Extension Factory Builder
21/01/2013 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Damien et Élyse Tokoudagba dans le mausolée créé pour leur père, Cyprien. Damien et Élyse Tokoudagba dans le mausolée créé pour leur père, Cyprien. © Nicolas Michel

À Abomey, un fils et une fille de Cyprien Tokoudagba continuent l'oeuvre de l'artiste... et perpétuent la riche tradition béninoise.

À l'entrée de sa dernière demeure, il y a deux caryatides à tête de lion et deux créatures aux formes généreuses et au postérieur dénudé... À l'intérieur, il y a la terre rouge d'Abomey, comme fraîchement retournée, sous laquelle son corps repose. Depuis le 5 mai 2012, le peintre et sculpteur béninois Cyprien Tokoudagba n'est plus. Enfin, du moins sous sa forme corporelle. Parce qu'à sa manière, dans le quartier de Gbécon Hounli où il habitait, et jusqu'aux temples occidentaux de l'art contemporain où ses oeuvres sont présentées*, il continue d'arpenter le monde.

À l'occasion de l'inauguration d'une exposition hommage au musée d'Art contemporain d'Abomey (Maca), en novembre, le plasticien Dominique Zinkpè déclarait ainsi : « Nous pensons qu'il a rendu pérenne sa création à travers sa famille. » Il y avait à ses côtés Madeleine, la veuve de l'artiste, mais aussi Élyse, l'une de ses filles. Damien, son fils, arriverait un peu plus tard, à moto... Damien et Élyse : ce sont eux, surtout, qui ont conçu le mausolée où leur père est enterré, couvrant les murs de sculptures en ciment représentant les symboles colorés des rois d'Abomey et des dieux vaudous. Ce sont eux, aussi, qui assurent la relève. Damien a 32 ans aujourd'hui. « Nous sommes quatorze enfants, chacun a son travail et nous ne sommes pas tous dans le domaine artistique, confie-t-il. Je suis le deuxième et, depuis mon enfance, j'apprends avec mon père. Je fais les bas-reliefs, la peinture, les dessins, les tableaux. »

Un héritage bien acquis, mais au prix d'un vrai labeur quotidien : « C'était quelqu'un de rigoureux : quand tu entendais sa moto arriver, il fallait rentrer très vite à la maison. Il pouvait être très violent verbalement, crier très fort, mais après, nous allions boire et manger ensemble. » À Damien comme à Élyse, l'homme qui fut longtemps chargé de la rénovation des bas-reliefs aux palais royaux d'Abomey aurait dit : « Je vois ta main, je sens que tu peux avancer. Autant que tu restes avec moi et tu bénéficieras, toi aussi, des retombées financières qui en découlent. » Lesquelles ne sont pas négligeables, puisque, outre les travaux de commande auxquels répond la famille Tokoudagba afin de réaliser bas-reliefs, décorations ou sculptures, une oeuvre du père se négocie aujourd'hui autour de 600 000 F CFA (environ 900 euros, contre 400 000 F CFA avant sa mort) auprès de sa veuve. Pour l'artiste Ives Apollinaire Pédê, « Cyprien Tokoudagba leur a montré la voie mais il les a aussi poussés à chercher leur propre inspiration ». Juste retour des choses, Dominique Zinkpè, qui ne cache pas son admiration pour le père, a exposé le fils dans le lieu de création Unik, qu'il vient d'ouvrir à Abomey...

Le royaume de Dahomey s'est toujours appuyé sur les arts pour faire valoir sa culture.

Ives Apollinaire Pédê, Artiste

Bien entendu, les critiques chagrins pourraient souligner que le talent n'est pas héréditaire. Mais en terre vaudoue, il s'agit avant tout de perpétuer la tradition. « Il est indispensable qu'un, deux ou trois enfants perpétuent le culte, ses traditions, ses chants, ses danses, ses peintures, poursuit Pédê. Le royaume du Dahomey s'est appuyé sur les arts pour faire valoir sa culture. Ainsi, une oeuvre de Tokoudagba explique toujours une histoire de sa civilisation. » Comme son père, Damien est un initié de la divinité Nensuwxé, mais il tient à préciser que ce n'était « pas obligatoire pour reprendre le travail ». Élyse, elle, a 39 ans. Modeleuse et peintre, elle a « trois chaises et quatre enfants ». Concernant les trois toujours en vie, elle déclare : « Je souhaiterais qu'ils poursuivent l'oeuvre entamée, mais je ne peux pas les forcer. » Qui sait ? peut-être un jour mettront-ils eux aussi, comme le dit leur grand-mère à propos de leur grand-père, « du sel dans le sang des Blancs ». 

* Exposition hommage autour de l'oeuvre de Cyprien Tokoudagba en partenariat avec la Fondation Zinsou, du 12 janvier au 5 mai au Musée africain de Lyon.

________

Par Nicolas Michel, envoyé spécial à Abomey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2713p078.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2713p078.xml0 from 172.16.0.100