Extension Factory Builder
16/01/2013 à 08:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La blogueuse Olfa Riahi, 29 ans. La blogueuse Olfa Riahi, 29 ans. © Fethi Belaid/AFP

Cette intrépide blogueuse tunisienne accuse le chef de la diplomatie Rafik Abdessalem d'avoir pris ses aises dans un hôtel de luxe aux frais de son ministère. Il fait désormais l'objet d'une enquête judiciaire et a été entendue, mardi 15 janvier, en qualité de témoins, par un juge d'instruction du tribunal de Tunis. Portrait.

Pas de chance pour Rafik Abdessalem, chef controversé de la diplomatie tunisienne et célèbre pour ses maladresses. La carrière de celui qui soutenait avec arrogance, il y a quelques mois, que la Tunisie avait 500 km de côtes (1 298 en réalité...) semble compromise. Il se retrouve au coeur du Sheraton Gate, un scandale révélé par Olfa Riahi. Le 26 décembre dernier, cette ancienne diplômée de l'Institut des hautes études commerciales de Carthage (HEC) convertie au journalisme dévoile sur son blog, documents à l'appui, que le gendre de Rached Ghannouchi, président du parti Ennahdha (au pouvoir), a fait payer à son ministère six nuitées et des frais de blanchisserie personnels facturés par l'hôtel Sheraton de Tunis. Il aurait en revanche réglé sur ses propres deniers la chambre occupée par une femme, qui serait une cousine.

Abdessalem, qui avait joué les modestes en juillet 2012, lors du 9e congrès d'En­nahdha, en dormant à même le sol, dispose pourtant d'un logement de fonction au ministère - situé de surcroît juste en face de l'hôtel de luxe. Pour des médias à l'affût d'informations croustillantes et une opinion conservatrice et très regardante en matière de bonne gouvernance, ces révélations ont eu l'effet d'une bombe et ont projeté Olfa Riahi sous les feux de l'actualité.

Une vraie touche-à-tout

Pourtant, rien ne la prédestinait à une telle exposition médiatique. Jusqu'en décembre 2010, elle s'était surtout distinguée par son goût pour la fête et ses amitiés dans les milieux branchés tunisois, allant jusqu'à déclarer que Ben Ali était « génial ».

Sur son blog, elle proteste aujourd'hui de sa bonne foi et raconte sa prise de conscience après l'immolation de Mohamed Bouazizi, qui fut à l'origine du soulèvement contre le raïs. À 29 ans, l'inconnue d'hier devient un personnage public. Touche-à-tout, elle se définit comme « un grand voyageur qui ne descend d'un train que pour en prendre un autre et ne reste jamais en attente sur un quai ». Elle s'essaie à la radio sur Express FM, se répand sur les réseaux sociaux tout en gérant un centre de services multi­lingues, dont elle est cofondatrice, et la Tunis Miami Art Connection, spécialisée dans les relations publiques avec les États-Unis.

Betty Boop

Olfa cultive aussi une allure décalée. Cheveux courts, toute en courbes voluptueuses, la Betty Boop version bobo de la Toile tunisienne joue les candides en politique. Il n'empêche : première à dévoiler l'affaire des blogueurs de Mahdia jugés pour athéisme, elle s'est découvert une passion pour l'investigation. Mais dans une période aussi trouble, on se fait vite une réputation sulfureuse. Ainsi, dans l'affaire du Sheraton, certains assurent qu'elle a été instrumentalisée par le Congrès pour la République (CPR), parti de la troïka gouvernementale qui avait attiré de nombreux jeunes sensibles aux élans révolutionnaires et qui, à la veille d'un remaniement ministériel majeur, souhaite récupérer un ministère régalien.

Le deuxième coup porté par Olfa Riahi à Rafik Abdessalem semble étayer cette thèse. La blogueuse révèle qu'un don de 1 million de dollars fait par la Chine n'aurait pas été reversé par le ministère des Affaires étrangères dans les caisses de l'État. Celle qui a pourtant formulé ses accusations au conditionnel se trouve aujourd'hui interdite de quitter le territoire et soumise à une enquête pour « diffamation, intention de nuire à autrui et diffusion de fausses informations de nature à troubler l'ordre public ». Sûre de son fait, Olfa Riahi affirme avoir atteint son objectif : l'ouverture d'une enquête judiciaire contre le ministre. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2714p014-015.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2714p014-015.xml0 from 172.16.0.100