Extension Factory Builder
19/12/2012 à 16:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Il insulte ses hôtes et multiplie les grèves de la faim sans lendemain. Il insulte ses hôtes et multiplie les grèves de la faim sans lendemain. © Sipa

Assigné à résidence à Niamey, le fils du défunt "Guide" libyen Saadi Kaddafi boude et proteste. Sans savoir gré au Niger de s'opposer à son extradition.

Les nouvelles autorités libyennes ne désespèrent pas d'obtenir de Niamey l'extradition de Saadi Kaddafi, 39 ans, ex-footballeur de seconde zone, fils du « Guide » défunt et enfant prodigue de la tout aussi défunte Jamahiriya. Accompagné de son ministre de la Justice et d'une imposante délégation, Ali Zeidan, le Premier ministre libyen, a profité de sa première visite officielle au Niger, les 11 et 12 décembre, pour demander une nouvelle fois à Brigi Rafini, son homologue nigérien, de livrer à Tripoli le fils Kaddafi ainsi que la centaine de fidèles qui l'avaient suivi dans sa fuite, parmi lesquels les généraux Abdallah Mansour et Ali Kana.

Et, une nouvelle fois, le président Mahamadou Issoufou a opposé un refus catégorique, Rafini se chargeant de rappeler à son hôte qu'aucune convention d'extradition ne lie leurs pays. Mais le vrai motif de ce refus est ailleurs. « Pour le moment, précise Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères, rien ne nous garantit que ces hommes auraient droit à un procès équitable à Tripoli. »

Devoir de réserve

La résistance du régime nigérien aux pressions libyennes ne lui vaut pas pour autant le moindre sentiment de reconnaissance de la part du fils Kaddafi. Il boude, se plaint de ne pouvoir circuler dans Niamey ni recevoir des invités dans la résidence qui a été mise à sa disposition. Alors que ses compagnons d'exil peuvent se promener comme bon leur semble, Saadi vit reclus depuis son interview à la chaîne Al-Arabiya, en février dernier, dans laquelle il avait annoncé qu'il s'apprêtait à organiser la résistance contre « les valets de l'Otan ».

Pour non-respect de son devoir de réserve, l'exilé a été privé de sorties et de moyens de communication : son ordinateur et ses téléphones ont été saisis. Après qu'il a agoni ses hôtes d'insultes et multiplié les grèves de la faim sans lendemain, son ordinateur lui a finalement été restitué à la condition expresse qu'il ne fera plus de vagues. « Au moindre message ambigu, la connexion internet sera coupée », promet l'officier chargé de sa surveillance. Saadi continue donc de bouder. Mais en silence. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces