Extension Factory Builder
16/01/2013 à 11:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Maduro le 1er janvier, depuis La Havane, sur la chaîne vénézuélienne Telesur. Maduro le 1er janvier, depuis La Havane, sur la chaîne vénézuélienne Telesur. © AFP

Alors que l'état de santé du chef de l'État, Hugo Chávez, se dégradait pendant les dernières semaines, la cote de de son dauphin, Nicolás Maduro, n'a cessé de monter.

Hugo Chávez n'est pas mort, comme la rumeur en a couru avec insistance, mais son état de santé a inspiré de vives inquiétudes à ses partisans, ce qu'a reconnu le 30 décembre le vice-président, Nicolás Maduro. Atteint d'un cancer de la région pelvienne, le chef de l'État vénézuélien est hospitalisé depuis plus d'un mois dans la capitale cubaine, où il a été opéré pour la quatrième fois, le 11 décembre, avant d'être victime de complications respiratoires. Dauphin désigné, Maduro (50 ans) est à la manoeuvre en ces journées dramatiques.

Le 15 janvier, Maduro a affirmé aux médias publics, que le président, âgé de 58 ans, était en train de « remonter la pente. Il progresse ».  Le vice-président désigné a assuré s'être entretenu ces derniers jours avec M. Chavez lors d'un séjour de quatre jours à La Havane.

Nouveau chef de file

« Le chavisme a désormais un nouveau chef de file, encore faut-il que celui-ci gagne les élections », commente un membre du parti d'opposition Primero Justicia.

De fait, en cas de décès du président (ou d'incapacité avérée à gouverner), la Constitution prévoit que le vice-président assure l'intérim, à charge pour lui d'organiser un scrutin présidentiel anticipé dans un délai de trente jours. Dans cette perspective, Maduro semble bien marquer des points importants dans les classes populaires, base électorale du chavisme. Il est vrai que lui-même est né dans une famille modeste et qu'il fut naguère chauffeur de bus à Caracas. Un parcours qui n'est pas sans rappeler celui de l'ex-président brésilien Lula da Silva.

Visage souriant, épaisse moustache noire et carrure imposante, Maduro est ministre des Affaires étrangères depuis six ans et bénéficie du soutien affiché de Raúl et de Fidel Castro. Encore lycéen, il milita à la Ligue socialiste, un petit parti maoïste, puis se rallia à Chávez alors que celui-ci était emprisonné après l'échec de son coup d'État du 4 février 1992. C'est à cette époque qu'il rencontra Cilia Flores, sa future femme, qui était avocate des putschistes - elle est aujourd'hui procureure générale de la République.

Corédacteur de la Constitution de 1999, Maduro a connu une ascension fulgurante au sein du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). Député à deux reprises, il a présidé la majorité parlementaire de 2000 à 2006. Doté d'un caractère volcanique, il n'évite pas toujours les dérapages, comme en avril dernier quand il traita Henrique Capriles, le candidat de l'opposition à la présidentielle, de « gros pédé », avant d'être contraint de s'excuser. Il n'en appartient pas moins à l'aile civile et modérée du chavisme. Un espoir d'ouverture pour l'opposition ? 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Le policier ayant tué Michael Brown va-t-il recevoir l'appui du Ku Klux Klan ? Selon le quotidien américain USA Today, l'organisation raciste a en tout cas organisé une levée de fonds pour le soutenir[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

"L"humanité est fière de James" : hommage à James Foley, assassiné par l'État islamique

Alors que les parents de James Foley se sont exprimés, parlant de fierté, sur l'assassinat de leur fils par des jihadistes de l'État islamique (EI), les réactions se sont multipliées à[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Rien ne va plus pour l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis. Son mandat de président d’African Minerals, l’un des trois groupes extractifs présents en Afrique dont il est le[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Marcel Desailly suspecté par le fisc français d'avoir caché des fonds en Suisse

L'ex-footballeur français Marcel Desailly fait l'objet d'une enquête du fisc français visant à déterminer s'il a caché des fonds en Suisse.[...]

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les[...]

Birmanie : le thanakha et la guerre des cosmétiques

Produit de beauté naturel et traditionnel, le thanakha subit la concurrence pas très loyale des produits chinois et occidentaux.[...]

Irak : l'État islamique revendique la décapitation d'un journaliste américain

L'État islamique (EI), un groupe de jihadistes extrémistes, a affirmé mardi avoir décapité le journaliste américain James Foley et menacé d'en tuer un autre en représailles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers