Extension Factory Builder
14/01/2013 à 09:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hissène Habré pourrait être traduit en justice sous peu. Hissène Habré pourrait être traduit en justice sous peu. © Pascal Maitre/J.A.

Jamais l'ancien président tchadien Hissène Habré, en exil à Dakar, n'a paru si près de comparaître devant la justice. Une perspective qui sème la zizanie au Sénégal... jusqu'au sein du gouvernement ! Tour d'horizon des pour... et des contre.

Il y a la grande histoire. Celle d'un procès historique, qui verra peut-être, pour la première fois, un président africain répondre des crimes qui lui sont reprochés dans un autre pays africain. Désormais, même les plus sceptiques en conviennent, on se dirige tout droit vers un procès Hissène Habré. Le dernier obstacle a été levé le 19 décembre, quand les députés ont autorisé le président Macky Sall à ratifier l'accord qui avait été signé en août dernier entre le gouvernement sénégalais et l'Union africaine (UA). Cet accord prévoit la création de quatre chambres africaines extraordinaires dans les juridictions sénégalaises afin de juger l'ancien chef de l'État tchadien, 70 ans, réfugié à Dakar depuis vingt-deux ans.

Et puis il y a la petite histoire. Celle d'un gouvernement déchiré, dans le plus grand secret, par la volonté du président de mener ce chantier à son terme. Macky Sall n'a pas traîné. L'instruction devrait débuter au plus tard en février. « Sous l'impulsion du président sénégalais et de sa ministre de la Justice, le Sénégal a déjà fait bien plus en huit mois que le gouvernement d'Abdoulaye Wade en douze ans », s'est félicité Reed Brody, conseiller juridique auprès de l'ONG Human Rights Watch.

Il est vrai que, dès son élection en mars 2012, Sall a été très clair : c'est au Sénégal de juger Habré, et à personne d'autre. Pourtant, il le sait, en convoquant sur ses terres les fantômes de la dictature Habré (1982-1990), il prend le risque de libérer ceux que le vieux Tchadien a enfantés au Sénégal.

Durant deux décennies, Habré a pris soin de se constituer un bouclier médiatico-politique. Ses amis sont nombreux dans la presse, le monde des affaires et le milieu politique. La puissance de son réseau lui a permis à plusieurs reprises d'échapper à une extradition. Abdoulaye Wade n'était pas contre l'envoyer en Belgique, au Tchad ou n'importe où, du moment qu'il se débarrassait de ce colis encombrant laissé en héritage par le régime socialiste et qu'il n'appréciait guère. Mais il avait reculé face aux pressions de son entourage. Plusieurs de ses ministres, parmi lesquels le premier d'entre eux (Souleymane Ndéné Ndiaye, Premier ministre de 2009 à 2012) et le plus proche (Madické Niang, son dernier ministre des Affaires étrangères et son homme de confiance dans bien des dossiers), ont, un temps, été les avocats de Habré...

In
tenable

Jusqu'à présent, Sall est resté droit dans ses bottes. Mais la situation, au sein du gouvernement, paraît intenable. D'un côté, une toute-puissante ministre de la Justice, Aminata Touré, résolue à mener ce chantier à terme parce que le président le lui a demandé, mais aussi parce qu'elle-même défend avec vigueur l'idée que « l'Afrique doit juger ses dirigeants ». Et elle n'est pas du genre à reculer. « Si le dossier Habré a avancé aussi vite, c'est grâce à sa détermination », confie l'un de ses collaborateurs. Femme de caractère et de principes élevée à la politique en fréquentant les milieux universitaires de gauche en France, celle qui fut la directrice de cabinet de Macky Sall à partir de 2010 est bercée d'idéaux humanistes.

