Extension Factory Builder
03/01/2013 à 19:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La rédaction du quotidien, à Buenos Aires. La rédaction du quotidien, à Buenos Aires. © SIPA

Le plus grand groupe de presse du pays refusant de se mettre en conformité avec la nouvelle loi sur les médias, le gouvernement a entrepris de le démanteler. Depuis, la bataille judiciaire fait rage.

Sa popularité est en chute libre (34 %, contre 60 % l'année dernière) et les manifestations contre la politique de son gouvernement se multiplient. C'est pourtant le moment choisi par la présidente Cristina Kirchner pour déclarer la guerre à Clarín, le plus gros groupe de presse du pays, qui refuse de se mettre en conformité avec la loi sur les médias adoptée en 2009, à une large majorité, par le Congrès. Le nouveau texte limite en effet le nombre de stations de radio, de chaînes de télévision et d'abonnés au câble que peut détenir un même groupe. À lui seul, le géant Clarín contrôle 70 % du marché des médias argentins et possède quelque 500 sociétés : le quotidien du même nom, bien sûr, mais aussi 10 stations de radio, 4 chaînes de télévision, 240 canaux de télévision par câble et de multiples fournisseurs d'accès à internet. Son chiffre d'affaires a culminé en 2011 à 1,6 milliard d'euros. Soit une progression de 27,8 % par rapport à l'année précédente.

Le démantèlement partiel du groupe, de plus en plus critique au fil des années à l'égard de la politique du gouvernement, devait intervenir le 7 décembre, date butoir pour l'application de la loi. L'exécutif envisageait d'ailleurs de lancer à cette occasion plusieurs appels d'offres en vue de la reprise d'une partie des actifs du groupe. Mais la veille, un juge a suspendu l'application de l'article qui oblige l'entreprise à céder la plupart de ses moyens de communication. Il souhaitait s'assurer au préalable de la constitutionnalité dudit article. La réaction des autorités a été d'une extrême violence, le chef de cabinet de la présidence allant jusqu'à dénoncer un « tribunal de merde ».

"Qué te pasa ?"

En abrogeant la loi de radiodiffusion de 1980, héritage de la dictature militaire, Kirchner et ses amis souhaitent officiellement accroître la diversité des médias, ce qui se conçoit parfaitement. Mais l'opposition les accuse de chercher du même coup à neutraliser Clarín, leur principal ennemi. Les relations entre les deux parties n'ont pourtant pas toujours été aussi tumultueuses... Au temps de l'ancien président Néstor Kirchner (2003-2007), elles étaient même idylliques. Le défunt mari de Cristina avait en effet autorisé la fusion des deux plus grandes compagnies de télévision par câble, dont Clarín, à l'époque l'un de ses principaux soutiens, était devenu propriétaire. Tout a commencé à se gâter en 2008, un an après l'élection de Cristina, quand le groupe a pris la défense des agriculteurs qui protestaient contre la hausse des taxes à l'exportation. « Qué te pasa Clarín ? » (Que t'arrive-t-il Clarín ?) s'était interrogé Néstor.

Depuis, les tensions n'ont jamais cessé. Elles se sont même accrues au mois de novembre dernier, après que les filiales du groupe eurent largement contribué au succès des manifestations contre la politique économique du gouvernement. « Cristina Kirchner a le chic pour provoquer des situations conflictuelles qui tournent souvent en sa défaveur en raison des erreurs qu'elle commet », explique l'analyste politique Julián Hermida. Mais cette fois, la partie semble bien engagée pour elle.

Le 14 décembre, à la surprise générale, le juge constitutionnel a déclaré la loi sur les médias conforme à la Carta Magna (la « Grande Charte »), autrement dit à la Constitution. Trois jours plus tard, Martín Sabbatella, le responsable de l'Autorité fédérale des services de communication audiovisuelle (Afsca), a annoncé face à des dizaines de caméras rassemblées devant le siège du groupe la mise en vente de licences de radio-télévision appartenant à Clarín. Fou de rage, celui-ci dénonce l'illégalité du processus et compte bien faire appel de la décision. À suivre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du [...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire : les Éléphants n'auront pas de prime de participation pour la CAN 2015

À quelques jours des phases finales de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN 2015), le budget que l’État ivoirien mettra à la disposition de la Fédération ivoirienne de f[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président burkinab[...]

Sexe, amour et Ebola : ce que les Africains ont recherché en 2014 sur Google

L'année 2014 touchant à son terme, le moteur de recherche Google a publié ses statistiques concernant les requêtes des utilisateurs durant les douze derniers mois. L'occasion de dresser le portrait type [...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes r&eacu[...]

Hery tente de réconcilier quatre ex-présidents malgaches à Ivato

C’est une rencontre très attendue qui se tient ce vendredi à Ivato, en périphérie d’Antananarivo, entre tous les anciens chefs d’État malgaches encore en vie autour de l’a[...]

Les sons de la semaine #24 : le retour (en grâce) de D'Angelo, les vingt meilleurs titres de 2014

Bienvenu dans notre dernière sélection musicale de l'année. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle se termine en beauté ![...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de mainti[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers