Extension Factory Builder
21/01/2013 à 09:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La guerre qui se déroule sous nos yeux ne ressemble à aucune autre menée jusqu'ici. Elle implique un nombre impressionnant d'acteurs, chez les terroristes et autres trafiquants en tous genres, comme chez ceux qui veulent les détruire ou les neutraliser. Ces protagonistes, dans les deux camps, ne partagent ni les mêmes objectifs ni les mêmes méthodes. Voilà qui promet... Et pour rendre cet écheveau encore plus inextricable, ceux qui ont la charge d'informer le grand public, c'est-à-dire nous, les médias, ne contribuent pas à éclairer la situation.

L'attaque, et sa gestion, de la plateforme gazière et de la base de vie d'In Amenas, dans le Sud-Est algérien, est l'illustration la plus caricaturale de ce que sera réellement cette guerre, et de ce qui nous attend. À l'heure où ces lignes sont écrites, un véritable déluge d'« informations », non sourcées, non vérifiées, contredites dès leur publication ou contradictoires, s'est abattu sur nous. Une seule règle : balancer, publier, mettre en ligne le plus vite possible, occuper l'antenne ou remplir les colonnes. Sans parler des analystes et prétendus experts échafaudant à chaud et en direct moult théories qui ne reposent... sur rien. En cause, l'issue tragique de cette prise d'otages et, surtout, l'attitude d'Alger, accusé illico de violence aveugle et gratuite, mais aussi de n'en faire qu'à sa tête.

C'est occulter plusieurs paramètres, en attendant de connaître la vérité, quitte à demander des explications - et cela est légitime, bien entendu. On a longtemps dit que les Algériens se lavaient les mains de ce qu'il se passait au Mali et plus largement au Sahel. Faux : c'est leur préoccupation première, depuis longtemps et plus encore depuis l'intervention militaire en Libye. Ils y allouent des moyens considérables, humains et financiers. Mais ils le font seuls ou presque, se méfient des Français (moins depuis la visite de Hollande à Alger) et des Ouest-Africains, pensent, à raison - notamment parce que, historiquement, ils y sont plus impliqués -, mieux maîtriser le casse-tête malien et défendent d'abord, comme toutes les autres nations de la planète, Français et Américains en tête, leurs propres intérêts. En l'occurrence, l'opération s'est déroulée sur leur sol et visait leurs infrastructures. Personne, à part eux, ne connaissait le but réel des jihadistes : opération kamikaze destinée à faire le plus de dégâts possibles ou prise d'un très grand nombre d'otages occidentaux destinés à être déplacés ailleurs dans le Sahel de manière à rendre bien plus délicate qu'elle ne l'était déjà l'intervention militaire.

Dernier élément d'explication, non négligeable : les Algériens savent mieux que quiconque ce qu'est le terrorisme et qui sont ses adeptes. Ils en ont souffert pendant plus d'une décennie, au cours de laquelle les morts se sont comptés par dizaines de milliers, et pensaient en avoir (presque) fini avec ce fléau. Une seule préoccupation chez eux, qui n'ont jamais négocié quoi que ce soit pendant cette période sanglante (il semble d'ailleurs que cette fois ils l'aient fait) : frapper fort, détruire la menace et dissuader les terroristes de recommencer. Au-delà de l'intervention militaire française (en attendant son élargissement) à proprement parler, c'est bien à une sale guerre qu'il nous faut nous préparer. Par la faute d'une internationale terroriste qui multipliera ce type d'opération. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Ce Franco-Algérien s'est fait connaître comme l'avocat des figures du milieu. En s'inscrivant au barreau d'Alger, il a trouvé le moyen de contourner l'interdiction de plaider qui le frappait en France.[...]

Le dessinateur algérien Ali Dilem rejoint l'équipe de "Charlie Hebdo"

Le célèbre dessinateur de presse algérien Ali Dilem a rejoint la rédaction de "Charlie Hebdo", qui a sorti mercredi son second numéro depuis les attentats de janvier. Un choix audacieux[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Algérie : vaste dispositif policier pour empêcher une manifestation contre le gaz de schiste à Alger

Un important dispositif policier a été déployé mardi à l'aube autour de l'esplanade de la Grande Poste, dans le centre d'Alger, où devait se tenir une manifestation contre le gaz de[...]

Football : le Real Madrid enfin de retour sur les terres algériennes ?

Le Real de Madrid a donné vendredi son accord pour disputer un match amical en Algérie, a rapporté le quotidien espagnol "Marca", très proche du club. La date de cette rencontre et[...]

L'expulsion de 33 chibanis à Paris pose la question de la situation des vieux migrants en France

Après avoir été expulsés manu-militari jeudi matin de leur hôtel situé rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris, 33 chibanis (personnes âgées) ont reçu l'assurance[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Assia Djebar, la jeune fille et la mort

De Cherchell (Algérie) à Vrede (Afrique du Sud), les lettres du continent sont en deuil. À quelques heures d'intervalle, en ce début février, deux des plus grands auteurs africains sont[...]

Algérie : la fatwa, une affaire d'État

L'institution nationale chargée d'édicter les décrets religieux en Algérie est désormais la seule habilitée à statuer sur les questions de société. Ses [...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2715p006-007.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2715p006-007.xml0 from 172.16.0.100