Extension Factory Builder
24/12/2012 à 16:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À Rabat sont entreposées les archives du Maroc. À Rabat sont entreposées les archives du Maroc. © J.A

Longtemps, le passé récent du royaume resta domaine tabou... Mais la chasse gardée ne l'est plus, et les historiens peuvent s'exprimer.

Voilà plus de treize ans que Mohammed VI est monté sur le trône alaouite, ce qui, comparé aux trente-huit années passées par Hassan II à la tête du royaume, pourrait paraître peu. Mais dans ce laps de temps, le souverain a montré une forte propension à se démarquer du règne de son père. La vraie rupture, celle qui doit faire figure de catharsis collective et permettre aux Marocains de confronter leurs mémoires, a été menée sous la houlette de Driss Benzekri, décédé en 2007.

En janvier 2004, le secrétaire général du Conseil consultatif des droits de l'homme (CCDH), militant de la première heure, était nommé à la tête de l'Instance Équité et Réconciliation (IER), chargée d'enquêter sur les exactions commises entre 1956 et 1999. Un an plus tard, les premières auditions publiques de témoins débutaient. Au final, l'expérience de l'IER a été unanimement saluée à l'international. Elle a donné lieu, chose impensable auparavant, à des témoignages poignants de victimes de la torture, retransmis en direct à la télévision. Certains observateurs ont néanmoins dénoncé le fait que les tortionnaires n'ont pas été inquiétés par la justice. Les victimes n'ont en effet pas été autorisées à nommer leurs bourreaux... Symboliquement au moins, la monarchie a en partie soldé les comptes du passé.

« Mohammed VI est moins sous l'emprise du passé récent que n'a pu l'être son père, explique l'historien Maâti Monjib. N'ayant pas été impliqué sous le règne de Hassan II, le roi ne se sent pas responsable de cette période. Par ailleurs, poursuit Maâti Monjib, dans un pays où la majorité de la population a moins de 40 ans, il est probablement plus facile de jeter un regard décomplexé sur une période que beaucoup n'ont pas vécue. »

Le directeur des archives de Rabat, l'historien Jamaâ Baïda. © J.A

Lacunes

Depuis l'achèvement des travaux de l'IER en 2005, le débat officiel sur des thèmes historiques est récurrent : en 2007, le Maroc se dote d'une loi sur les archives ; en 2009, la ville de Fès commémore ses douze siècles d'existence ; en 2011, le projet du musée du Rif est lancé ; et en octobre 2012, le Conseil national des droits de l'homme (CNDH) entame une réflexion « pour une Maison de l'histoire au Maroc » s'inscrivant, selon ses promoteurs, « dans la logique des réponses à apporter à la demande sociale en matière d'histoire ».

Si les jeunes sont a priori plus libres de regarder le passé de manière décomplexée que leurs aînés, ils sont également plus prompts à combler les lacunes de l'enseignement qu'ils ont reçu. « Il y a un regain d'intérêt pour l'histoire, témoigne Maâti Monjib. En poste à Meknès, j'ai constaté qu'à partir de la rentrée 2000 le nombre d'étudiants inscrits en fac d'histoire et de géographie a presque doublé. À cela, je vois plusieurs raisons : la mort de Hassan II, un certain millénarisme lié à l'an 2000 et l'ouverture politique en cours depuis quelques années. Tous ces phénomènes ont permis à la recherche universitaire de s'intéresser à l'histoire récente et en particulier au règne de Hassan II. » De son côté, l'historien Jamaâ Baïda, directeur des Archives du Maroc, explique qu'« il n'est pas anodin de mentionner qu'un master Histoire du temps présent a vu le jour à la faculté des lettres de Rabat. Désormais, les historiens sont beaucoup moins frileux lorsqu'il s'agit d'investir des champs restés jusqu'à récemment la chasse gardée des journalistes et des politologues ».

À l'orée des années 2000, la presse marocaine s'est également fait une spécialité dans la redécouverte de certains dossiers historiques. Des magazines comme Le Journal (qui a paru jusqu'en 2010), TelQuel ou Al Ayam (arabophone) ont vulgarisé l'investigation historique, s'attirant parfois les foudres du pouvoir en place, mais trouvant un lectorat non négligeable et curieux. Le directeur de TelQuel, Karim Boukhari, assume d'ailleurs cette propension à aborder des sujets historiques : « L'histoire est un sujet "vendeur" parce qu'intéressant à lire, mais il est aussi intéressant à traiter. Lecteurs et journalistes y trouvent leur compte... N'oublions pas non plus que si l'histoire intéresse tant les Marocains, c'est qu'ils ne la connaissent pas. Les lecteurs, mais aussi les chercheurs et les journalistes, ont une revanche à prendre. Leur histoire leur a longtemps été interdite, confisquée, inaccessible. »

Au royaume de l'historiographe

Le protectorat français a cru mettre un terme aux récits hagiographiques qui composaient l'essentiel de la production historique marocaine. Les historiens arrivés dans les cartons du protectorat ont revendiqué une approche ethnologique qui se voulait plus scientifique, mais qui avait des relents impérialistes. À l'indépendance, en 1956, le champ de l'histoire officielle restait à construire. Ce fut fait via les manuels scolaires, les médias et une certaine propagande livresque. C'est aussi la mission de l'historiographe du royaume, une fonction propre au Maroc. Le dernier titulaire du poste, Abdelhak Lamrini, a aussi été directeur du Protocole avant d'être nommé porte-parole du Palais royal. Signe que l'histoire est au coeur de la stratégie de communication de l'État marocain. S.B.

Mémoires

Plus récemment, l'expérience du mensuel Zamane [dont l'auteur de ces lignes est l'un des fondateurs, NDLR] témoigne de l'engouement pour l'histoire de la société marocaine. Réunissant journalistes et historiens, le mensuel approche la barre symbolique des 10 000 exemplaires et sa survie n'est plus menacée : il est parvenu à susciter l'intérêt du riche investisseur Moulay Hafid Elalamy.

Ainsi l'histoire est-elle devenue au Maroc un champ que se disputent à la fois l'État, avec ses nombreuses officines, la société civile, avec des associations représentatives d'une large palette de mémoires hier dissidentes, et la presse, qui, au gré de ses contingences éditoriales, surfe sur le mouvement avec plus ou moins de bonheur. Le grand gagnant de ce vent d'histoire qui souffle sur le pays n'est autre que le Maroc lui-même. Le royaume montre au monde son visage le plus doux : celui d'une monarchie à la fois multiséculaire et rajeunie, le meilleur rempart sans doute aux révolutions qui, du passé, veulent faire table rase.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2710p084_085.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2710p084_085.xml0 from 172.16.0.100