Extension Factory Builder
16/01/2013 à 07:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le nouveau président chinois, Xi Jinping, prendra ses fonctions en mars 2013. Le nouveau président chinois, Xi Jinping, prendra ses fonctions en mars 2013. © AFP/Mark Ralston

Le président de la Chine, Xi Jinping, tombe la cravate, fait la une des magazines et s'efforce d'apparaître comme un dirigeant proche des gens. Un changement de style sans précédent à la tête de la République populaire.

Le nouveau numéro un du parti communiste, Xi Jinping, ne prendra officiellement ses fonctions qu'en mars, mais déjà il impose un nouveau style à la tête de l'État. En Chine, tout est affaire de symboles, et c'est donc à Shenzhen, dans le Guangdong, qu'il a fait ses premiers pas. Là même où, il y a tout juste vingt ans, Deng Xiaoping donna le coup d'envoi des réformes écono miques.

« Ce premier voyage officiel a été marqué par plusieurs gestes symboliques, explique David Guo, analyste chez Rothschild Asset Management, à Hong Kong. Il y a d'abord eu un dépôt de fleurs devant un monument à la gloire de Deng, ce qui indique que le nouveau pouvoir entend se placer dans la droite ligne des réformes entreprises par l'ancien président. Xi a ensuite participé à un forum avec six grands patrons chinois, dont cinq venaient du secteur privé, ce qui traduit sans doute une volonté de redonner toute sa place à ce dernier, alors que, depuis plusieurs années, le secteur public avait regagné beaucoup de terrain. Et puis on a noté que, lors du voyage à Shenzhen, les membres de la délégation officielle étaient descendus dans des hôtels de catégorie moyenne, ce qui doit être interprété comme un appel aux responsables politiques à adopter un train de vie moins dispendieux, à se montrer plus proches du peuple. Enfin, anecdote intéressante, lors d'une visite dans des écoles, Xi Jinping a fait distribuer aux élèves des dictionnaires d'anglais, geste dans lequel il faut voir une invitation à plus d'ouverture internationale.

Bréviaire

Les banquiers de Hong Kong ne sont pas les seuls à suivre avec attention les premiers pas de Xi Jinping. « On voit de plus en plus de portraits de lui en première page des magazines, commente un journaliste de la télévision publique CCTV. Il est parfois montré sans cravate, détendu, souriant... C'est très inhabituel. D'ordinaire, c'est le Parti qui est mis en évidence dans les journaux, jamais les individus. Il y a même eu des articles retraçant sa jeunesse ou sa vie de famille... » Même Chine nouvelle, la très officielle agence de presse, souligne sa volonté de lutter contre la bureaucratie et la langue de bois.

Le nouveau bréviaire des cadres du Parti fixe des règles très précises : adieu les tapis rouges, les discours sans fin prononcés sur un ton monocorde, les restrictions à la circulation automobile dans les villes pendant les voyages officiels, les banquets interminables, les réunions de travail où l'alcool coule à flots... Les responsables sont désormais astreints, plusieurs fois par an, à se rendre dans les campagnes pour entendre les doléances des citoyens les plus pauvres... Déjà, dans les provinces, chacun redouble de zèle pour montrer son attachement aux nouvelles directives !

Une volonté affichée de suivre la trace de feu Deng Xiaoping, l'artisan du décollage économique.

« Lors de son arrivée aux affaires, chaque nouveau dirigeant place la lutte contre la corruption au premier rang de ses préoccupations et s'efforce de montrer un visage plus humain pour désamorcer les contestations, explique le professeur Zhu Lijia, de l'Académie des sciences politiques. Espérons que le nouveau président soit sincère et, surtout, qu'il ait l'autorité nécessaire pour imposer ses vues aux cadres du Parti dans les provinces. Mais, jusqu'à preuve du contraire, cette campagne n'est rien d'autre à mes yeux qu'une opération de relations publiques. » Reste que, pour l'instant, le message passe plutôt bien. À en croire un sondage publié par le Quotidien de la jeunesse de Chine, à Pékin, 91 % des personnes interrogées sont favorables à des discours moins formels et sont d'accord avec les mesures décidées par Xi Jinping.

Président « normal », ce dernier ne ménage pas ses efforts pour se construire une image de réformiste à tendances ouvertement modernistes. Il a même une page sur Weibo, le Twitter chinois, suivie par plus de 53 000 personnes. On y apprend que, « comme tous les gens du peuple "Oncle Xi" regarde des films » ; qu'il a un faible pour les films de guerre américains, comme Il faut sauver le soldat Ryan ; mais que La Cité interdite (2007), du réalisateur chinois Zhang Yimou, le laisse « perplexe ». Jusqu'ici, les noms des dirigeants chinois étaient censurés sur Weibo. « C'est un pas dans la bonne direction », estime l'éditorialiste de l'influent magazine Caixin, qui espère que le suivant sera la publication du montant de la fortune des dirigeants. « Le Parti fait face à de sérieuses difficultés, écrit-il, le peuple a perdu toute confiance dans le gouvernement, parce que celui-ci ne tient pas ses promesses et que ses membres multiplient les abus de pouvoir. »

Adieu tapis rouges, langue de bois et banquets interminables.

« En Chine, tempère John Russell, directeur d'une agence d'intelligence économique à Pékin, la véritable direction est collégiale. Xi Jinping devra tenir compte des luttes d'influence et composer avec la frange la plus conservatrice du Parti. Au début, Hu Jintao aussi s'était engagé à lutter contre la corruption. On sait ce qui en a résulté... »

Quoi qu'il en soit, Xi Jinping souffle à merveille le chaud et le froid. Tout en cultivant son image de président « normal », il flatte la fibre patriotique de ses compatriotes. Au mois de décembre, il a par exemple visité plusieurs casernes de l'Armée populaire de libération et appelé à un « renouveau nationaliste ». Il veut une armée forte, une politique digne, et exalte désormais le « rêve chinois » - comme il y avait naguère un « rêve américain ». Il a dix ans pour le mener à bien.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Grèce - Allemagne : dette contre dette

Alexis Tsipras accepte de régler ce qu'il doit. À condition que des réparations lui soient versées pour les exactions nazies. Angela Merkel s'y refuse par crainte d'ouvrir une boîte de[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2714p050-052.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2714p050-052.xml1 from 172.16.0.100