De l'autre côté, un Premier ministre, Abdoul Mbaye, avec qui Aminata Touré a bien du mal à s'entendre, et un porte-parole du gouvernement, également ministre de la Bonne Gouvernance, Abdou Latif Coulibaly. Si ces deux hommes prennent soin de ne pas s'exprimer sur le procès qui s'annonce, c'est parce qu'ils ne le cautionnent pas. Certes, ils n'ont rien fait pour freiner l'ardeur de Macky Sall. « On ne s'oppose pas au président », explique l'un d'eux. Mais Coulibaly et Mbaye l'ont mauvaise.

Pour le premier, c'est une question de conviction. Pendant trente ans, l'ex-journaliste fut un pilier du groupe de presse Sud Communication, qui n'a jamais dissimulé son soutien à Habré au nom de « son combat contre l'impérialisme ». Le fondateur du groupe, Babacar Touré, boit régulièrement le thé avec le Tchadien. Coulibaly ne l'a pas vu si souvent, mais il s'est fait remarquer, avant son entrée au gouvernement, par plusieurs écrits le défendant. Pour lui, Habré reste « un combattant pour la libération de l'Afrique », « un héros » qui l'a rendu « fier d'être africain ».

Pas d'états d'âme

Dans un de ses articles passés, Coulibaly citait une dédicace écrite en 1993 par Kéba Mbaye à l'intention de Habré. « Au président Hissène Habré, toujours prêt à défendre la dignité de l'homme africain au besoin jusqu'au sacrifice de sa personne, en hommage. » Kéba Mbaye, décédé en 2007, était une sommité au Sénégal. Il fut président de la Cour suprême, juge à la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, membre influent du Comité international olympique (CIO). C'était aussi le père d'Abdoul Mbaye.

Quand Habré a atterri au Sénégal, Kéba Mbaye a joué les bons offices pour régler un certain nombre de problèmes. Il admirait Habré. Son fils aussi. Aujourd'hui encore, Abdoul Mbaye évoque « un complot » contre cet « hypernationaliste qui a fait fonctionner son pays malgré l'adversité ». Il affirme toutefois ne pas avoir d'états d'âme à l'idée que son pays le juge, car cela relève d'une décision de la CIJ, une institution dont son père a été vice-président.

Mais ce qui lie le Premier ministre à Habré n'est pas qu'affectif. Quand Habré est arrivé au Sénégal, Mbaye dirigeait la Compagnie bancaire de l'Afrique occidentale (CBAO). À ce titre, il a eu à gérer une partie des fonds que Habré a emportés dans sa fuite (on parle de 15,2 millions d'euros). L'opposition crie au « blanchiment d'argent ». Lui s'en défend puisque à cette époque, rappelle-t-il, la loi n'interdisait pas ces pratiques. En outre, il avait reçu l'aval de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et des autorités sénégalaises.

Cela lui a valu une motion de censure déposée par l'opposition et balayée, le 26 décembre, par la majorité des députés. Mais ce n'était peut-être que le début des ennuis d'Abdoul Mbaye, car la justice pourrait un jour s'intéresser à cet argent qu'il a géré. En août, Aminata Touré affirmait qu'en cas de procès Habré « il faudra bien s'intéresser à son patrimoine ». « S'il est cité durant le procès et qu'il est encore Premier ministre, ce sera la honte pour le Sénégal », parie un cadre du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition). Et une belle épine dans le pied de Macky Sall.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Le retour au Sénégal d'Abdoulaye Wade, prévu le 25 avril, suscite de l'inquiétude au sein de la défense de son fils, Karim Wade. Mais pour l'instant, "Gorgui" a su garder le silence[...]

Sénégal : le vrai-faux retour d'Abdoulaye Wade

Annoncé pour mercredi, le retour d'Abdoulaye Wade à Dakar a finalement été reporté au vendredi 25 avril. Blocage des autorités sénégalaises ou stratégie de[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Abdoulaye Wade de retour mercredi au Sénégal après vingt-deux mois d'absence

L'ex-président Abdoulaye Wade est attendu mercredi 23 avril au Sénégal. Il avait quitté son pays après sa défaite électorale en 2012.[...]

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin,[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces