Extension Factory Builder
02/01/2013 à 17:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un drône américain. Un drône américain. © AFP

Édito de Gideon Rachman, journaliste au Financial Times.

Qu'est-ce qui est pire ? Maintenir quelqu'un en détention pendant plusieurs années en attendant d'être en mesure d'établir la preuve qu'il est un terroriste ? Ou bien tuer quelqu'un dont vous ne connaissez même pas le nom, parce que son comportement suggère qu'il pourrait être un terroriste ? La première stratégie se traduit par l'incarcération sans jugement de suspects sur la base de Guantánamo. C'est le symbole de l'ère Bush, et elle suscite une condamnation unanime. La seconde aboutit à des frappes de drones contre des terroristes présumés. C'est devenu la marque de fabrique de l'administration Obama, et personne ne s'en soucie vraiment. Tout se passe comme si on pardonnait à Barack Obama l'extrême brutalité de sa politique antiterroriste pour la simple raison qu'il jouit d'une image positive. N'a-t-il pas obtenu le prix Nobel de la paix ? Cette complaisance est peut-être en train de prendre fin.

Le développement de ce programme secret finit par provoquer, à juste titre, interrogations et critiques. Ancien ambassadeur de Bush auprès de l'Otan, Kurt Volker posait récemment de bonnes questions dans le Washington Post : « Quelle nation voulons-nous être ? Un pays tenant à jour en permanence une liste de gens à abattre ? Un pays qui, dans des centres d'opérations high-tech, forme des techniciens à tuer des êtres humains à l'autre bout de la planète parce qu'une agence de renseignements a décrété qu'ils étaient des terroristes ? » Tout cela reflète le malaise moral ressenti par beaucoup face à cette guerre qui ressemble un peu trop à un jeu vidéo. Certes, tuer quelqu'un à l'aide d'un drone peut paraître exagérément facile, presque tentant, mais la dénonciation du caractère irréel et abstrait de la méthode n'est pas très convaincante. Après tout, la plupart des pays seraient ravis de disposer d'un tel moyen de réduire les pertes dans les rangs de leurs forces armées. Et puis, il est tout à fait possible de faire des victimes civiles et de perpétrer des massacres de masse par des moyens plus conventionnels !

Guerre et assassinat

Non, l'objection la plus sérieuse qu'on puisse faire à l'usage des drones, c'est qu'il estompe la frontière entre guerre et assassinat. Un homme soupçonné de préparer un attentat terroriste sur le sol américain peut être arrêté et traduit devant un tribunal. Mais s'il se trouve dans les zones tribales du Pakistan, on peut estimer qu'il n'existe pas d'autre moyen de le neutraliser que de le réduire en miettes. La majorité des frappes a lieu dans des théâtres d'opérations comme l'Afghanistan ou l'Irak. Mais la CIA a également mis en place un important programme secret d'attaques de drone au Pakistan, au Yémen ou en Somalie. Certaines frappes visent des terroristes reconnus, comme Anwar al-Awlaki, un islamiste radical disposant d'un passeport américain abattu au Yémen. D'autres prennent pour cible des inconnus dont le comportement est apparu suspect - on parle alors d'« attaques signatures ». Les Américains soutiennent que ces dernières sont en réalité ciblées avec précision, et qu'elles ne font qu'un nombre limité de victimes civiles. Mais, à en croire une étude universitaire récente, entre 474 et 881 civils, parmi lesquels 200 enfants, ont été tués par des drones au Pakistan.

L'administration Obama justifie ces frappes par les nécessités de la « guerre contre le terrorisme », mais c'est jouer sur les mots. Car, que l'on sache, les États-Unis ne sont pas en guerre contre le Pakistan ! D'ailleurs, le programme de frappes est secret. Il est conduit par une agence de renseignements, non par l'armée régulière. La base légale de ces attaques est encore plus ténue quand celles-ci ont lieu dans des pays comme la Somalie, à des milliers de kilomètres des champs de bataille afghans.

De nombreux pays - de la Turquie à la Chine, en passant par la Russie - affirment leur intention de se lancer à leur tour dans une guerre contre le terrorisme. Que se passera-t-il s'ils décident de suivre l'exemple américain et d'éliminer leurs ennemis à l'étranger à l'aide de drones ? Après tout, le coût financier de tels programmes n'est pas démesuré... Et la technologie requise pas si difficile à maîtriser... 

___

Gideon Rachman, Financial Times et Jeune Afrique

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil d'administratio[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

Le foot n'est pas la guerre, vous êtes sûr ?

Il n'y a pas qu'en Afrique que les questions politiques font irruption sur les terrains de football.[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Cinéma : "Bande de filles", quatre ados dans le vent

Porté par des actrices non professionnelles, le film de Céline Sciamma "Bande de filles" pose un regard plein de fraîcheur sur les banlieues françaises.[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain du groupe français.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers