Extension Factory Builder
26/12/2012 à 18:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'homme d'affaires multimillionnaire a été élu vice-président de l'ANC. L'homme d'affaires multimillionnaire a été élu vice-président de l'ANC. © DR

En retrait de la scène politique sud-africaine depuis quinze ans, l'ancien leader syndical devenu un richissime businessman a été élu vice-président de l'ANC. Et vise déjà beaucoup, beaucoup plus haut.

Nelson Mandela vivra-t-il assez longtemps pour assister à l'élection de son poulain à la tête de l'État sud-africain ? La santé fragile du père de la nation permet malheureusement d'en douter, mais Madiba aura au moins eu la satisfaction de voir, depuis son lit d'hôpital, Cyril Ramaphosa franchir une étape décisive. Le 18 décembre, lors de la conférence du Congrès national africain (ANC), l'homme d'affaires multimillionnaire a été élu vice-président du parti, avec 75 % des voix. Ce qui lui ouvre de belles perspectives : la vice-présidence du pays en 2014, puis, pourquoi pas, la magistrature suprême.

Figure de la lutte contre l'apartheid et acteur essentiel de la transition démocratique, Cyril Ramaphosa avait officiellement disparu de la scène politique depuis qu'il s'était lancé dans les affaires, il y a quinze ans. Bien que son retour ait été régulièrement annoncé dans la presse, il a toujours nié nourrir cette ambition... jusqu'à la campagne pour la vice-présidence du parti, quand il a acquis la certitude que son heure était arrivée. Selon ses amis, il ne se lance jamais dans un combat dont la victoire n'est pas assurée.

Épargné par les guerres fratricides et les scandales de corruption qui ébranlent l'ANC depuis plusieurs années, adoubé par le Parti communiste, les syndicats et Jacob Zuma lui-même (qui a été reconduit à la tête du parti le même jour), Ramaphosa offre au chef de l'État l'occasion de redorer son blason. Car « Cyril », même s'il fait partie d'une riche élite, est resté populaire. Les Sud-Africains aiment cet homme dont le parcours épouse tous les contours et paradoxes de la nation Arc-en-Ciel : pauvre et riche, socialiste et libérale, tenant miraculeusement debout malgré les faux pas.

Business

Né dans le bidonville de Soweto en 1952, Ramaphosa obtient un diplôme d'avocat et s'engage dans le syndicalisme. En 1987, il met 300 000 ouvriers dans la rue, fait trembler le régime de l'apartheid et se forge une réputation de négociateur hors pair. La route est tracée pour celui qui fera partie du très sélect comité d'accueil de Nelson Mandela à sa sortie de prison, en 1990. L'année suivante, à 38 ans, il est élu secrétaire général de l'ANC et mène les négociations avec le régime. Il devient président de l'Assemblée constituante, mais, une fois la Constitution adoptée en 1996, le tribun quitte l'arène. Il a été désavoué par les caciques de l'ANC, qui lui préfèrent Thabo Mbeki pour succéder à Mandela.

La politique le lâche. Soit. Il reste, dans ce pays qui renaît, une page à écrire dans le business. Un succès fulgurant attend Ramaphosa. En 1997, il est l'un des premiers à profiter de la politique de discrimination positive et possède, une dizaine d'années plus tard, une fortune de 675 millions de dollars (521 millions d'euros), selon le magazine américain Forbes. Shanduka, son fonds d'investissement, est présent dans les mines, l'immobilier, les médias, les télécoms, les boissons... À plusieurs reprises, son insolente prospérité le met en porte-à-faux avec son image de pourfendeur des inégalités. En août dernier, quand le pays s'indigne de la mort de 34 mineurs grévistes, tués par la police, Ramaphosa est du mauvais côté de la barrière. Il est l'un des administrateurs de Lonmin, à qui appartient le site de Marikana, et dénonce les actions des mineurs. Il s'en excusera publiquement.

Un mea-culpa qui semble avoir satisfait les délégués de l'ANC. L'amateur de bons vins et de voitures de course possède, malgré tout, de solides atouts pour faire rêver les Sud-Africains. Pour le tycoon, l'heure de la revanche a sonné. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui on[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

État islamique : combien de vierges pour une ado sud-africaine ?

Comme Boko Haram, l’État islamique est friand de jeunes Africaines. Mais contrairement à l’organisation terroriste basée au Nigeria, Daesh essaie d'en attirer des consentantes. Une Sud-Africaine[...]

L'Afrique du Sud teste une nouvelle molécule contre la tuberculose multirésistante

Depuis 2013, quelques 217 Sud-Africains, sur 500 patients-test dans le monde, ont été mis sous traitement à la bedaquiline contre la tuberculose multirésistante. Près de 3000 personnes[...]

Afrique du Sud : faut-il détruire les statues de l'apartheid ?

Les actes de vandalisme contre des statues d'anciens dirigeants blancs se multiplient en Afrique du Sud. Un phénomène qui vise le passé colonial et raciste du pays, mais qui remet aussi en question[...]

Afrique du Sud : les propos xénophobes du fils de Jacob Zuma font scandale

Après les propos racistes du roi zoulou Goodwill Zwelithini, c'est au tour du fils du président sud-africain, Edward Zuma, de demander aux étrangers de plier bagages. Des déclarations qui suscitent la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2711p018-019.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2711p018-019.xml0 from 172.16.0.100