérables, humains et financiers. Mais ils le font seuls ou presque, se méfient des Français (moins depuis la visite de Hollande à Alger) et des Ouest-Africains, pensent, à raison - notamment parce que, historiquement, ils y sont plus impliqués -, mieux maîtriser le casse-tête malien et défendent d'abord, comme toutes les autres nations de la planète, Français et Américains en tête, leurs propres intérêts. En l'occurrence, l'opération s'est déroulée sur leur sol et visait leurs infrastructures. Personne, à part eux, ne connaissait le but réel des jihadistes : opération kamikaze destinée à faire le plus de dégâts possibles ou prise d'un très grand nombre d'otages occidentaux destinés à être déplacés ailleurs dans le Sahel de manière à rendre bien plus délicate qu'elle ne l'était déjà l'intervention militaire.

Dernier élément d'explication, non négligeable : les Algériens savent mieux que quiconque ce qu'est le terrorisme et qui sont ses adeptes. Ils en ont souffert pendant plus d'une décennie, au cours de laquelle les morts se sont comptés par dizaines de milliers, et pensaient en avoir (presque) fini avec ce fléau. Une seule préoccupation chez eux, qui n'ont jamais négocié quoi que ce soit pendant cette période sanglante (il semble d'ailleurs que cette fois ils l'aient fait) : frapper fort, détruire la menace et dissuader les terroristes de recommencer. Au-delà de l'intervention militaire française (en attendant son élargissement) à proprement parler, c'est bien à une sale guerre qu'il nous faut nous préparer. Par la faute d'une internationale terroriste qui multipliera ce type d'opération. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Vidéo - Présidentielle algérienne : Bouteflika s'est rendu au bureau de vote en fauteuil roulant

Vidéo - Présidentielle algérienne : Bouteflika s'est rendu au bureau de vote en fauteuil roulant

L'élection présidentielle algérienne se tient ce jeudi. Le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, a fait sa première apparition publique depuis 2012.[...]

Algérie : ouverture des bureaux de vote, apparition publique de Bouteflika attendue

Les Algériens sont appelés à se rendre aux urnes ce jeudi. Le président sortant – et favori -, Abdelaziz Bouteflika, affaibli par la maladie, devrait faire sa première apparition publique[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La jeunesse algérienne tentée par le boycott massif de la présidentielle

Un des enjeux majeurs de la présidentielle algérienne du 17 avril est le taux de participation. Maintes fois appelée à s'exprimer, la jeunesse risque de ne pas se bousculer dans les bureaux de vote.[...]

Algérie - Ali Benflis : "Mon principal adversaire est la fraude, et j'ai un plan pour la faire échouer"

Alors que tout semble joué d'avance pour le président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika, son principal adversaire, Ali Benflis, prévient d'ores et déjà que lui et ses partisans[...]

Cevital autorisé à reprendre le français FagorBrandt

Le tribunal de commerce de Nanterre a validé la reprise de FagorBrandt par Cevital. Le groupe algérien reprend notamment deux sites industriels, et 1 200 salariés.[...]

Algérie : les accusations de fraude se multiplient avant la présidentielle

À quarante-huit heures du scrutin présidentiel prévu le 17 avril en Algérie, les voix s'élèvent déjà pour dénoncer la fraude en faveur d'Abdelaziz Bouteflika, le[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Algérie : sept femmes qui font bouger le pays

Elles sont médecin, styliste, ingénieure ou web entrepreneuse. Elles animent sociétés, associations, réseaux. Elles ont la pêche, ces Algériennes.[...]

Algérie : une meilleure couverture sanitaire, mais...

Construction de centres de soins, formation du personnel médical... L'Algérie se dote d'une meilleure couverture sanitaire. Reste un point noir : la mortalité infantile.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers