Extension Factory Builder
24/12/2012 à 10:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé a laissé les clés de la défense à son fils Francis. François Bozizé a laissé les clés de la défense à son fils Francis. © Vincent Fournier pour JA

Le gouvernement centrafricain exige, comme préalable à l'ouverture des négociations de Libreville avec la rébellion Séléka, que cette dernière quitte immédiatement les villes qu'elle occupe. Celle-ci vient pourtant de prendre Kaga Bandoro, au centre nord. Comment François Bozizé, le chef de l'État et, en face, le chef de la rébellion Michel Am Nondokro Djotodia, vivent-ils cette nouvelle crise qui secoue la Centrafrique depuis le 10 décembre ?

(Mis à jour le 25 décembre, à 17h30)

À la tête de la coalition rebelle Séléka, qui, entre le 10 et le 20 décembre, s'est emparée de plusieurs localités de l'est et du nord de la Centrafrique au point de menacer directement la capitale, Michel Am Nondokro Djotodia (63 ans) est un récidiviste. Civil, ex-fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères et ex-consul à Nyala, au Soudan, cet originaire de la Vakaya avait déjà participé à une rébellion à la fin de 2006 avant de se réfugier à Cotonou, au Bénin. Incarcéré, puis libéré quelques mois plus tard, il avait évincé Abakar Sabone et Zakaria Damane de la direction du mouvement avant de réapparaître, début 2012, à la frontière soudano-centrafricaine.

L'offensive brutale de Séléka, dont on s'accorde à dire qu'elle aurait pu déboucher sur la prise rapide de Bangui si les troupes tchadiennes ne s'étaient pas interposées, a contraint le président François Bozizé à endosser de nouveau son uniforme. Après avoir écarté le chef d'état-major, le général Guillaume Lapo - dont les relations avec son fils, le ministre de la Défense Francis Bozizé, étaient notoirement mauvaises -, il est lui-même monté au front par la route, les 18 et 19 décembre, pour regrouper ses troupes en débandade au lendemain de la perte de Bria, consciencieusement pillée par les rebelles.

Avant de s'envoler pour le sommet régional de N'Djamena consacré à la crise centrafricaine, le 20 décembre au soir, François Bozizé a confié les clés de la défense de la capitale à son fils Francis et aux trois ex-officiers français qui encadrent désormais la garde présidentielle. Ces derniers ont été mis en place récemment par le général Jean-Pierre Pérez, ancien conseiller à la présidence et désormais à la tête d'une société privée de sécurité militaire

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

 Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

L'État centrafricain va engager des poursuites contre les militaires français accusés de viol d'enfants à Bangui.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important[...]

Centrafrique : à quoi sert le forum de Bangui ?

Après plusieurs reports, le forum de Bangui s'est finalement ouvert lundi dans l'enceinte de l'Assemblée nationale. Ces assises de la réconciliation, qui se dérouleront toute la semaine, constituent[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : si un soldat est coupable, il doit se dénoncer, affirme Le Drian

Si un soldat français s'est rendu coupable de viol sur un enfant lors de la mission Sangaris en Centrafrique, il doit "se dénoncer immédiatement", a estimé le ministre français de la[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : l'ONU nie avoir voulu étouffer l'affaire

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a jugé vendredi "offensant" d'être accusé d'avoir étouffé les accusations d'abus sexuels sur des enfants par des soldats[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : un scandale potentiellement dévastateur pour la France

L'armée française, habituée aux interventions en Afrique, fait face à un scandale aux effets potentiellement dévastateurs à la suite d'accusations d'enfants selon lesquels des soldats[...]

Centrafrique : des soldats tchadiens et équato-guinéens aussi accusés de viols sur mineurs

Après 14 soldats français de la force Sangaris, d'autres militaires étrangers en Centrafrique - des Tchadiens et des Équato-Guinéens - sont également accusés d'abus sexuels sur[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : 14 militaires français de Sangaris mis en cause

Selon une source judiciaire française, 14 soldats français sont mis en cause pour viols présumés d'enfants en Centrafrique. Mais seul une petite partie d'entre eux ont été[...]

Centrafrique : que sait-on de l'affaire des viols présumés d'enfants par des soldats français ?

Le quotidien britannique "The Guardian", a révélé mercredi une affaire de viols présumés d’enfants en Centrafrique, en 2014, par des militaires français de[...]

Centrafrique : Patassé Jr cherche soutiens

Peut-être que le forum de Bangui, qui aura lieu du 4 au 12 mai, en décidera autrement, mais, pour l'heure, la tenue de la présidentielle centrafricaine est toujours prévue d'ici au mois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2711p010-011.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2711p010-011.xml0 from 172.16.0.100