Extension Factory Builder
11/01/2013 à 11:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'interdiction des sacs plastiques est un défi. L'interdiction des sacs plastiques est un défi. © AFP

Le 1er janvier, la Mauritanie et le Mali ont à leur tour interdit la production, la vente et l'usage de ce type d'emballages.

Le Rwanda a été pionnier, en 2004. Puis ont suivi, entre autres, le Gabon, le Togo, la RDC, le Congo, le Ghana, l'Afrique du Sud, le Tchad ou encore le Maroc, où l'ensemble de la grande distribution s'est mis aux sacs biodégradables. Aujourd'hui, c'est au tour de la Mauritanie et du Mali de s'attaquer au fléau du sac plastique, responsable de la souillure des paysages, de la pollution des sols et de l'empoisonnement de la faune. L'interdiction de les fabriquer, de les vendre et de les utiliser y est entrée en vigueur le 1er janvier.

Et ce n'est pas fini, puisque la Côte d'Ivoire et l'Algérie envisagent elles aussi de légiférer. « Il y a une vraie volonté politique », assure Philippe Michon, représentant pour l'Afrique de Symphony Environmental, une société britannique qui distribue un additif chimique rendant les sacs biodégradables en trois ans. Cette dernière technologie est l'une des solutions de substitution, avec le sac en papier et le sac végétal (à base d'amidon de maïs notamment).

Informel

Reste que la mise en oeuvre de l'interdiction n'est pas une sinécure, notamment dans le secteur informel, qui échappe bien souvent aux lois. De plus, certains domaines d'activité, comme l'agroalimentaire, peuvent difficilement se passer du plastique : ainsi, au Rwanda, l'utilisation de cette matière a été réhabilitée dans certains cas. Les États sont également soumis aux pressions des producteurs de sacs eux-mêmes, qui, à moins d'investir massivement, sont menacés de disparaître avec une telle interdiction. En Mauritanie, par exemple, on trouve une douzaine de lignes de production.

« Nous voyons avec tristesse nos emballages se répandre dans la nature. C'est la raison pour laquelle nous avons réduit l'épaisseur de nos produits et créé une filière de recyclage », explique un industriel à Dakar, où aucune législation n'existe.

Si, comme au Togo, de nombreuses campagnes de sensibilisation ont été lancées dans les pays ayant interdit le sac plastique, une législation sans contrôle ni sanction reste inutile, comme a pu le constater le Tchad. La Mauritanie prévoit donc jusqu'à un an de prison et 1 million d'ouguiyas (2 475 euros) d'amende pour les contrevenants. Le prix à payer pour faire disparaître ces si peu naturelles « fleurs du Sahel ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Burkina : le projet de loi révisant la Constitution examiné le 30 octobre

Burkina : le projet de loi révisant la Constitution examiné le 30 octobre

C'est le 30 octobre que les députés burkinabè se prononceront sur projet de loi visant à modifier la Constitution et permettant à Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat en 2015.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo, ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

Théâtre : Étienne Minoungou sur le ring avec Muhammad Ali

Pour Étienne Minoungou, le directeur des Récréâtrales, qui se tiennent du 25 octobre au 2 novembre à Ouagadougou, l'art est un combat. Sur scène, il incarne le plus[...]

Pourquoi le Niger a acheté un avion de renseignement à 10 millions d'euros

Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi avoir fait l'acquisition d'un avion de renseignement pour lutter contre les groupes armés islamistes le long de ses frontières avec le Mali et la Libye. Quelles en[...]

Centrafrique : l'attaque d'un groupe armé dans le Centre fait au moins 30 morts

Des éléments armés assimilés aux Peuls et aux ex-Séléka ont attaqué un village de la région Balaka, centre de la Centrafrique, rapporte jeudi la Minusca, la mission de l'ONU[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas[...]

Nigeria : une explosion dans une gare routière fait au moins 5 morts

Une forte explosion mercredi dans une gare routière d'un État du nord du Nigeria précédemment ciblé par Boko Haram a fait au moins cinq morts.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers