Extension Factory Builder
10/01/2013 à 19:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secteur de la pêche représente 17% du PIB et 35% des emplois locaux. Le secteur de la pêche représente 17% du PIB et 35% des emplois locaux. © Vincent Fournier pour J.A.

Les autorités préparent un nouveau plan de développement régional. De quoi donner une vraie substance au projet d'autonomie.

Le 6 novembre dernier, Mohammed VI avait demandé au Conseil économique, social et environnemental (Cese) de préparer un « modèle de développement régional intégré et rigoureux » pour les provinces du Sud. Une commission ad hoc s'est donc attelée à la tâche et vient de produire un rapport préliminaire. Ce document d'une quinzaine de pages a été présenté au roi le 2 janvier par Chakib Benmoussa, le président du Cese, en présence d'Abdelilah Benkirane, le chef du gouvernement, de Mohand Laenser, son ministre de l'Intérieur, et de quatre membres du cabinet royal : Omar Azziman, Zoulikha Nasri, Fouad Ali El Himma et Abdeltif Menouni.

Cette « note de cadrage » livre un premier diagnostic sans complaisance de la situation économique et sociale des provinces sahraouies. Si l'effort d'investissement de l'État du Maroc est patent - ce dont témoigne l'indice de développement humain au Sahara, supérieur à la moyenne nationale -, la région « n'a pas connu de réel décollage économique ». La création locale de valeur ajoutée reste très faible, en dépit d'exonérations fiscales censées encourager l'investissement privé. On est loin du discours lénifiant sur le « bond en avant », ce qui constitue un premier indice du sérieux de la démarche des rapporteurs.

Malgré les investissements, ces provinces ne connaissent pas encore de réel décollage.

Sur le plan social, souligne le document, les provinces sahraouies sont affligées d'un chômage « persistant », touchant plus particulièrement les femmes et les jeunes, de « difficultés de cohésion sociale et d'intégration » alimentant les « tensions sociales ». Une allusion à peine voilée aux incidents de ces dernières années à Laayoune (2005, 2010), Boujdour et Dakhla (2011).

Démarche participative

Bref, le constat invite à repenser en profondeur l'action des services de l'État, dont la « gestion locale reste déterminée par des considérations d'urgence plutôt que par une vision à moyen et long termes ». D'ailleurs, la réflexion engagée par le Cese s'inscrit dans une perspective relativement lointaine mais « réaliste, se situant entre dix et quinze ans ». D'ici à la remise du rapport définitif, prévue en octobre 2013, le Conseil prévoit de rencontrer un large éventail d'acteurs, au-delà des membres du gouvernement, de l'administration territoriale et des présidents des régions et collectivités locales déjà auditionnés ces dernières semaines. Il est ainsi prévu de multiplier les rencontres avec les chioukh (chefs) des tribus, les acteurs économiques et des membres de la société civile, dans une démarche participative.

Au moment où le processus de règlement politique - et notamment les pourparlers directs sous l'égide du représentant onusien, Christopher Ross - semble au point mort, Rabat entend reprendre la main en donnant plus de substance à sa proposition d'autonomie élargie présentée en avril 2007 pour régler le conflit au Sahara occidental. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex