Extension Factory Builder
10/01/2013 à 18:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères. Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères. © Sipa

L'ambassadeur de Belgique au Congo, Jan De Bruyne, est sur la sellette. Depuis ses propos critiques à l'égard du gouvernement congolais, il est dans le viseur de Brazzaville.

En poste depuis à peine trois mois, Jan De Bruyne, l'ambassadeur de Belgique au Congo-Brazzaville, va-t-il bientôt boucler ses valises pour rentrer à Bruxelles ? C'est ce que Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, a laissé entendre au président Denis Sassou Nguesso au cours d'une conversation téléphonique, fin décembre.

Motif de ce rappel programmé : les propos considérés comme offensants à l'égard du gouvernement congolais tenus par De Bruyne lors d'un briefing devant une délégation d'hommes d'affaires belges le 14 décembre dans un hôtel de Brazzaville. Ces propos critiquant en termes crus la gouvernance locale ont été prononcés en flamand par ce diplomate étiqueté N-VA, le parti indépendantiste et populiste que dirige Bart De Wever. Mais leur traduction a vite été communiquée à la présidence congolaise. Et leur teneur au chef de la diplomatie belge, qui a dû s'en excuser auprès de « DSN » et promettre une réaction.

« Brazzaville n'est pas Kinshasa, assure un proche du chef de l'État. Ici, un ambassadeur belge ne peut pas dire n'importe quoi en toute impunité. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka. U[...]

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Congo : le procès Ntsourou s'ouvre à Brazzaville

Plus de six mois après son arrestation, Marcel Ntsourou a été présenté mercredi matin devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Brazzaville. L'ancien chef adjoint des services de[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Congo-Brazzaville : à Paris, l'opposition en exil veut forcer Sassou Nguesso au départ

Alors que le camp présidentiel évoque une modification de la Constitution pour permettre à Denis Sassou Nguesso de se représenter, l’opposition congolaise en exil a organisé un[...]

Daniel Biyaoula, écrivain iconoclaste

En 1997, un nouveau nom apparut dans le paysage littéraire africain : Daniel Biyaoula, natif du Congo-Brazzaville. Auteur alors d'un premier roman, L'Impasse, ambitieux aussi bien dans la forme que dans le ton[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance et de l'impunité

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers