Extension Factory Builder
10/01/2013 à 19:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secteur de la pêche représente 17% du PIB et 35% des emplois locaux. Le secteur de la pêche représente 17% du PIB et 35% des emplois locaux. © Vincent Fournier pour J.A.

Les autorités préparent un nouveau plan de développement régional. De quoi donner une vraie substance au projet d'autonomie.

Le 6 novembre dernier, Mohammed VI avait demandé au Conseil économique, social et environnemental (Cese) de préparer un « modèle de développement régional intégré et rigoureux » pour les provinces du Sud. Une commission ad hoc s'est donc attelée à la tâche et vient de produire un rapport préliminaire. Ce document d'une quinzaine de pages a été présenté au roi le 2 janvier par Chakib Benmoussa, le président du Cese, en présence d'Abdelilah Benkirane, le chef du gouvernement, de Mohand Laenser, son ministre de l'Intérieur, et de quatre membres du cabinet royal : Omar Azziman, Zoulikha Nasri, Fouad Ali El Himma et Abdeltif Menouni.

Cette « note de cadrage » livre un premier diagnostic sans complaisance de la situation économique et sociale des provinces sahraouies. Si l'effort d'investissement de l'État du Maroc est patent - ce dont témoigne l'indice de développement humain au Sahara, supérieur à la moyenne nationale -, la région « n'a pas connu de réel décollage économique ». La création locale de valeur ajoutée reste très faible, en dépit d'exonérations fiscales censées encourager l'investissement privé. On est loin du discours lénifiant sur le « bond en avant », ce qui constitue un premier indice du sérieux de la démarche des rapporteurs.

Malgré les investissements, ces provinces ne connaissent pas encore de réel décollage.

Sur le plan social, souligne le document, les provinces sahraouies sont affligées d'un chômage « persistant », touchant plus particulièrement les femmes et les jeunes, de « difficultés de cohésion sociale et d'intégration » alimentant les « tensions sociales ». Une allusion à peine voilée aux incidents de ces dernières années à Laayoune (2005, 2010), Boujdour et Dakhla (2011).

Démarche participative

Bref, le constat invite à repenser en profondeur l'action des services de l'État, dont la « gestion locale reste déterminée par des considérations d'urgence plutôt que par une vision à moyen et long termes ». D'ailleurs, la réflexion engagée par le Cese s'inscrit dans une perspective relativement lointaine mais « réaliste, se situant entre dix et quinze ans ». D'ici à la remise du rapport définitif, prévue en octobre 2013, le Conseil prévoit de rencontrer un large éventail d'acteurs, au-delà des membres du gouvernement, de l'administration territoriale et des présidents des régions et collectivités locales déjà auditionnés ces dernières semaines. Il est ainsi prévu de multiplier les rencontres avec les chioukh (chefs) des tribus, les acteurs économiques et des membres de la société civile, dans une démarche participative.

Au moment où le processus de règlement politique - et notamment les pourparlers directs sous l'égide du représentant onusien, Christopher Ross - semble au point mort, Rabat entend reprendre la main en donnant plus de substance à sa proposition d'autonomie élargie présentée en avril 2007 pour régler le conflit au Sahara occidental. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

GES 2014 : Marrakech se fait capitale mondiale de l'entrepreneuriat

 Chefs d'Etats, grands patrons, ministres, jeunes entrepreneurs... Ils sont tous venus à Marrakech pour participer à la cinquième édition du Sommet Global de entrepreneuriat, la première du[...]

Le marocain Saham s'implante au Nigeria

Saham a acquis 40% de la société nigériane d'assurance non-vie Unitrust Insurance. Pénétrant sur le troisième marché du continent et l'un des plus prometteurs.[...]

Un ressortissant français et sa fille retrouvés mort dans le centre du Maroc

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce double homicide remonte à une semaine et aurait été motivé par le vol. Trois suspects ont été arrêtés,[...]

Exclusif : le fonds souverain de la Norvège se tourne vers Casablanca

 Le fonds souverain norvégien, le plus grand du monde avec un total d'actif de 878 milliards de dollars, vient de placer le Maroc sur ses radars.[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Maroc : la BERD prête 100 millions d'euros à Banque centrale populaire

 La BERD a accordé une ligne de financement de 100 millions d'euros à Banque centrale populaire pour renforcer les prêts accordés des micro-entreprises et des PME marocaines.[...]

Vidéo - Maroc : le prince Moulay Rachid se marie, un événement haut en couleurs

Le Maroc célèbre sur trois jours le mariage du prince Moulay Rachid, frère du roi Mohammed VI et deuxième dans l'ordre de la succession monarchique. Un événement dans la vie de la[...]

Afrique francophone : et les meilleures business schools en 2014 sont...

Engagées dans une course à la reconnaissance, les écoles de commerce s'internationalisent et se diversifient. Jeune Afrique a passé au crible les établissements d'Afrique francophone,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers