Extension Factory Builder
11/01/2013 à 11:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'interdiction des sacs plastiques est un défi. L'interdiction des sacs plastiques est un défi. © AFP

Le 1er janvier, la Mauritanie et le Mali ont à leur tour interdit la production, la vente et l'usage de ce type d'emballages.

Le Rwanda a été pionnier, en 2004. Puis ont suivi, entre autres, le Gabon, le Togo, la RDC, le Congo, le Ghana, l'Afrique du Sud, le Tchad ou encore le Maroc, où l'ensemble de la grande distribution s'est mis aux sacs biodégradables. Aujourd'hui, c'est au tour de la Mauritanie et du Mali de s'attaquer au fléau du sac plastique, responsable de la souillure des paysages, de la pollution des sols et de l'empoisonnement de la faune. L'interdiction de les fabriquer, de les vendre et de les utiliser y est entrée en vigueur le 1er janvier.

Et ce n'est pas fini, puisque la Côte d'Ivoire et l'Algérie envisagent elles aussi de légiférer. « Il y a une vraie volonté politique », assure Philippe Michon, représentant pour l'Afrique de Symphony Environmental, une société britannique qui distribue un additif chimique rendant les sacs biodégradables en trois ans. Cette dernière technologie est l'une des solutions de substitution, avec le sac en papier et le sac végétal (à base d'amidon de maïs notamment).

Informel

Reste que la mise en oeuvre de l'interdiction n'est pas une sinécure, notamment dans le secteur informel, qui échappe bien souvent aux lois. De plus, certains domaines d'activité, comme l'agroalimentaire, peuvent difficilement se passer du plastique : ainsi, au Rwanda, l'utilisation de cette matière a été réhabilitée dans certains cas. Les États sont également soumis aux pressions des producteurs de sacs eux-mêmes, qui, à moins d'investir massivement, sont menacés de disparaître avec une telle interdiction. En Mauritanie, par exemple, on trouve une douzaine de lignes de production.

« Nous voyons avec tristesse nos emballages se répandre dans la nature. C'est la raison pour laquelle nous avons réduit l'épaisseur de nos produits et créé une filière de recyclage », explique un industriel à Dakar, où aucune législation n'existe.

Si, comme au Togo, de nombreuses campagnes de sensibilisation ont été lancées dans les pays ayant interdit le sac plastique, une législation sans contrôle ni sanction reste inutile, comme a pu le constater le Tchad. La Mauritanie prévoit donc jusqu'à un an de prison et 1 million d'ouguiyas (2 475 euros) d'amende pour les contrevenants. Le prix à payer pour faire disparaître ces si peu naturelles « fleurs du Sahel ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Le fabuleux destin du confetti mauricien

Tout un symbole ! Fin juin, la première conférence Maurice-Afrique a pris ses quartiers à Port Louis. Sous les ors de l'hôtel Maritim, l'événement a attiré les repr&eacu[...]

Côte d'Ivoire : les Guignols de l'info

Imitant les chefs d'État africains, les trublions ivoiriens de la quotidienne L'Afterwork sur Radio Nostalgie passent en revue l'actualité du continent. Rendez-vous le 15 septembre pour la[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Côte d'Ivoire : Amara Essy, le recours du PDCI pour la présidentielle ?

Plusieurs dirigeants du PDCI cherchent un candidat de consensus dans leurs rangs pour éviter une candidature unique avec le RDR à la présidentielle de 2015. Leur choix s'est porté sur Amara Essy.[...]

RDC : Kengo wa Dondo met en garde contre une modification de la Constitution

Léon Kengo wa Dondo, le président du sénat de la RDC, a mis en garde lundi contre un "changement de Constitution" qui pourrait, selon lui, "menacer" la paix et la cohésion[...]

Gambie : la chasse aux gays est rouverte

Yahya Jammeh promulguera-t-il la loi qui promet la prison à perpétuité aux homosexuels et aux séropositifs gambiens ? Comme d’habitude, le suspense fait l’affaire de ce provocateur[...]

À quoi sert Mme Zuma ?

Si Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), était japonaise, elle se confondrait en kokaishiteimass (excuses publiques) et courbettes contrites, avant de [...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

RDC : Kabila gracie le pasteur Kuthino

Le président congolais Joseph Kabila a gracié dimanche, au nom de la "cohésion nationale", le pasteur Ferdinand Kuthino, chef d'une Église évangélique condamné à[...]

Hama Amadou : "J'ai fui le Niger pour sauver ma peau"

Il a préféré quitter le Niger plutôt que de risquer la prison. Accusé de complicité dans une affaire de trafic d'enfants, le président de l'Assemblée nationale Hama[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex