Extension Factory Builder
21/01/2013 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Damien et Élyse Tokoudagba dans le mausolée créé pour leur père, Cyprien. Damien et Élyse Tokoudagba dans le mausolée créé pour leur père, Cyprien. © Nicolas Michel

À Abomey, un fils et une fille de Cyprien Tokoudagba continuent l'oeuvre de l'artiste... et perpétuent la riche tradition béninoise.

À l'entrée de sa dernière demeure, il y a deux caryatides à tête de lion et deux créatures aux formes généreuses et au postérieur dénudé... À l'intérieur, il y a la terre rouge d'Abomey, comme fraîchement retournée, sous laquelle son corps repose. Depuis le 5 mai 2012, le peintre et sculpteur béninois Cyprien Tokoudagba n'est plus. Enfin, du moins sous sa forme corporelle. Parce qu'à sa manière, dans le quartier de Gbécon Hounli où il habitait, et jusqu'aux temples occidentaux de l'art contemporain où ses oeuvres sont présentées*, il continue d'arpenter le monde.

À l'occasion de l'inauguration d'une exposition hommage au musée d'Art contemporain d'Abomey (Maca), en novembre, le plasticien Dominique Zinkpè déclarait ainsi : « Nous pensons qu'il a rendu pérenne sa création à travers sa famille. » Il y avait à ses côtés Madeleine, la veuve de l'artiste, mais aussi Élyse, l'une de ses filles. Damien, son fils, arriverait un peu plus tard, à moto... Damien et Élyse : ce sont eux, surtout, qui ont conçu le mausolée où leur père est enterré, couvrant les murs de sculptures en ciment représentant les symboles colorés des rois d'Abomey et des dieux vaudous. Ce sont eux, aussi, qui assurent la relève. Damien a 32 ans aujourd'hui. « Nous sommes quatorze enfants, chacun a son travail et nous ne sommes pas tous dans le domaine artistique, confie-t-il. Je suis le deuxième et, depuis mon enfance, j'apprends avec mon père. Je fais les bas-reliefs, la peinture, les dessins, les tableaux. »

Un héritage bien acquis, mais au prix d'un vrai labeur quotidien : « C'était quelqu'un de rigoureux : quand tu entendais sa moto arriver, il fallait rentrer très vite à la maison. Il pouvait être très violent verbalement, crier très fort, mais après, nous allions boire et manger ensemble. » À Damien comme à Élyse, l'homme qui fut longtemps chargé de la rénovation des bas-reliefs aux palais royaux d'Abomey aurait dit : « Je vois ta main, je sens que tu peux avancer. Autant que tu restes avec moi et tu bénéficieras, toi aussi, des retombées financières qui en découlent. » Lesquelles ne sont pas négligeables, puisque, outre les travaux de commande auxquels répond la famille Tokoudagba afin de réaliser bas-reliefs, décorations ou sculptures, une oeuvre du père se négocie aujourd'hui autour de 600 000 F CFA (environ 900 euros, contre 400 000 F CFA avant sa mort) auprès de sa veuve. Pour l'artiste Ives Apollinaire Pédê, « Cyprien Tokoudagba leur a montré la voie mais il les a aussi poussés à chercher leur propre inspiration ». Juste retour des choses, Dominique Zinkpè, qui ne cache pas son admiration pour le père, a exposé le fils dans le lieu de création Unik, qu'il vient d'ouvrir à Abomey...

Le royaume de Dahomey s'est toujours appuyé sur les arts pour faire valoir sa culture.

Ives Apollinaire Pédê, Artiste

Bien entendu, les critiques chagrins pourraient souligner que le talent n'est pas héréditaire. Mais en terre vaudoue, il s'agit avant tout de perpétuer la tradition. « Il est indispensable qu'un, deux ou trois enfants perpétuent le culte, ses traditions, ses chants, ses danses, ses peintures, poursuit Pédê. Le royaume du Dahomey s'est appuyé sur les arts pour faire valoir sa culture. Ainsi, une oeuvre de Tokoudagba explique toujours une histoire de sa civilisation. » Comme son père, Damien est un initié de la divinité Nensuwxé, mais il tient à préciser que ce n'était « pas obligatoire pour reprendre le travail ». Élyse, elle, a 39 ans. Modeleuse et peintre, elle a « trois chaises et quatre enfants ». Concernant les trois toujours en vie, elle déclare : « Je souhaiterais qu'ils poursuivent l'oeuvre entamée, mais je ne peux pas les forcer. » Qui sait ? peut-être un jour mettront-ils eux aussi, comme le dit leur grand-mère à propos de leur grand-père, « du sel dans le sang des Blancs ». 

* Exposition hommage autour de l'oeuvre de Cyprien Tokoudagba en partenariat avec la Fondation Zinsou, du 12 janvier au 5 mai au Musée africain de Lyon.

________

Par Nicolas Michel, envoyé spécial à Abomey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Bénin

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque j[...]

Carole et Glwadys Tawema, la vogue ethnique de Karethic

Grâce au beurre de karité, ces deux Béninoises installées en France entendent surfer sur la mode des produits bio pour appuyer le développement du nord de leur pays.[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Bénin : l'opposition défile à Cotonou pour réclamer la tenue des élections municipales

Plusieurs milliers de Béninois ont manifesté mercredi à Cotonou, à l’appel de la Plateforme des forces démocratiques (opposition), pour exiger du gouvernement l’organisation des[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

La force régionale contre Boko Haram sera opérationnelle en novembre

Les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et le Bénin ont annoncé, le 7 octobre à Niamey, la mise en place début novembre de la force régionale chargée de lutter[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces