Extension Factory Builder
21/12/2012 à 10:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le journaliste tunisien Elyes Gharbi. Le journaliste tunisien Elyes Gharbi. © Capture d'écran

Remarqué pour son émission sur le soulèvement de Sidi-Bouzid en 2010, Elyes Gharbi est devenu un journaliste très convoité.

On avait l'habitude de voir son air de grand frère tranquille et de gendre idéal dans les pages people des magazines. Il faut dire qu'avec la comédienne Saoussen Maalej, ils forment l'un des couples les plus glamours et les plus en vue de Tunis. Mais depuis quelque temps, Elyes Gharbi a su s'imposer dans un monde en pleine (r)évolution. Dès le 30 décembre 2010, il a joué son va-tout. Ce soir-là, sur Nessma TV, Elyes Gharbi dirige sans filet une émission sur le soulèvement de Sidi Bouzid. Ce sera le premier et le dernier débat non censuré diffusé sous Ben Ali. Cet exercice sur le fil du rasoir fait du producteur animateur d'émissions de divertissement, dès le 14 janvier, un modérateur de débats à succès. Pendant toute une saison, il slalome entre intox et rumeur, vulgarise l'information et l'analyse sans langue de bois, fidélise le public du Grand Journal de la révolution en imposant « une éthique journalistique, une ligne éditoriale claire et du bon sens ».

Popularité

Originaire du nord-ouest du pays, ce journaliste, formé à l'Institut de presse et des sciences de l'information (Ipsi) de Tunis, qui avait démarré à Canal Horizons il y a tout juste vingt ans, est attaché à la notion dite de service public. Même les chaînes privées doivent avoir une ligne éditoriale claire et ne pas franchir la ligne jaune. Elyes Gharbi souhaite une télévision en prise avec l'actualité, au diapason des attentes du public mais sans populisme. Mais l'enfant de la télé a besoin de changer d'air. Il renoue avec la radio sur Express FM puis prend en charge la ligne éditoriale de Shems FM avant de revenir à la télévision avec Hadith Essaa, une lecture de l'actualité en prime time sur la chaîne nationale El Wataniya 1. L'émission cartonne et lui vaut le prix Akademia pour la liberté d'expression, décerné par l'université de la Manouba, à Tunis.

Sous ses dehors placides, ce cinéphile averti est toujours en mode flux tendu et gère sa popularité en adoptant une neutralité courtoise. « Journaliste avant tout », mais aussi citoyen qui exprime les préoccupations des Tunisiens, « il est rassurant », selon une fan. Très sollicité, Elyes Gharbi écoute et discute volontiers avec l'homme de la rue et soutient des associations de handicapés et de jeunes chômeurs. Des menaces lui ont appris à gérer sa surexposition en ne mêlant jamais vie publique et vie privée. Dans les coulisses familiales, ce sont ses deux filles, Ghalia et Zeïneb, qui assurent l'animation. La question de leur avenir taraude ce père de famille de 40 ans. Cette sincérité en fait l'animateur que convoitent toutes les chaînes. Mais à un moment où les médias sont pris à parti par le pouvoir, Elyes Gharbi a préféré revenir à l'espace de liberté de Nessma TV.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Portraits interactifs : qui sont les 27 candidats à la présidentielle tunisienne ?

Pas moins de 27 candidatures, des plus sérieuses aux plus anecdotiques, ont été retenues pour la présidentielle tunisienne prévue le 23 novembre. Qui sont ces prétendants à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers