Extension Factory Builder
19/12/2012 à 16:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Il insulte ses hôtes et multiplie les grèves de la faim sans lendemain. Il insulte ses hôtes et multiplie les grèves de la faim sans lendemain. © Sipa

Assigné à résidence à Niamey, le fils du défunt "Guide" libyen Saadi Kadhafi boude et proteste. Sans savoir gré au Niger de s'opposer à son extradition.

Les nouvelles autorités libyennes ne désespèrent pas d'obtenir de Niamey l'extradition de Saadi Kadhafi, 39 ans, ex-footballeur de seconde zone, fils du « Guide » défunt et enfant prodigue de la tout aussi défunte Jamahiriya. Accompagné de son ministre de la Justice et d'une imposante délégation, Ali Zeidan, le Premier ministre libyen, a profité de sa première visite officielle au Niger, les 11 et 12 décembre, pour demander une nouvelle fois à Brigi Rafini, son homologue nigérien, de livrer à Tripoli le fils Kadhafi ainsi que la centaine de fidèles qui l'avaient suivi dans sa fuite, parmi lesquels les généraux Abdallah Mansour et Ali Kana.

Et, une nouvelle fois, le président Mahamadou Issoufou a opposé un refus catégorique, Rafini se chargeant de rappeler à son hôte qu'aucune convention d'extradition ne lie leurs pays. Mais le vrai motif de ce refus est ailleurs. « Pour le moment, précise Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères, rien ne nous garantit que ces hommes auraient droit à un procès équitable à Tripoli. »

Devoir de réserve

La résistance du régime nigérien aux pressions libyennes ne lui vaut pas pour autant le moindre sentiment de reconnaissance de la part du fils Kadhafi. Il boude, se plaint de ne pouvoir circuler dans Niamey ni recevoir des invités dans la résidence qui a été mise à sa disposition. Alors que ses compagnons d'exil peuvent se promener comme bon leur semble, Saadi vit reclus depuis son interview à la chaîne Al-Arabiya, en février dernier, dans laquelle il avait annoncé qu'il s'apprêtait à organiser la résistance contre « les valets de l'Otan ».

Pour non-respect de son devoir de réserve, l'exilé a été privé de sorties et de moyens de communication : son ordinateur et ses téléphones ont été saisis. Après qu'il a agoni ses hôtes d'insultes et multiplié les grèves de la faim sans lendemain, son ordinateur lui a finalement été restitué à la condition expresse qu'il ne fera plus de vagues. « Au moindre message ambigu, la connexion internet sera coupée », promet l'officier chargé de sa surveillance. Saadi continue donc de bouder. Mais en silence. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de 'porteur de valise'

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick Amad[...]

Libye : Haftar revendique les raids aériens près de Tripoli

Le général dissident Khalifa Haftar, opposé militairement aux milices islamistes, a revendiqué lundi les deux raids qui ont frappé le sud de Tripoli plus tôt le même jour. Mais des[...]

Libye : frappes aériennes près de l'aéroport de Tripoli

Deux avions non identifiés ont bombardé lundi avant l’aube des positions de miliciens rivaux qui s’affrontent à l’arme lourde pour le contrôle de l’aéroport international[...]

Libye : le Parlement en faveur d'une intervention étrangère

Le Parlement libyen a voté mercredi une résolution en faveur de l'intervention militaire de la communauté internationale dans le pays pour protéger les civils, alors que les combats entre milices[...]

Libye : le chef de la police de Tripoli assassiné

L'assassinat mardi du chef de la police de Tripoli intervient sur fond d'affrontements meurtriers entre milices rivales pour le contrôle de l'aéroport de la capitale libyenne.[...]

Libye : la première vie de Khalifa Haftar, condottiere des sables

Dans un feuilleton dont ce billet est la première partie, Laurent Touchard* s'attèle à retracer la vie de Khalifa Haftar, qui a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive[...]

Libye : mais que font les voisins ?

Face au chaos libyen, les États frontaliers s'organisent : Le Caire se charge du dossier politique, Alger s'occupe du volet sécuritaire, et Tunis coordonne l'ensemble.[...]

Libye : les 7 erreurs qu'il ne fallait pas commettre

Les incessants accrochages entre milices se sont transformés en une véritable guerre opposant les islamistes aux combattants de Khalifa Haftar. Il faut dire que, depuis la révolution, rien ne s'est[...]

Libye : le Parlement s'installe à Tobrouk malgré le boycott des islamistes

En raison des combats à Tripoli, le nouveau Parlement libyen, issu des élections du 25 juin dernier, s'est installé lundi à Tobrouk. Sans la présence des islamistes, qui ont boycotté la[...]

Cinq à dix mille Égyptiens toujours bloqués à la frontière entre la Tunisie et la Libye

Environ 2 500 Égyptiens bloqués à la frontière avec la Tunisie ont été rapatriés dans leur pays, a annoncé lundi le ministre égyptien des Affaires [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers