Extension Factory Builder
14/01/2013 à 13:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un combatant jihadiste du Nord-Mali. Un combatant jihadiste du Nord-Mali. © AFP

Le mercredi 9 janvier, les jihadistes du Nord-Mali se sont emparés de la ville de Konna, à 70 km de Mopti. Deux jours plus tard, ils la perdaient à l'issue de violents combats contre l'armée malienne, appuyée par les forces françaises. Pourquoi, les jihadistes ont-ils décidé de se lancer dans une telle opération ? Éléments de réponse.

François Hollande l'avait dit et répété (voir son entretien dans J.A., octobre 2012) : il n'y aura « pas de troupes au sol françaises » dans le Sahel ; la France se contenterait d'appuyer une éventuelle force africaine. Mais ça, c'était avant le 10 janvier. Ce jour-là, la défaite de l'armée malienne à Konna, à 70 km au nord de Mopti, a en effet provoqué un vent de panique sensible jusqu'à Paris. Dès le lendemain, le chef de l'État français a promis de s'engager contre « les terroristes ».

Mais pourquoi les combattants d'Ansar Eddine (emmenés par Iyad Ag Ghali, venu en personne sur le terrain), du Mouvement pour l'unicité et le jihad (Mujao) et d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sont-ils repassés à l'attaque ? « Parce que Iyad soupçonne Bamako de jouer un double jeu. Il veut contraindre le gouvernement malien à vraiment négocier, à Ouagadougou », explique le conseiller d'un chef d'État d'Afrique de l'Ouest [des pourparlers doivent reprendre le 21 janvier, NDLR]. Surtout, Konna est proche de Sévaré, où se trouve le QG opérationnel de l'armée malienne, pas très loin de Mopti. Si l'aéroport de Sévaré venait à tomber, cela compliquerait beaucoup une éventuelle opération de reconquête.

Coup soigneusement préparé

Les jihadistes ne s'y sont pas trompés et ont soigneusement préparé leur coup. Début janvier, plusieurs milliers de combattants et plus de 300 pick-up venus de Gao et de Tombouctou ont convergé vers la ligne de front. Au même moment, des témoins ont vu arriver dans les deux grandes villes du Nord plusieurs convois transportant des fûts de 200 litres de carburant en provenance de Bordj Badji Mokhtar, à la frontière algérienne - le tout en l'espace de quatre jours. Commentaire d'un autre conseiller : « Une telle quantité de carburant n'a pas pu quitter le territoire algérien sans le feu vert d'Alger. »

Bamako et Paris ont bien senti le danger. Quelques heures après la chute de Konna, des troupes d'élite françaises acheminées par avion C-160 et appuyées par des hélicoptères ont débarqué à Sévaré, avant même que Hollande ne réponde à l'appel au secours de Dioncounda Traoré. Ces hommes appartiennent aux forces spéciales stationnées notamment au Burkina et au Tchad.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Hubert Velud, actuellement entraîneur de l’USM Alger, est aujourd’hui une des priorités du Togo, à la recherche d’un sélectionneur national. Le Français a déjà[...]

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

RDC : le déraillement d'un train fait au moins 37 morts au Katanga

Un train a déraillé mardi au Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC). Le bilan provisoire fait état d'au moins 37 morts.[...]

Photographie : Samuel Fosso, un dandy à Cotonou

La Fondation Zinsou présente, jusqu'à fin juillet, des autoportraits du photographe Samuel Fosso. À découvrir également, les clichés en noir et blanc - moins connus - de ses d&eacu[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone "Wattao" dans le viseur de l'ONU

Les experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire ont publié le 17 avril un nouveau rapport. Ils affirment que "les mesures et les restrictions imposées par le Conseil de sécurité de[...]

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent séduir[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français Gilb[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces