Extension Factory Builder
11/01/2013 à 15:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Je veux créoliser la musique', déclare Ibrahim Maalouf. "Je veux créoliser la musique", déclare Ibrahim Maalouf. © Vincent Fournier/J.A.

Les États-Unis lui ont refusé son visa, et ses concerts prévus les 10 et 11 janvier à Los Angeles et New York ont été annulés. Une grande déception pour le jeune trompettiste virtuose franco-libanais, qui, avec un quatrième album fort remarqué, prend tout de même le large. Portrait.

(Précision d'actualité : Les États-Unis ont refusé, le vendredi 11 janvier, son visa d'entrée à Ibrahim Maalouf pour ses trois concerts prévus à Los Angeles et New York. Les représentations des 10 et 11 janvier ont d'ores et déjà été annulées, mais Maalouf espère malgré tout obtenir le feu vert pour le concert du 14 janvier, au Lycée français de New York. Dans un message publié sur sa page Facebook, le trompettiste s'est excusé auprès de ses admirateurs pour ces annulations in extremis. Exprimant sa « frustration », le musicien s'explique mal pourquoi les autorités américaines lui refusent l'entrée sur le territoire, rappelant que son dernier séjour aux Etats-Unis avait bien failli ne pas avoir lieu, alors qu'il n'avait reçu son visa que quatre heures avant son vol.)

Il a un nom, bien sûr. Le même que son oncle, respectable Immortel, le même que son père, musicien virtuose et créateur de la trompette microtonale « à quarts de ton », spécialement adaptée pour jouer les maqâms arabes. Il a aussi un prénom, Ibrahim. Lequel commence à résonner bien au-delà du cercle des mélomanes avertis qui avaient prêté une oreille attentive à ses trois premiers albums, Diasporas, Diachronism et Diagnostic. C'est en effet un souffle d'une tout autre ampleur qui pousse son quatrième opus, Wind, vers le firmament. Le Franco-Libanais semble désormais comme en lévitation. Il est acclamé de toutes parts.

Après un concert à Limoges (France), en 2011, lors des Francophonies en Limousin, il avait pris le temps d'évoquer longuement son travail. Sûr de son talent, adossé au mur de ses quelque trente années de pratique, mais sans taire ses besoins de remise en question et ses doutes de créateur. « Je cherche à emmener les gens ailleurs, confiait-il. Quand ce que je fais sonne un peu trop "musique répertoriée", je m'en éloigne. C'est un trait de personnalité. Je ne prétends pas être un innovateur, mais j'appartiens à ceux qui cassent et bousculent la tradition. Je veux créoliser la musique. »

Né à Beyrouth (Liban) en 1980, Maalouf n'y a guère vécu : « J'ai grandi à Étampes, en banlieue parisienne, toujours à deux doigts de repartir. Nous avons fait plusieurs allers-retours, même pendant les bombardements. » L'enfance est « assez compliquée ». Quand bien même la musique joue un rôle fédérateur - le père, Nassim, est trompettiste, la mère, Nada, pianiste - l'ambiance n'est pas « festive à la maghrébine ». Certes, les Maalouf chantent beaucoup, mais dès qu'il s'agit de musique classique, l'enseignement est très rigoureux, voire sévère, et les cours quotidiens contribuent à rendre l'atmosphère assez terne. Dur mais efficace. Dès 9 ans, Ibrahim Maalouf se produit sur scène avec son père. « J'appréciais les concerts, je trouvais ça très valorisant. Mais je n'aimais pas beaucoup la trompette, je passais plus de temps à jouer du piano », dit-il. Pour autant, faire de la musique un métier ne s'impose pas avec l'évidence des révélations. La guerre du Liban parle aux racines de l'enfant et suscite une autre vocation : « Tout petit, je passais mon temps à dessiner le skyline de New York. Une de mes ambitions, c'était de reconstruire Beyrouth. » Jusqu'à ses 21 ans, il veut être architecte. Mais la musique l'habite : « J'ai toujours composé. Je sifflotais, j'enregistrais mes mélodies sur des cassettes et je les faisais écouter à mes amis, ma famille. Vers 12 ans, j'ai commencé à les écrire sur des partitions. Vers 17 ans, j'ai eu des commandes pour des groupes. »

Le fils de musiciens qu'il est a d'abord voulu être architecte, pour reconstruire Beyrouth.

Ibrahim Maalouf ne sera jamais architecte. « J'ai commencé à aimer la trompette quand j'ai découvert que ce que mon père avait inventé était vraiment révolutionnaire, se souvient-il. J'avais un bel héritage et le bagage nécessaire pour aller loin, il fallait que je l'exploite. » S'ensuit un parcours exemplaire : Conservatoire supérieur de Paris, Conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD) de Paris et plus d'une quinzaine de prix prestigieux reçus un peu partout dans le monde, dont le premier prix de la National Trumpet Competition, à Washington en 2001. Touche-à-tout, avide de rencontres, le musicien multiplie les collaborations. La chanteuse Lhasa de Sela, décédée en 2010, jouera un rôle majeur en l'ouvrant à des univers hybrides. Outre jouer pour son ami Vincent Delerm, Maalouf se signale dans tous les genres, avec Amadou et Mariam, Matthieu Chedid, Tony Gatlif, Vanessa Paradis, Enrico Macias, Armand Amar, Juliette Gréco, Sting, Salif Keita et pas mal d'autres. L'idée de réaliser un album viendra par l'entremise d'Alejandra Norambuena Skira, du fonds d'action de la Sacem. « Comme il n'existait pas de maison prête à distribuer Diasporas de manière décente, j'ai créé mon propre label. Je me suis endetté de 30 000 euros, mais le petit buzz qui a suivi m'a permis de rentrer dans mes frais. » Les deux autres albums, composés quasiment dans la foulée, sortent en 2009 et 2011. Tous sont « écrits avec de l'image », c'est-à-dire un peu comme Miles Davis réalisa en une nuit la musique du film de Louis Malle Ascenseur pour l'échafaud (1957). D'ailleurs, Ibrahim Maalouf s'en réclame : « La musique de ce film a longtemps hanté mes jours et mes nuits. Elle est l'une des rares musiques qui m'ont fait aimer l'instrument que je joue. » Pour Wind, lui-même s'est inspiré du film muet La Proie du vent (1927), de René Clair. « Mes musiques ne sont plus autant centrées sur moi, confie le jeune père. Avec ce quatrième album, j'ai ouvert ma porte vers autre chose... » Les courants d'air ainsi provoqués sont plus que rafraîchissants !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

États-Unis : la vidéo de la mort de Tamir Rice, jeune Noir de 12 ans abattu par la police à Cleveland

Alors que la colère ne faiblit pas après le non lieu prononcé dans le dossier Michael Brown à Ferguson, une nouvelle affaire vient entacher la réputation de la police américaine.[...]

Ebola : un vaccin en cours de test donne des résultats encourageants

Un essai clinique du premier vaccin expérimental contre le virus Ebola a eu lieu aux États-Unis. Testé sur des adultes au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il a fourni des premiers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces