Extension Factory Builder
23/01/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une rencontre de football est, a priori, un moment de détente, de convivialité et de tolérance pour tous ceux qui aiment ce sport. Ceux qui se retrouvent dans un stade ont le droit de crier, de chanter, de chambrer l'adversaire... Rien à dire, c'est de bonne guerre. Mais peut-on, comme cela se produit de plus en plus souvent dans les stades européens, lancer ce qu'on appelle, je ne sais trop pourquoi, des « cris de singe » lorsque tout joueur qui n'est pas un visage pâle touche le ballon ? C'est ce qui est arrivé, le 3 janvier, au singe Kevin Prince Boateng, fils d'un singe ghanéen et d'une guenon germanique (permettez, madame !), milieu de terrain de l'AC Milan, en Italie, lors d'un match « amical » contre une équipe de quatrième division.

Chaque fois que ce pauvre Boateng touchait le ballon, un groupe de supporteurs de l'équipe visitée poussait des « cris de singe ». Ses coéquipiers singes M'Baye Niang, Sulley Muntari et Urby Emanuelson ont subi le même traitement. Jusqu'à ce que, dépités, ils décident tous de quitter le terrain. Le 12 octobre 2012, un autre singe, Patrick Mtiliga, danois d'origine tanzanienne, était traité de la même manière lors du match opposant le Danemark à la Bulgarie, à Sofia. Les exemples sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les exemples de ce racisme sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les grands esprits vont me dire : « Ce n'est qu'une affaire d'étourdis. Il ne faut pas voir le racisme partout. » Évidemment, le racisme n'existe pas. Il n'existe que dans la tête de ceux qui se plaignent d'en être les victimes alors qu'ils pratiquent, en réalité, un « racisme antiblanc ». Soit. Mais comment qualifier le fait de s'en prendre à quelqu'un à cause, uniquement, de son aspect physique ? C'est, ni plus ni moins, du racisme, n'en déplaise à ceux qui peuvent s'imaginer que je recherche « le sanglot de l'homme blanc ». Et puis, quelle hypocrisie que l'expression « cris de singe » ! Qu'est-ce à dire ? De quel singe s'agit-il ? Du macaque, du gorille, du bonobo, de l'orang-outan, du capucin, du mandrill, du nasique, du lagotriche, du patas, du vervet, du babouin ou du chimpanzé ? Il faut savoir !

Les Italiens qui ont offensé Boateng et ses camarades savaient-ils ce que l'arrogance et le mépris des autres ont coûté à leurs ancêtres en Afrique ? Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Italiens, avides de conquêtes, jettent leur dévolu sur l'Éthiopie actuelle. Ils n'hésitent pas à grignoter le territoire du négus en occupant le port de Massawa. Une première bataille, que les Italiens perdent, a lieu en janvier 1887, à Dogali. En 1889, Ménélik II devient empereur. Il signe un traité avec Rome. Mais un des articles, selon qu'il est lu en amharique ou en italien, pose problème. Pour les Italiens, l'article stipule que l'Abyssinie est désormais leur protectorat. Pour Ménélik, c'est le contraire : son empire peut entrer en contact avec d'autres puissances par le biais de l'Italie. Le désaccord persistant, la guerre reste le dernier recours. Le 1er mars 1896, l'armée de Ménélik II, méprisée parce que constituée de sauvages, écrase celle, moderne, du général Oreste Baratieri, à Adoua. Que cette déculottée leur serve de leçon. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Le policier ayant tué Michael Brown va-t-il recevoir l'appui du Ku Klux Klan ? Selon le quotidien américain USA Today, l'organisation raciste a en tout cas organisé une levée de fonds pour le soutenir[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

"L"humanité est fière de James" : hommage à James Foley, assassiné par l'État islamique

Alors que les parents de James Foley se sont exprimés, parlant de fierté, sur l'assassinat de leur fils par des jihadistes de l'État islamique (EI), les réactions se sont multipliées à[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Rien ne va plus pour l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis. Son mandat de président d’African Minerals, l’un des trois groupes extractifs présents en Afrique dont il est le[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Marcel Desailly suspecté par le fisc français d'avoir caché des fonds en Suisse

L'ex-footballeur français Marcel Desailly fait l'objet d'une enquête du fisc français visant à déterminer s'il a caché des fonds en Suisse.[...]

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les[...]

Birmanie : le thanakha et la guerre des cosmétiques

Produit de beauté naturel et traditionnel, le thanakha subit la concurrence pas très loyale des produits chinois et occidentaux.[...]

Irak : l'État islamique revendique la décapitation d'un journaliste américain

L'État islamique (EI), un groupe de jihadistes extrémistes, a affirmé mardi avoir décapité le journaliste américain James Foley et menacé d'en tuer un autre en représailles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers