Extension Factory Builder
23/01/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une rencontre de football est, a priori, un moment de détente, de convivialité et de tolérance pour tous ceux qui aiment ce sport. Ceux qui se retrouvent dans un stade ont le droit de crier, de chanter, de chambrer l'adversaire... Rien à dire, c'est de bonne guerre. Mais peut-on, comme cela se produit de plus en plus souvent dans les stades européens, lancer ce qu'on appelle, je ne sais trop pourquoi, des « cris de singe » lorsque tout joueur qui n'est pas un visage pâle touche le ballon ? C'est ce qui est arrivé, le 3 janvier, au singe Kevin Prince Boateng, fils d'un singe ghanéen et d'une guenon germanique (permettez, madame !), milieu de terrain de l'AC Milan, en Italie, lors d'un match « amical » contre une équipe de quatrième division.

Chaque fois que ce pauvre Boateng touchait le ballon, un groupe de supporteurs de l'équipe visitée poussait des « cris de singe ». Ses coéquipiers singes M'Baye Niang, Sulley Muntari et Urby Emanuelson ont subi le même traitement. Jusqu'à ce que, dépités, ils décident tous de quitter le terrain. Le 12 octobre 2012, un autre singe, Patrick Mtiliga, danois d'origine tanzanienne, était traité de la même manière lors du match opposant le Danemark à la Bulgarie, à Sofia. Les exemples sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les exemples de ce racisme sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les grands esprits vont me dire : « Ce n'est qu'une affaire d'étourdis. Il ne faut pas voir le racisme partout. » Évidemment, le racisme n'existe pas. Il n'existe que dans la tête de ceux qui se plaignent d'en être les victimes alors qu'ils pratiquent, en réalité, un « racisme antiblanc ». Soit. Mais comment qualifier le fait de s'en prendre à quelqu'un à cause, uniquement, de son aspect physique ? C'est, ni plus ni moins, du racisme, n'en déplaise à ceux qui peuvent s'imaginer que je recherche « le sanglot de l'homme blanc ». Et puis, quelle hypocrisie que l'expression « cris de singe » ! Qu'est-ce à dire ? De quel singe s'agit-il ? Du macaque, du gorille, du bonobo, de l'orang-outan, du capucin, du mandrill, du nasique, du lagotriche, du patas, du vervet, du babouin ou du chimpanzé ? Il faut savoir !

Les Italiens qui ont offensé Boateng et ses camarades savaient-ils ce que l'arrogance et le mépris des autres ont coûté à leurs ancêtres en Afrique ? Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Italiens, avides de conquêtes, jettent leur dévolu sur l'Éthiopie actuelle. Ils n'hésitent pas à grignoter le territoire du négus en occupant le port de Massawa. Une première bataille, que les Italiens perdent, a lieu en janvier 1887, à Dogali. En 1889, Ménélik II devient empereur. Il signe un traité avec Rome. Mais un des articles, selon qu'il est lu en amharique ou en italien, pose problème. Pour les Italiens, l'article stipule que l'Abyssinie est désormais leur protectorat. Pour Ménélik, c'est le contraire : son empire peut entrer en contact avec d'autres puissances par le biais de l'Italie. Le désaccord persistant, la guerre reste le dernier recours. Le 1er mars 1896, l'armée de Ménélik II, méprisée parce que constituée de sauvages, écrase celle, moderne, du général Oreste Baratieri, à Adoua. Que cette déculottée leur serve de leçon. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : expulsez ces enfants migrants que je ne saurais voir

États-Unis : expulsez ces enfants migrants que je ne saurais voir

Fuyant les gangs qui sévissent chez eux, des milliers de mineurs d'Amérique centrale franchissent chaque jour le Rio Grande. L'occasion pour les républicains de fustiger la politique migratoire d'Obama[...]

Racisme : Richard Trinquier, un maire en guerre contre les femmes voilées

Richard Trinquier, élu UMP de l'Essonne, n'aime pas trop les musulmans. Son dernier fait d'armes : l'interdiction d'une base de loisirs à deux femmes voilées, début juillet. Un geste qui devrait lui[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers