Extension Factory Builder
22/01/2013 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Walid BelHaj Amor est ingénieur, spécialiste de l'économie de développement.

Le 14 janvier au soir, lorsqu'un avion survola le domicile familial situé dans le prolongement des pistes de l'aéroport de Tunis-Carthage supposé être fermé, nous avons tout de suite compris qu'il s'agissait de l'avion qui emportait Ben Ali. L'émotion était à son comble. Comme beaucoup, nous espérions qu'on entrerait immédiatement dans la phase de reconstruction.

C'était compter sans la capacité de l'homme à détruire. Depuis, on n'a cessé d'accumuler les erreurs, qu'elles soient stratégiques, de jugement ou de casting. De nombreux néophytes en politique se sont cru un destin national, et on a vu naître plus de partis qu'il n'y avait de leaders. Certains n'avaient pas d'audience au-delà de leur quartier, mais ils pensaient s'adresser à la nation. Beaucoup n'ont pas tardé à manquer d'intelligence, de discernement et d'humilité. Chacun y allait de son parti, son mouvement, son association, on allait voir ce qu'on allait voir. On n'a finalement pas vu grand-chose, mais alors quelle cacophonie !

Ennahdha, elle, s'est organisée très vite, a mis la main sur les instances régionales pour les élections et a mené son oeuvre de déconstruction du modèle tunisien. Les mosquées, associations, écoles coraniques, tout a été mobilisé au service d'un slogan unique : « hors de la religion, point de salut ». Le dimanche 23 octobre 2011, je suis allé faire le tour de bureaux de vote dans les quartiers populaires de Tunis. La vision, à Ettadhamen, d'hommes et de femmes en files séparées entourées des brigades d'Ennahdha ne laissait aucun doute sur l'issue du scrutin, ni sur le projet de ce parti. La Tunisie a choisi de faire confiance à un parti islamiste victimisé par Ben Ali, qui, en voulant le combattre seul, sans l'appui des démocrates, l'a finalement légitimé.

Entre démocratie et théocratie

Les partis démocratiques ont pris un gros coup derrière la tête. Comme après un deuil, ils sont passés par différentes phases : le choc, le déni, la colère et l'abattement. La société civile, elle, est sortie renforcée de cette expérience, et la résistance s'est mise très tôt en place. La manifestation organisée le 28 janvier 2012, à l'appel des partis démocratiques, pour une fois unis, a marqué le réveil des consciences.

Avec Ennahdha au pouvoir, le dialogue a cédé la place à la violence pour imposer à la Tunisie un modèle importé d'Arabie saoudite. Ceux qui reprochaient à Bourguiba d'avoir tenté de dissoudre l'islam dans la dictature essaient aujourd'hui de dissoudre la démocratie dans l'islam et la Tunisie dans le wahhabisme. L'Histoire parfois bégaie, mais on n'en retient pas toujours les leçons.

Désormais, les enjeux sont clairs : la Tunisie balance entre démocratie et théocratie. Et chaque camp agit comme s'il pouvait abattre définitivement l'autre, alors qu'il n'y a pas d'autre issue que celle du vivre-ensemble. Le chemin sera long et difficile, mais là est le prix de la liberté.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers