Extension Factory Builder
24/12/2012 à 14:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Burkinabè, Dani Kouyaté. Le Burkinabè, Dani Kouyaté. © Olivier Delahaye

Le Burkinabè, Dani Kouyaté, réalise son troisième long-métrage sur l'un de ses thèmes favoris, la mémoire. Et par la même occasion rend hommage à son père, Sotigui Kouyaté.

C'est un griot. Au sens noble du terme. Tout comme son père avant lui et les membres de sa nombreuse fratrie, Dani Kouyaté tient cette précieuse charge de Balla Fasséké, ancêtre illustre qui se tenait aux côtés de Soundiata Keïta, le plus grand empereur mandingue, dit-on. Cet héritage, il a choisi de l'assumer au cinéma et au théâtre. Acteur, scénariste ou encore réalisateur, Dani Kouyaté a plus d'un talent. Happé par la postproduction de son dernier long-métrage, il n'en perd pas pour autant son large sourire et ses yeux rieurs, et reste optimiste : il espère bien que son oeuvre sera présentée lors de la prochaine édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco), fin février 2013.

Soleils est un road movie dans lequel s'enchevêtrent plusieurs histoires. « Le personnage principal, révèle l'artiste, est une jeune fille amnésique guidée par un vieillard dans un voyage initiatique traversant les époques, du XIIe au XXIe siècle. » Un vieillard qui, à l'origine, devait être interprété par son père, le magistral Sotigui Kouyaté. Écrit par son ami Olivier Delahaye, le scénario était fait à la mesure du personnage. Mais entre-temps, la mort a frappé, un triste jour d'avril 2010, « comme un coup de marteau asséné à ceux qui l'aimaient », se souvient douloureusement son fils et partenaire. « Mon père était mon complice de travail, s'exclame-t-il. Nous avons joué ensemble jusqu'à sa dernière scène, jusqu'à ce qu'il la quitte. Ma première école, c'était mon père, j'ai appris auprès de lui jusqu'à sa mort. »

Famille

Né en 1961 à Bobo-Dioulasso, dans le sud-ouest du Burkina, Dani a été élevé dans la tradition griotique. Loin du cliché de la louange inconditionnelle, cette dernière englobe, outre la fonction, bien partielle, de généalogiste, celle du conciliateur, du conteur, du transmetteur de la loi et des valeurs. Auprès de son père donc, le fils a appris, sans négliger l'école.

Son diplôme d'études approfondies de cinéma obtenu à l'université Paris 8 Saint-Denis, Dani Kouyaté a rejoint la troupe familiale La Voix du griot, créée par Sotigui. De 1990 à 1996, il y a exercé l'art de la narration, qu'il a transmis sur le continent et en Europe. Parallèlement, il a tourné ses premiers courts métrages : Bilakoro (1989), Tobbere Kossam (« Poussière de lait », 1991), Les Larmes sacrées du crocodile (1992). Les thématiques abordées sont variées : l'enfance, la vie rurale, ou encore la question environnementale.

Combat

Ce n'est que deux ans plus tard qu'est sorti son premier long-métrage, Keïta ! L'héritage du griot, qui lui a valu une reconnaissance dans le milieu du cinéma et de nombreuses distinctions (prix de la première oeuvre au Fespaco 1995, grand prix Cannes junior la même année). « Chaque film est un combat pour moi, et chaque sortie une victoire ! » commente le réalisateur à l'éternelle barbichette. À chaque fois, il lui faut retrouver de l'énergie pour écrire, chercher des financements, repérer des acteurs, tout en s'investissant dans le théâtre. Dernièrement, il a mis en scène Ombres d'espoir, une pièce sur l'immigration présentée lors du festival Les Récréâtrales à Ouagadougou.

« Le théâtre est une école permanente, c'est là que j'ai appris à travailler avec l'acteur », rappelle celui qui n'aime rien tant que de promener sa silhouette longiligne parmi ceux qu'il dirige et d'interagir avec eux. Mais ce qu'aimait par-dessus tout ce père de quatre enfants, c'était de travailler avec son propre père : « Il a laissé un grand vide, ça a été très dur pour moi. À défaut de sa présence, Soleils sera un hommage que je lui rends. »

____________

Abdel Pitroipa, envoyé spécial à Ouagadougou

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Burkina : Zida nationalise une entreprise du clan Compaoré

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a annoncé samedi la nationalisation d'une entreprise appartenant au clan de l'ex-président Blaise Compaoré, affichant la volonté des autorités[...]

Burkina : manifestation pour Norbert Zongo, 16 ans après sa mort

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en hommage à Norbert Zongo, un journaliste burkinabè assassiné il y a seize ans, le 13 décembre 1998 sous la présidence[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers