Extension Factory Builder
22/01/2013 à 17:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Algérie et la Tunisie s'affrontent ce 22 janvier. L'Algérie et la Tunisie s'affrontent ce 22 janvier. © J.A.

Habitués à se rencontrer, les Fennecs algériens et les Aigles tunisiens vont s'affronter pour la première fois en phase finale d'une CAN, le 22 janvier.

Ces voisines entretiennent des relations plus ou moins cordiales. Elles ont remporté chacune une Coupe d'Afrique des nations (CAN) - l'Algérie en 1990, la Tunisie en 2004. Elles participent régulièrement à la Coupe du monde (quatre apparitions pour la Tunisie, trois pour l'Algérie) et à la CAN (16 participations pour les Aigles de Carthage, 15 pour les Fennecs). Elles se rencontrent très souvent (38 fois depuis 1963), mais leur rendez-vous du mardi 22 janvier à Rustenburg exhalera un parfum de nouveauté, puisque ce sera la première confrontation entre les deux sélections maghrébines lors d'une phase finale de Coupe d'Afrique.

L'anecdote ne bouleversera sans doute pas le public sud-africain, lui qui avait ostensiblement boudé les stades lors de la CAN 1996. Mais depuis le tirage au sort, les footeux des deux pays concernés ont réservé leur soirée. Les supporteurs du vainqueur - à condition qu'il y en ait un - proclameront leur sélection « meilleure équipe du Maghreb » quand les fans des perdants évoqueront juste la vérité d'un match, en donnant rendez-vous pour la revanche. « Ce qui est certain, c'est que ce match sera déterminant pour la suite de la compétition. Lors d'un premier tour, la première rencontre conditionne presque toujours la suite », estime Sami Trabelsi, le sélectionneur tunisien. Un avis que partage son homologue Vahid Halilhodzic, à la tête de la sélection algérienne : « Le match face à la Tunisie sera sans doute déjà décisif. » Tous deux sont davantage concentrés sur l'importance mathématique de ce duel fratricide que sur sa portée symbolique. 

Des équipes offensives

S'ils n'appartiennent pas à la même génération - Trabelsi a 44 ans, Halilhodzic 60 -, les deux hommes ont plusieurs points communs. Ils ont tous les deux embrassé une carrière de haut niveau, fréquentant régulièrement leur sélection nationale, la Tunisie pour le premier, l'ex-Yougoslavie pour le second. Et ils partagent la même vision du football, préférant le jeu offensif à la prudence. « Mais à mon avis, il ne faudra pas forcément s'attendre à des matchs très ouverts au premier tour, où l'objectif est de se qualifier pour les quarts de finale, prévient Trabelsi. Il devrait y avoir partout une certaine prudence, au moins lors de la première rencontre. »

Halilhodzic, qui, depuis sa prise de fonctions en juillet 2011, a rompu avec les années Saadane et Benchikha - n'hésitant pas à mettre de côté ceux qui avaient contribué à faire revenir l'Algérie dans les hautes sphères du football africain avec la double participation des Fennecs à la CAN et à la Coupe du monde 2010 -, la joue modeste. Quand Trabelsi évoque « la finale », le technicien franco-bosniaque récuse le statut de favori parfois accordé à l'Algérie. « Nous ne sommes pas favoris. On va juste essayer de faire quelque chose lors de cette CAN. Passons déjà le premier tour... » 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de 'honte' les Algériens

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile lanc&e[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex