Extension Factory Builder
19/12/2012 à 17:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des moines birmans protestent contre la répression des manifestations, le 1er décembre. Des moines birmans protestent contre la répression des manifestations, le 1er décembre. © AFP

Pour acheminer son pétrole sans passer par le détroit de Malacca, contrôlé par les États-Unis, la Chine a un besoin crucial de la Birmanie. Du coup, celle-ci fait monter les enchères...

«Même si nos relations sont placées sous le signe de "l'harmonie fraternelle", nous ne sommes pas redevables à la Chine, qui n'est qu'un voisin comme les autres. » Ces mots prononcés le 1er décembre par Aung San Suu Kyi ne sont pas passés inaperçus en Birmanie. Après la dure répression de manifestants réclamant la fermeture d'une mine de cuivre gérée par des Chinois à Monywa, l'ancienne opposante était demeurée silencieuse. Comme s'il était impossible de toucher aux intérêts de la Chine. Premier partenaire commercial, celle-ci achète des matières premières (gaz naturel, pierres précieuses, bois) et vend des armes et des produits manufacturés. Selon le site Irrawaddy, elle tient le gouvernement birman par un chantage aux sanctions financières en cas de rupture de contrat. Est-ce si sûr ? Comment expliquer alors qu'en 2011, après la suspension d'un projet de barrage censé lui fournir de l'électricité, la Chine s'en soit tenue à des menaces sans suite ?

Parce que, contrairement aux apparences, cette dernière a un besoin crucial de la Birmanie. Dans les années qui viennent, elle va devenir de plus en plus dépendante du pétrole du Moyen-Orient. Selon l'Agence internationale de l'énergie, elle importera en 2035 quelque 8 millions de barils/jour (contre 275 000 b/j actuellement). Une fois achevé, l'oléoduc qu'elle construit à travers la Birmanie lui permettra de rattacher sa province méridionale du Yunnan à l'océan Indien, sans passer par le détroit de Malacca, contrôlé par la marine américaine et susceptible d'être bloqué en cas de conflit.

Profil bas

Consciente de l'importance stratégique de son voisin, la Chine fait donc profil bas. Le 5 décembre, son ambassadeur est allé jusqu'à déclarer que son gouvernement « ne verrait pas d'inconvénient majeur à une éventuelle fermeture de la mine de Monywa ». Étrange humilité ! Hier encore sans rivaux, la Chine voit venir la fin de son monopole et repense sa stratégie.

Ce sont d'ailleurs moins les États-Unis qui l'inquiètent que le Japon, qui, depuis des mois, tisse discrètement sa toile. Après avoir effacé la dette birmane au printemps, il a, à l'automne, rouvert le robinet de l'aide. Résultat : c'est aux Japonais, et non aux Chinois, que le président Thein Sein a confié le colossal projet de construction d'une nouvelle zone industrielle et d'une ville nouvelle à la périphérie de Rangoon. Tout comme la rénovation de quatre centrales électriques ou l'étude du futur réseau de transports urbains. Le message est clair : le petit frère a choisi de se rebiffer. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Des fonctionnaires de la Fifa ont été interpellés par la police suisse mercredi matin à Zurich à la demande de la justice américaine. Ces hauts responsables du monde du football sont soup&[...]

Un Kényan offre 50 vaches pour épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama

Un avocat kényan veut épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama. Pour appuyer sa demande, Felix Kiprono offre à la famille de l'élue de son cœur 50 vaches, des moutons et des[...]

France : Sarko et sa batterie de cuisine

À deux ans de l'échéance, l'ancien chef de l'État paraît bien placé pour prendre sa revanche. Son principal handicap ? Les multiples casseroles judiciaires qu'il traîne[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un[...]

Le prix de la différence

Malgré tous nos efforts pour retarder l'échéance, voire l'éviter, nous avons dû nous résoudre à l'inéluctable : augmenter le prix de Jeune Afrique. La[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers