Extension Factory Builder
10/01/2013 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Directeur stratégie et communication au sein du think-tank marocain Institut Amadeus

Avant de rejoindre le cabinet royal, il y a près de un an, Taïeb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères du royaume, laissait à son successeur, Saadeddine El Othmani, un précieux legs en guise de cadeau de bienvenue : un mandat de deux ans (2012-2014) en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies. Un siège remporté haut la main puisque le Maroc avait été élu dès le premier tour avec une majorité écrasante de 153 voix à l'issue du vote des 193 États membres, soit bien plus que les deux tiers requis.

L'Union africaine (dont le Maroc, par ailleurs membre fondateur de l'OUA, ne fait plus partie depuis qu'y a été admise, en 1984, la République arabe sahraouie démocratique, RASD) avait avalisé les candidatures du Togo et de la Mauritanie... sans réel impact au final puisque nombre de pays africains n'ont pas hésité à voter pour le Maroc. Une belle victoire, sachant que, dans l'esprit de tous, la question du Sahara occidental, priorité absolue au Maroc, reste avant tout une affaire africaine. Et un retour au premier plan pour la diplomatie marocaine, désormais pleinement engagée, sous l'égide de l'actuel ministre, sur deux crises majeures : la Syrie et le Sahel.

Membre de la première heure du groupe des Amis de la Syrie, lors de la réunion de février 2012 à Tunis, Rabat a, dès les premières semaines de son mandat onusien, présenté une résolution en quatre points jugés essentiels sur le dossier syrien : obtenir l'arrêt immédiat de toutes les violences, aider à une transition pacifique répondant aux aspirations du peuple syrien, maintenir la souveraineté de la Syrie et de son intégrité territoriale et, surtout, exclure toute intervention militaire extérieure. Une dernière option qui paraît désormais inévitable au regard de l'escalade de la violence, au grand dam des officiels marocains. En effet, acteur majeur de la mission arabe d'observation en Syrie, puis de celle des Nations unies, le Maroc, au contraire de certains autres pays arabes, a toujours privilégié un règlement politique du conflit.

Sahel

En accueillant à Marrakech la dernière réunion du groupe, la diplomatie marocaine a ainsi voulu oeuvrer pour renforcer la légitimité de la nouvelle coalition nationale et faire de cette alliance élargie, formée à la suite de la conférence de Doha de novembre, un interlocuteur crédible et véritable représentant légitime du peuple syrien.

Sur le Sahel, les enjeux sont tout aussi cruciaux. Si le Maroc ne fait pas partie à proprement parler des pays dits « du champ », il se trouve néanmoins au premier rang des pays concernés par la crise malienne.

Au sein de l'Institut Amadeus, nous avions bien en amont (essentiellement via les précédentes éditions du forum MEDays) alerté l'opinion internationale face aux risques d'embrasement dans une région caractérisée par les trafics d'armes et de drogues, des frontières poreuses et un sédentarisme inquiétant de groupes terroristes, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en tête.

Conseil de sécurité

Là encore, la diplomatie marocaine opte pour le dialogue et la voie difficile de la négociation, en se positionnant très rapidement comme l'un des soutiens solides aux initiatives entreprises par la Cedeao ainsi qu'à la médiation menée par le Burkina Faso entre les autorités maliennes, le MNLA et les groupes islamistes armés du Nord, certains sous l'emprise d'Aqmi. Très sensible à la question de l'intégrité territoriale, Rabat se montre très naturellement intransigeant quant à l'unité du Mali.

Au Conseil de sécurité, le Maroc est aussi actif sur d'autres fronts : Gaza (perpétuant ainsi la longue tradition du royaume chérifien à apporter un soutien indéfectible à la cause palestinienne), mais aussi la RD Congo.

Opération séduction, donc, pour la diplomatie marocaine à New York. Avec, sans aucun doute, l'ambition à peine voilée, à la suite de ce mandat, de faire davantage pencher l'entité onusienne vers la proposition d'autonomie des provinces du Sud présentée par Rabat dans le cadre d'un règlement définitif du conflit du Sahara.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Rajaâ Cherkaoui El Moursli : "Il faut commencer très tôt à intéresser les filles aux matières scientifiques"

La physicienne marocaine Rajaâ Cherkaoui El Moursli a remporté le prix de la fondation L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science, zone Afrique et États arabes. Une belle récompense pour cette[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2711p098.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2711p098.xml0 from 172.16.0.100