Extension Factory Builder
15/01/2013 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. © AFP

Malgré d'excellents résultats aux élections locales, le Front de libération nationale a perdu bon nombre de communes qui lui étaient promises. Un tour de passe-passe signé des autres partis algériens.

«Partout ailleurs, gagner une élection signifie que l'on a remporté le scrutin. Pas en Algérie », lâche, désabusé, ce vieux militant du Front de libération nationale (FLN, ex-parti unique) après les élections locales du 29 novembre et les sénatoriales du 29 décembre. Aux premières, le FLN a recueilli plus de 2,2 millions de voix, soit près de 27 % des suffrages exprimés. Une performance qui lui a permis de remporter 7 191 sièges sur les 25 000 mis en jeu. Un tour de force quand on sait que 52 partis étaient engagés dans la course. « Suffisant pour raisonnablement espérer atteindre notre objectif, note Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti, qui est de diriger 1 000 communes sur les 1 541 que compte le pays. » Le résultat enregistré six mois auparavant par le FLN aux législatives du 10 mai 2012, première élection post-Printemps arabe, a sans doute conforté les certitudes de Belkhadem. Mais l'esprit des réformes politiques engagées par le président, Abdelaziz Bouteflika, est passé par là. Des 1 000 communes espérées, le FLN n'en a obtenu que 528. Comment un tel scénario a-t-il pu se produire ?

Divisions internes

Trois explications à cette désillusion. La première est liée à la complexité du mode de désignation du président de l'assemblée populaire communale (APC, mairie). La deuxième relève d'un phénomène totalement nouveau dans la pratique démocratique en Algérie, à savoir la volonté de l'ensemble de la classe politique de se liguer contre le « géant FLN » pour faire barrage à ses élus. Quant à la troisième explication, elle découle des problèmes internes du parti qui ont fait voler en éclats la discipline de vote de ses propres élus. Passons en revue ces trois facteurs.

En l'absence d'une majorité, toutes les listes ont été autorisées à briguer la mairie.

Le maire n'est pas désigné directement par le suffrage universel. Selon l'article 80 de la loi électorale, il est choisi dans la liste majoritaire ou, à défaut, dans les listes ayant obtenu 35 % des voix. Or l'émiettement des voix a donné naissance à des assemblées où figurent, dans certains cas, plus de dix partis et où aucune majorité relative ni, a fortiori, absolue ne s'est imposée. Pour éviter tout blocage, Dahou Ould Kablia, ministre de l'Intérieur, a signé une disposition qui permet à toutes les listes, en cas d'absence de majorité, de présenter un candidat à la présidence de l'APC. Cette mesure a permis aux listes minoritaires de s'entendre et de faire barrage aux candidats FLN. À Tlemcen, par exemple, la liste du FLN a réuni 45 % des suffrages. « À cause de l'instruction de Dahou Ould Kablia, déplore Soumaya Brakni, étudiante à l'université de Tlemcen, c'est la tête de liste d'un parti ayant décroché à peine 10 % des suffrages qui a été désignée président. »

Jeu d'alliances

Si Wahid Bouabdallah est convaincu qu'il n'y a pas de complot de l'administration contre le FLN, d'autres y voient la main du pouvoir. « Le ministre de l'Intérieur n'a pas vocation à interpréter les lois mais à les appliquer », maugrée-t-on à Hydra, quartier des hauteurs de la capitale qui abrite le siège du FLN. Doyen de la classe politique, le FLN est assimilé à un appendice du pouvoir, un appareil au service du système en place. Première force politique, son raz-de-marée aux législatives a nourri les jalousies chez ses rivaux, à droite et à gauche, chez les islamistes et les nationalistes, dans l'opposition et au sein de la majorité présidentielle. Ce sentiment s'est très vite traduit par un « tout sauf le FLN » (TS-FLN). C'est ainsi que le parti d'Abdelaziz Belkhadem s'est retrouvé en dehors des alliances postélectorales. Il y eut certes quelques exceptions, comme à Boumerdès, où une alliance FLN-FFS (Front des forces socialistes, de l'opposant Hocine Aït Ahmed) a fait chuter le candidat du Rassemblement national démocratique (RND, de l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia), qui disposait pourtant de la majorité relative. Mais ces exceptions confirment la règle du TS-FLN. « Je n'aime pas particulièrement le FLN, devenu un parti de corrompus, reconnaît Soumaya, mais ce qui s'est passé est une confiscation du suffrage universel. Quelle que soit la méthode avec laquelle ce parti a engrangé ses voix, elles lui sont acquises. Ces pratiques malsaines faussent le jeu démocratique. » Tout le monde n'a pas les scrupules de Soumaya. Dans les municipalités promises au FLN mais qu'il a perdues, comme Miliana, une cité millénaire de 45 000 habitants où le maire sortant, tête de liste FLN arrivée en première position mais débarquée à la faveur d'un subtil jeu d'alliances, la population a fait la fête en apprenant la nouvelle. « On se fiche de la manière, jubile Benyoucef Tedbirt, retraité de l'agroalimentaire, l'essentiel est que l'on soit parvenu à virer ces voleurs. »

Le vent de dissidence qui souffle sur les structures du parti a contribué à la dilution de sa représentation.

Les manoeuvres de l'Administration et le désir d'abattre le « géant » ne sont pas les seules causes des malheurs du FLN. Le vent de dissidence qui souffle sur les structures du parti a contribué à la dilution de sa représentation. C'est ainsi que, dans certaines municipalités, le candidat FLN a obtenu moins de voix que de sièges remportés par le parti. Les mécontents, comme les appelle Wahid Bouabdallah, ont sévi contre leurs propres têtes de liste. La contestation du secrétaire général du FLN par une partie de son comité central a pris des allures tragicomiques avec un bureau politique éclaté en trois grands courants qui règlent leurs différends sur la place publique. Un vaudeville qui désarçonne la base et affaiblit la discipline des militants.

Et Bouteflika dans tout cela ? Président d'honneur du FLN, « Abdelaziz Bouteflika refuse d'intervenir dans les conflits entre personnes et se place au-dessus de la mêlée », affirme un membre de l'entourage du chef de l'État. En revanche, la confiscation du suffrage universel par l'entremise de pratiques malsaines est un sérieux coup porté aux réformes politiques qu'il tente de mettre en place depuis avril 2011. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka, direc[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2713p042-043.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2713p042-043.xml0 from 172.16.0.100