Extension Factory Builder
19/12/2012 à 18:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Porteurs de masques à l'effigie de Berlusconi, le 14 novembre à Rome. Porteurs de masques à l'effigie de Berlusconi, le 14 novembre à Rome. © AFP

À 76 ans, Silvio Berlusconi se lance une dernière fois à la conquête de la présidence du Conseil. Nullement assuré de l'emporter, il a réussi à provoquer la démission de Mario Monti.

Il vient d'annoncer son retour, et l'Europe entière est incrédule : « Oh non, pas lui ! » Depuis près de vingt ans, Silvio Berlusconi a contribué par ses frasques et sa gestion erratique à plonger l'Italie dans le chaos. Pourtant, le 8 décembre, au centre d'entraînement du Milan AC, son club de foot, il a bel et bien fait savoir qu'il serait candidat aux prochaines législatives. Et que, dans la foulée, il briguerait la présidence du Conseil, qu'il a déjà occupée à trois reprises : 1994-1995, 2001-2006 et 2008-2011.

La veille, Angelino Alfano, le secrétaire général du Peuple des libertés (PDL), la formation à sa dévotion, avait préparé le terrain en déclenchant au Parlement d'intenses tirs d'artillerie contre la politique de Mario Monti et du gouvernement d'experts mis en place il y a un an pour tenter d'épargner au pays, par des moyens il est vrai peu réjouissants, le sort de la Grèce, de l'Espagne ou du Portugal.

Un "clown"

Homme discret, économiste rigoureux et catholique pratiquant, Monti est l'antithèse du clinquant Cavaliere. Mortifié par les attaques dont il a fait l'objet, il a aussitôt annoncé sa décision « irrévocable » de démissionner de ses fonctions après le vote du budget (à la fin de l'année), et, du même coup, de provoquer des élections anticipées. En soi, ce n'est pas un drame : les législatives devaient avoir lieu en avril, elles se tiendront dans la seconde quinzaine de février. Mais le ton polémique, démagogique et populiste de la campagne berlusconienne qui s'annonce est la dernière chose dont l'Italie avait besoin.

Une vanité himalayesque. Et un mépris pour ses semblables qui ne l'est pas moins.

À quoi donc joue le Caïman, comme on le surnomme depuis la sortie du film éponyme de Nanni Moretti (2006) ? Ne pouvait-il, à 76 ans, se contenter de jouir de son immense fortune et des menus plaisirs y afférents ? La dimension psychologique du problème n'est pas à négliger. Depuis des années, notre confrère britannique The Economist voit en Berlusconi un « clown ». Clown, sans doute, mais doté d'une vanité himalayesque et d'un mépris pour ses semblables qui ne l'est pas moins. Les circonstances de son éviction en novembre 2011, sous la pression des marchés et avec le concours d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy, furent pour lui une terrible humiliation qu'il est assurément pressé de laver. Mais ce n'est pas tout.

Glaive

Car depuis son départ du pouvoir, son empire audiovisuel et financier vacille, tandis que les affaires judiciaires dans lesquelles il est impliqué se multiplient. Certes, il en a l'habitude. Depuis 1990, il a été confronté aux juges une bonne vingtaine de fois, souvent condamné en première instance à des peines de prison, et toujours blanchi en appel ou en cassation, parfois grâce à des lois votées tout exprès par sa majorité parlementaire. Au mois d'octobre, il a pris un an pour fraude fiscale - verdict que, naturellement, il conteste. Et il devra prochainement répondre des accusations d'incitation de mineures à la débauche et d'abus de pouvoir portées contre lui dans l'affaire du Rubygate.

Or il lui serait plus facile d'échapper encore une fois au glaive de la justice à l'abri des murs du palazzo Chigi ! « Ce sera un référendum entre Pier Luigi Bersani [le chef de file de la gauche] et moi », vagit le Caïman. Cela reste à démontrer. Selon un sondage de l'institut SWG, son parti ne recueille plus que 13,8 % des intentions de vote. L'Église, les milieux d'affaires et les centristes de Gianfranco Fini ne lui feront aucun cadeau. Quant aux extrémistes de la Ligue du Nord, ses derniers alliés, ils sont englués dans les scandales, et leur poids s'est amenuisé. Même au sein du PDL, des voix ne cachent pas la « consternation » que leur inspire le retour du vieux saurien. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Racistes, les jeux vidéo ?

Traditionnellement absents ou relégués au second plan, les personnages noirs sont souvent caricaturaux : agressifs, dangereux et athlétiques. Des héros moins stéréotypés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2710p062.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2710p062.xml0 from 172.16.0.100