Extension Factory Builder
31/12/2012 à 12:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zhang Xin, une succès story à la chinoise. Zhang Xin, une succès story à la chinoise. © DR

À 47 ans, Zhang Xin est déjà depuis 10 ans de le palmarès Forbes des cent femmes les plus influentes dans le monde. Portrait d'une diva de l'immobilier chinois.

À la télévision ou dans les magazines people, impossible de la rater. Vêtements branchés, allure moderne et cool, Zhang Xin aime prendre la pose. Dans un pays qui, traditionnellement, aime la discrétion, le parcours météorique de cet ovni étonne et détonne. À 14 ans, la jeune Xin habitait encore dans un bidonville de Hong Kong et assemblait des jouets bon marché dans des usines du delta de la rivière des Perles. Trente ans plus tard, en 2008, elle a fait son entrée dans le palmarès Forbes des cent femmes les plus influentes du monde. Bref, à 47 ans, Zhang Xin a tout réussi et se trouve aujourd'hui à la tête de l'un des groupes immobiliers les plus puissants de Chine. Les immeubles Soho, acronyme de Small Office, Home Office, sont désormais l'un des symboles de la capitale.

Elle descend d'une longue lignée d'immigrants chinois. Parents divorcés alors qu'elle n'a que 5 ans... Enfance ballottée au gré des boulots décrochés par sa mère... En 1972, elle est à Pékin, huit ans plus tard à Hong Kong, où elle travaille au côté de sa mère dans les ateliers de l'ancienne colonie britannique. En 1984, c'est le déclic. Un de ses amis d'enfance lui rend visite et, raconte- t-elle dans sa biographie, « chamboule sa vie ». Le jeune homme parle anglais et a étudié à l'étranger. « Ta vie ici est vraiment terrible, lui dit-il, tu devrais partir aux États-Unis. »

Yuppie

Elle va faire le grand saut. Mais pas en Amérique, au Royaume-Uni, où, au prix de longues nuits passées à apprendre l'anglais, elle obtient une bourse d'études. À Cambridge, elle soutient une thèse sur « les privatisations en Chine continentale » et décroche un master en économie. En 1994, lors d'un voyage d'affaires en Chine, cette yuppie de Wall Street - elle travaille alors pour Goldman Sachs - rencontre celui qui va devenir son mari. Ce dernier laisse tomber son entreprise et en crée une autre avec sa nouvelle femme : « J'étais comme Yoko Ono (l'épouse de feu John Lennon), tous ses anciens associés me détestaient », raconte la jeune femme.

Pour décrire ce couple star, les Chinois utilisent souvent l'image des deux tortues. Ici, ceux qui, comme Zhang, ont passé une partie de leur vie en Occident sont appelés hai gui, c'est-à-dire les « tortues de mer », celles qui finissent toujours par retourner à l'océan. Pan, son mari, est une tu bie, une « tortue de terre », prudente et avisée. Il connaît admirablement les rouages du pays et les mauvaises langues attribuent volontiers la réussite de madame aux contacts de monsieur. En réalité, c'est le mariage de ces deux tortues qui a fait le succès du groupe Soho.

Aujourd'hui, l'incroyable réussite du couple (qui, au passage, témoigne de l'importance croissante des femmes dans la société chinoise) s'affiche partout. À Pékin, Jianwai Soho, le premier complexe construit par le groupe, est une forêt de gratte-ciel blancs près du troisième périphérique. Coût estimé : 1,5 milliard de dollars. Il y a aussi ces douze luxueuses villas, toutes différentes, construites par les plus grands architectes de la planète à un jet de pierre de la Grande Muraille (1 million de dollars l'unité). Partout dans la capitale, les immeubles Soho sortent de terre. La crise ? Quelle crise ? 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Syrie : le choix des armes

Article pr�c�dent :
Joseph Kony court toujours

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Niger : libération d'otages, Akotey raccroche

Niger : libération d'otages, Akotey raccroche

Après avoir accompli une vingtaine de missions dans le désert, le Nigérien Mohamed Akotey souhaite mettre un terme à ses activités de libérateur d'otages.[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo… Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été no[...]

Nigeria : Boko Haram enlève près de 200 personnes dans le Nord-Est

Les islamistes de Boko Haram ont attaqué dimanche un village dans le nord-est du Nigeria. Lors de l'assaut, au moins 185 personnes ont été enlevées, ont déclaré jeudi des responsables et l[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre Issac Zida et le président Michel Kafando, mènent progressivement une opé[...]

Cameroun : l'armée riposte à Boko Haram et tue 116 de ses combattants

Les soldats camerounais positionnés à Amchidé, à la frontière avec le Nigeria, ont "riposté" à une attaque de Boko Haram mercredi, tuant "116 islamistes", a d&[...]

Centrafrique : quel avenir pour les déplacés du camp de Mpoko ?

Les jours du camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko sont-ils comptés ? Du côté de la Minusca ou du gouvernement centrafricain, l'installation dérange et les acteurs humanitaires son[...]

Centrafrique : toujours 182 986 déplacés internes et 420 000 réfugiés dans les pays voisins

182 986 déplacés internes. 420 000 réfugiés dans les pays voisins. Le point sur la situation humanitaire en Centrafrique, mi-décembre 2014, un peu plus d'un an après l'entrée en vig[...]

testbis

[...]

Photographie : Joan Bardeletti et la petite prospérité des classes moyennes africaines

Qui fait partie des classes moyennes ? Accompagné de chercheurs en sciences sociales, le photographe Joan Bardeletti montre les réalités quotidiennes d'une catégorie trop souvent fourre-tout.[...]

Constitution & Cenco, paroles d'Évangile en RDC

Opposante historique au pouvoir, l'Église catholique reprend du service en RDC. Par deux fois cette année, elle s'est dite fermement opposée à une révision constitutionnelle en faveur de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers