Extension Factory Builder
02/01/2013 à 17:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un drône américain. Un drône américain. © AFP

Édito de Gideon Rachman, journaliste au Financial Times.

Qu'est-ce qui est pire ? Maintenir quelqu'un en détention pendant plusieurs années en attendant d'être en mesure d'établir la preuve qu'il est un terroriste ? Ou bien tuer quelqu'un dont vous ne connaissez même pas le nom, parce que son comportement suggère qu'il pourrait être un terroriste ? La première stratégie se traduit par l'incarcération sans jugement de suspects sur la base de Guantánamo. C'est le symbole de l'ère Bush, et elle suscite une condamnation unanime. La seconde aboutit à des frappes de drones contre des terroristes présumés. C'est devenu la marque de fabrique de l'administration Obama, et personne ne s'en soucie vraiment. Tout se passe comme si on pardonnait à Barack Obama l'extrême brutalité de sa politique antiterroriste pour la simple raison qu'il jouit d'une image positive. N'a-t-il pas obtenu le prix Nobel de la paix ? Cette complaisance est peut-être en train de prendre fin.

Le développement de ce programme secret finit par provoquer, à juste titre, interrogations et critiques. Ancien ambassadeur de Bush auprès de l'Otan, Kurt Volker posait récemment de bonnes questions dans le Washington Post : « Quelle nation voulons-nous être ? Un pays tenant à jour en permanence une liste de gens à abattre ? Un pays qui, dans des centres d'opérations high-tech, forme des techniciens à tuer des êtres humains à l'autre bout de la planète parce qu'une agence de renseignements a décrété qu'ils étaient des terroristes ? » Tout cela reflète le malaise moral ressenti par beaucoup face à cette guerre qui ressemble un peu trop à un jeu vidéo. Certes, tuer quelqu'un à l'aide d'un drone peut paraître exagérément facile, presque tentant, mais la dénonciation du caractère irréel et abstrait de la méthode n'est pas très convaincante. Après tout, la plupart des pays seraient ravis de disposer d'un tel moyen de réduire les pertes dans les rangs de leurs forces armées. Et puis, il est tout à fait possible de faire des victimes civiles et de perpétrer des massacres de masse par des moyens plus conventionnels !

Guerre et assassinat

Non, l'objection la plus sérieuse qu'on puisse faire à l'usage des drones, c'est qu'il estompe la frontière entre guerre et assassinat. Un homme soupçonné de préparer un attentat terroriste sur le sol américain peut être arrêté et traduit devant un tribunal. Mais s'il se trouve dans les zones tribales du Pakistan, on peut estimer qu'il n'existe pas d'autre moyen de le neutraliser que de le réduire en miettes. La majorité des frappes a lieu dans des théâtres d'opérations comme l'Afghanistan ou l'Irak. Mais la CIA a également mis en place un important programme secret d'attaques de drone au Pakistan, au Yémen ou en Somalie. Certaines frappes visent des terroristes reconnus, comme Anwar al-Awlaki, un islamiste radical disposant d'un passeport américain abattu au Yémen. D'autres prennent pour cible des inconnus dont le comportement est apparu suspect - on parle alors d'« attaques signatures ». Les Américains soutiennent que ces dernières sont en réalité ciblées avec précision, et qu'elles ne font qu'un nombre limité de victimes civiles. Mais, à en croire une étude universitaire récente, entre 474 et 881 civils, parmi lesquels 200 enfants, ont été tués par des drones au Pakistan.

L'administration Obama justifie ces frappes par les nécessités de la « guerre contre le terrorisme », mais c'est jouer sur les mots. Car, que l'on sache, les États-Unis ne sont pas en guerre contre le Pakistan ! D'ailleurs, le programme de frappes est secret. Il est conduit par une agence de renseignements, non par l'armée régulière. La base légale de ces attaques est encore plus ténue quand celles-ci ont lieu dans des pays comme la Somalie, à des milliers de kilomètres des champs de bataille afghans.

De nombreux pays - de la Turquie à la Chine, en passant par la Russie - affirment leur intention de se lancer à leur tour dans une guerre contre le terrorisme. Que se passera-t-il s'ils décident de suivre l'exemple américain et d'éliminer leurs ennemis à l'étranger à l'aide de drones ? Après tout, le coût financier de tels programmes n'est pas démesuré... Et la technologie requise pas si difficile à maîtriser... 

___

Gideon Rachman, Financial Times et Jeune Afrique

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers