Extension Factory Builder
21/12/2012 à 10:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le journaliste tunisien Elyes Gharbi. Le journaliste tunisien Elyes Gharbi. © Capture d'écran

Remarqué pour son émission sur le soulèvement de Sidi-Bouzid en 2010, Elyes Gharbi est devenu un journaliste très convoité.

On avait l'habitude de voir son air de grand frère tranquille et de gendre idéal dans les pages people des magazines. Il faut dire qu'avec la comédienne Saoussen Maalej, ils forment l'un des couples les plus glamours et les plus en vue de Tunis. Mais depuis quelque temps, Elyes Gharbi a su s'imposer dans un monde en pleine (r)évolution. Dès le 30 décembre 2010, il a joué son va-tout. Ce soir-là, sur Nessma TV, Elyes Gharbi dirige sans filet une émission sur le soulèvement de Sidi Bouzid. Ce sera le premier et le dernier débat non censuré diffusé sous Ben Ali. Cet exercice sur le fil du rasoir fait du producteur animateur d'émissions de divertissement, dès le 14 janvier, un modérateur de débats à succès. Pendant toute une saison, il slalome entre intox et rumeur, vulgarise l'information et l'analyse sans langue de bois, fidélise le public du Grand Journal de la révolution en imposant « une éthique journalistique, une ligne éditoriale claire et du bon sens ».

Popularité

Originaire du nord-ouest du pays, ce journaliste, formé à l'Institut de presse et des sciences de l'information (Ipsi) de Tunis, qui avait démarré à Canal Horizons il y a tout juste vingt ans, est attaché à la notion dite de service public. Même les chaînes privées doivent avoir une ligne éditoriale claire et ne pas franchir la ligne jaune. Elyes Gharbi souhaite une télévision en prise avec l'actualité, au diapason des attentes du public mais sans populisme. Mais l'enfant de la télé a besoin de changer d'air. Il renoue avec la radio sur Express FM puis prend en charge la ligne éditoriale de Shems FM avant de revenir à la télévision avec Hadith Essaa, une lecture de l'actualité en prime time sur la chaîne nationale El Wataniya 1. L'émission cartonne et lui vaut le prix Akademia pour la liberté d'expression, décerné par l'université de la Manouba, à Tunis.

Sous ses dehors placides, ce cinéphile averti est toujours en mode flux tendu et gère sa popularité en adoptant une neutralité courtoise. « Journaliste avant tout », mais aussi citoyen qui exprime les préoccupations des Tunisiens, « il est rassurant », selon une fan. Très sollicité, Elyes Gharbi écoute et discute volontiers avec l'homme de la rue et soutient des associations de handicapés et de jeunes chômeurs. Des menaces lui ont appris à gérer sa surexposition en ne mêlant jamais vie publique et vie privée. Dans les coulisses familiales, ce sont ses deux filles, Ghalia et Zeïneb, qui assurent l'animation. La question de leur avenir taraude ce père de famille de 40 ans. Cette sincérité en fait l'animateur que convoitent toutes les chaînes. Mais à un moment où les médias sont pris à parti par le pouvoir, Elyes Gharbi a préféré revenir à l'espace de liberté de Nessma TV.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière. [...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Tunisie : malaise chez les députés de la diaspora

Les députés représentant les Tunisiens de l'étranger à l'Assemblée nationale s'arrachent les cheveux ! À cause du règlement intérieur de l'institution qui[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2710p084_085.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2710p084_085.xml2 from 172.16.0.100