Extension Factory Builder
17/01/2013 à 18:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La CAN 2013 se déroule à partir du 19 janvier en Afrique du Sud. La CAN 2013 se déroule à partir du 19 janvier en Afrique du Sud. © Jeune Afrique

Où sont donc passés les successeurs de George Weah, Jay-Jay Okocha ou Pascal Feindouno ? La CAN commence samedi, suivez-là sur Jeune Afrique.

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) reprend ses droits, pour le plus grand plaisir des amoureux du ballon rond. Inutile de revenir ici sur ce que l'on attend d'une telle compétition ou sur l'engouement qu'elle suscite sur le continent. Années impaires ou non, la CAN reste la CAN : trois semaines de bonheur, de liesse, de stress, de larmes ou d'adrénaline, de rassemblements devant le poste, en famille, entre amis, au maquis, au café ou dans la rue.

Il y a les émotions, et il y a le spectacle, pas toujours au rendez-vous il est vrai. Sans talent, le football n'est rien. On peut gagner avec une équipe de joueurs appliqués et disciplinés, bien sûr, mais pour véritablement prendre du plaisir, nous avons besoin d'artistes sinon de stars. Or il faut bien l'avouer, le continent, en la matière, semble aujourd'hui stérile.

Diatribe d'ancien combattant ? Peut-être, mais il n'est nul besoin d'être un grand spécialiste du foot pour constater que Samuel Eto'o ne nous fait plus rêver depuis qu'il a quitté Milan pour le très lucratif mais peu compétitif Anji Makhachkala (Fédération de Russie). Que Didier Drogba est (très) proche de la fin de sa carrière. Que le jadis prometteur Emmanuel Adebayor n'a jamais vraiment confirmé au très haut niveau. Et que les bons joueurs sont pléthore, mais les grands joueurs inexistants. Si on laisse de côté l'aspect purement sportif (influence dans le jeu, résultats, efficacité, etc.) pour ne s'intéresser qu'au volet « artistique » (technique individuelle, vista, beaux gestes), c'est le même constat : où sont passés les successeurs des George Weah, Jay-Jay Okocha ou, plus près de nous et à un niveau moindre, Pascal Feindouno ?

Côté Maghreb, c'est pire : les équipes nationales ne recèlent plus depuis longtemps ce type de pépites. Le Marocain Mbarek Boussoufa aurait pu être cette nouvelle star tant attendue. Mais, même pétri de talent, il n'a jamais concrétisé les immenses espoirs placés en lui et, comme Eto'o, est allé s'enterrer à l'Anji Makhachkala...

On a longtemps glosé sur les particularismes des footballeurs africains, leur absence de sens tactique et de rigueur, leur goût immodéré pour la fête et pour une hygiène de vie guère en adéquation avec les contraintes des sportifs de haut niveau. Mais leurs indéniables qualités balle au pied étaient reconnues.

Aujourd'hui, c'est l'inverse : ils se sont coulés dans le moule imposé par leurs principaux employeurs, les clubs européens, au détriment de la créativité et de ce zeste de fantaisie qui, lorsqu'il demeure zeste, enchante les foules et fait des ravages sur une pelouse. Comment oublier les Larbi Ben Barek, Rabah Madjer, Salif Keita, Mahmoud al-Khatib, Abedi Pelé, Roger Milla, Kalusha Bwalya ou, nous en avons déjà parlé, George Weah, le premier ballon d'or européen venu d'Afrique ? Les académies fleurissent sur le continent, dans le sillon d'un Jean-Marc Guillou précurseur à Abidjan avant de s'exiler sous d'autres cieux. Les gamins de Bamako, de Douala ou d'Alger ont toujours les mêmes rêves. Et le vivier africain n'a jamais produit autant de joueurs professionnels. La quantité, c'est bien. Mais la qualité, c'est mieux... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Le vol AH5017 de la compagnie Air Algérie, disparu dans la nuit du mercredi à jeudi alors qu'il faisait route vers Alger, a été victime d'un crash. Il transportait au moins 116 personnes. Retour sur une[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielles tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes - [...]

Nigeria : une femme décapitée et huit blessés dans un attentat à Kano

Selon des sources locales, au moins une personne a été tuée jeudi dans un attentat à la bombe contre une gare routière de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria. Le bilan provisoire fait &eacu[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais a[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Espagne : Pedro Sánchez, ou comment faire oublier Zapatero...

Le nouveau patron de l'opposition est jeune, beau et intelligent. Mais avant "d'y penser en se rasant", Pedro Sánchez va devoir rafraîchir l'image du Parti socialiste. Bon courage ![...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

"Menace existentielle"

Ici même, la semaine dernière, j'ai soutenu que, malgré les apparences, notre monde était plus pacifique qu'il ne l'a jamais été. Sauf ce malheureux Moyen-Orient, terre d'instabili[...]

Textile togolais : Nini ou les froufrous du business

Son École des arts de la mode a déjà formé 800 étudiants et elle publie un cahier de tendances destiné aux tailleurs et couturiers présentant, entre autres, ses cr&eacu[...]

Irak : Fouad Massoum remplace Jalal Talabani à la présidence

Le Parlement irakien a élu jeudi le politicien kurde Fouad Massoum à la tête de l'État fédéral. Un premier pas qui laisse augurer la formation d'un nouveau gouvernement dans le pays assi&[...]

Mode - Alphadi : "Donnons une chance à nos artisans"

Des entreprises de textile et des enseignes africaines ? Oui, c'est possible, explique Alphadi, le célèbre styliste nigérien. Qui plaide pour une plus grande implication de l'État togolais.[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers