Extension Factory Builder
11/01/2013 à 10:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Président du Collectif de la Fabrique culturelle des anciens abattoirs de Casablanca.

L'Afrique cherche, depuis toujours, un moyen pour raccrocher son wagon au train mondial du développement. Mais elle « s'obstine » à demeurer un concentré de pauvreté et d'inégalités, rendant les bilans d'étapes globalement insatisfaisants. Bien que les niveaux de développement de ses 55 pays soient inégaux, le constat global demeure celui d'un continent qui continue d'exporter ses ressources naturelles sans investir dans les moyens de les transformer à travers l'éducation, la recherche et des politiques publiques favorisant la créativité en tant qu'élément moteur de l'économie. L'Afrique reste un marché pour les créations des autres. Elle consomme et fournit au reste du monde la matière première de ce qu'elle (r)achète au prix fort.

En attendant des politiques publiques volontaristes qui traiteraient des problèmes structurels de l'Afrique et des Africains, la société civile et quelques intellectuels, artistes et politiques se penchent sur l'expérimentation de solutions pérennes permettant au continent de trouver sa place dans le concert mondial en proposant la culture comme l'un des éléments de réponse au sous-développement. Rêvent-ils ? À l'évidence, oui, ils rêvent encore. La culture ne constitue toujours pas une priorité des gouvernants. « Les Africains ont davantage besoin de routes, d'habitat, d'hôpitaux, d'électricité, de réseaux d'eau potable, d'eaux usées... » répètent les décideurs.

Ces « utopistes » ont pourtant des arguments, étayés par des organismes internationaux comme l'Unesco. De plus en plus d'études et d'exemples, hors du continent, démontrent en quoi la culture est un moyen pour les développements humain, social et économique. Et qu'elle constitue un aliment pour la conscience de l'individu, un ciment pour les peuples et une opportunité économique pour l'Afrique.

Société civile

La recherche pragmatique des solutions nous dirige naturellement vers les industries créatives en faisant valoir le patrimoine de l'Afrique et l'intelligence des Africains. Le continent, après avoir raté sa révolution industrielle, pourrait avoir la possibilité (et le devoir) de se raccrocher à la « révolution de l'intelligence ». Il ne s'agit pas que d'un rêve, mais de la nécessité d'innover pour survivre dans un monde où l'économie est globalisée.

Comme à l'accoutumée, l'exemple vient de la société civile et des artistes. À Nairobi, le GoDown Arts Centre est une usine à industries créatives rassemblant des artistes et des opérateurs culturels où les plus grands stylistes du monde viennent acheter leurs accessoires et de l'inspiration.

À Casablanca, quelques irréductibles gnaouis se sont mis à vouloir transformer la friche industrielle des anciens abattoirs en Fabrique culturelle, répondant ainsi au besoin d'espaces de création, au déficit des politiques culturelles et au désintérêt des publics jeunes et défavorisés notamment, mais pas seulement, pour la culture. Ce collectif pose également la question de la prise en compte de la culture dans les politiques publiques du développement de la ville.

Fierté

À Dakar, début décembre, lors du sommet Africités 2012, le réseau panafricain Arterial Network a proposé la mise en place, chaque année, d'une Capitale africaine de la culture, afin que les villes élaborent des politiques culturelles et les intègrent en tant qu'éléments structurels de leur développement. Pour que la culture suscite le tourisme intra-africain, crée des emplois directs (artistes) et indirects (hôtels, restaurants, etc.), valorise les artistes et l'image des villes africaines.

L'Afrique est ronde de son âme et de son intelligence. Elle a également besoin d'être carrée pour être compétitive dans la mondialisation, de savoir façonner sa matière première et de l'universaliser. Sinon, elle continuera de consommer la valeur ajoutée des autres et, forcément, de se dénaturer. Car quand elle ne se renouvelle pas, l'identité se perd. Un sursaut de fierté poussera peut-être nos gouvernants à vouloir « universaliser » les valeurs africaines. C'est du structurel qu'il faut à l'Afrique. Investissons dans l'homme et dans son intelligence. Il ne s'agit pas là de poésie, mais de paix sociale et de prospérité économique. C'est à ce prix que l'Afrique sauvera ses enfants. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias "Lhaqed", est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agents des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex