Extension Factory Builder
26/12/2012 à 11:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La jeune femme est fille d'immigrés algériens. La jeune femme est fille d'immigrés algériens. © J.A

D'origine algérienne, cette artiste trentenaire s'interroge sur les rapports entre l'Hexagone et son ancienne colonie.

Elles sont allongées de côté, sous une fenêtre par laquelle entre la lumière du jour. Vêtues de robes aux couleurs chatoyantes, ces veuves de la guerre d'Algérie ont été photographiées dans l'ouest du pays, entre 2009 et 2010. Aujourd'hui, Halida Boughriet présente un échantillon de son travail, Mémoire dans l'oubli, à l'Institut des cultures d'Islam (ICI) de Paris (France). C'est là qu'elle nous reçoit, autour d'un thé. « Tous ceux qui ont participé à la guerre d'Algérie disparaîtront bientôt. J'ai eu envie d'évoquer ces femmes dont on a très peu parlé, alors qu'elles ont souffert en élevant seules leurs enfants ou en travaillant dur après que leur mari a été tué, explique la photographe. Aujourd'hui, elles n'ont pas grand-chose, mais elles restent dignes. » Ses modèles rappellent ceux de peintres orientalistes comme Eugène Delacroix et Dominique Ingres. Une influence que ne nie pas l'artiste, diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et qui a enseigné l'histoire de l'art pendant six ans dans un lycée professionnel de Bobigny (banlieue parisienne).

Exposées au musée d'Art moderne et contemporain d'Alger en septembre 2010, les photographies ont été présentées lors de l'exposition « Le Corps découvert » à l'Institut du monde arabe (IMA), à Paris. Si elle n'en montre ici qu'une partie, c'est parce qu'elles s'inscrivent dans le cadre de l'événement qu'organise l'ICI, « 50 ans de réflexion », sur les relations entre la France et son ancienne colonie. On y trouve, face aux veuves, son installation Territoire hybride qui associe des images de halls d'immeubles algérois conçus pour les colons français et des halls d'HLM de la région parisienne construits pour les immigrés maghrébins. « Ces deux modes d'architecture sont abandonnés et il n'y a aucune envie de les préserver, c'est étrange », affirme la jeune femme, qui soutient ne pas porter « le regard d'une Algérienne sur l'Algérie d'aujourd'hui ». Elle est plutôt « une fille d'ici ».

Vacances en Algérie

Halida Boughriet est née à Lens (nord de la France) il y a trente-deux ans. Ouvrier, le père a toujours poussé ses filles à faire des études. Lors de sa dernière année aux Beaux-Arts, Halida obtient le 1er prix jeune créateur LVMH (2004) pour sa photographie Attente du verdict, puis part terminer sa formation à la School of Visual Arts de New York. Si elle a passé bon nombre de ses vacances d'été sous le soleil algérien, ce n'est qu'à partir de ses 21 ans qu'elle y effectue des séjours plus réguliers et commence à questionner ses parents sur la guerre et leur arrivée en France. En juin 2009, elle choisit de s'installer à Jijel (nord de l'Algérie) et vit pendant quelques mois dans la résidence d'artistes Les Aftis. C'est durant cette période qu'elle réalise, avec des écrivains algériens, des slameurs et des poètes, son diptyque Maux des mots, la photo d'un homme et d'une femme, allongés dans l'eau avec un texte imprimé dans le dos. Il évoque la culpabilité, le poids du passé. Après avoir exposé l'oeuvre en octobre 2010, le musée d'Art contemporain du Val-de-Marne, le MAC/VAL, à Vitry-sur-Seine (banlieue sud de Paris), l'a intégrée dans ses collections permanentes. À quel prix ? On n'en saura pas plus...

Profondément croyante, l'artiste s'est aussi interrogée sur le voile comme signe extérieur de la foi.

Depuis, la figure féminine occupe une place de choix dans le travail de Boughriet. En mars dernier, le conseil général du Val-de-Marne lui a demandé de réaliser une affiche pour la Journée de la femme : de dos, le modèle libère sa chevelure avec laquelle l'artiste a écrit le mot « femme » en arabe : « El Maraa ». En 2010, avec la vidéo Les Illuminés, entrée dans les collections du Centre Georges-Pompidou, elle se glisse dans la peau d'une musulmane en burqa. Filmant de l'intérieur, elle se tient debout, statique, sur un tapis roulant dans le long couloir du métro de la gare Montparnasse. « Tout le monde se retournait pour me regarder, raconte-t-elle, amusée. Je n'ai pas voulu prendre parti avec cette vidéo, seulement m'interroger. J'évoque l'idée d'un corps étranger dans une masse, c'est un peu la problématique de l'immigration. »

Voile

Profondément croyante, l'artiste s'est aussi interrogée sur le voile comme signe extérieur de la foi, interdit dans l'espace public français depuis 2011. Son diptyque Dévoilez-vous !, qui trône à l'entrée de l'ICI, reprend une affiche de propagande éditée par le 5e bureau d'action psychologique de l'armée française incitant les femmes algériennes à ôter leur voile. « On véhiculait l'idée selon laquelle la femme arabe devait être "libérée". Sans vouloir rentrer dans une polémique, je veux montrer comment les politiques conçoivent et s'accaparent encore la religion. »

En février, elle présentera sa vidéo Action (2003) lors de l'exposition collective « Le Flâneur » au musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis (banlieue nord de Paris). Des passants y effleurent, saisissent ou repoussent la main de l'artiste, illustrant les relations difficiles entre des personnages qui se lient et se délient sans jamais s'être écoutés. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers