Extension Factory Builder
18/12/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris depuis 1992. Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris depuis 1992. © Vincent Fournier/J.A.

Après l'indépendance algérienne, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a un autre rêve : les retrouvailles entre les adversaires d'hier. La visite de François Hollande fait naître en lui de grands espoirs.

Article paru le 18 décémbre 2012

« J'appartiens à une génération qui a goûté le pain algérien et le pain français, confie Si Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris depuis 1992. Et pour chacun de mes deux pays, j'ai un amour qui ne sera jamais exclusif. Comme un fils dont le père et la mère ont divorcé, j'espère de toute mon âme, depuis tant de temps, leurs retrouvailles. » Au-dessus de son bureau, le portrait en noir et blanc d'un jeune homme en habit arabe : son père, Si Hamza, chef de la confrérie saharienne de la Shaykhiya, député français et déjà recteur de la Grande Mosquée de Paris de 1957 à 1982.

Deux générations qui incarnent la symbiose possible mais encore introuvable de deux nations séparées dans le sang il y a un demi-siècle. « Mon père était aussi familier de la pensée et de la civilisation française qu'enraciné dans sa culture musulmane : il était l'homme d'une synthèse », explique Si Dalil, qui n'a jamais senti d'antagonisme entre ses études européennes et son héritage arabe, « au contraire, ils s'enrichissaient mutuellement ». Dans son enfance à Skikda, alors Philippeville la coloniale, il n'a pas souvenir d'avoir été victime d'un racisme anti-Arabes. « Le clivage se situait entre ceux qui avaient la culture française - Européens ou Arabes - et ceux qui en étaient loin », explique-t-il.

Révolution

Ce regard mauvais de l'Européen sur l'Arabe, il commence à l'éprouver lors de la bataille d'Alger de 1957 et surtout à partir de 1961 en France, où il est venu étudier : « Le virus était entré en métropole : j'étais redevenu l'Arabe, le suspect, jugé au faciès et fragile dans mon statut. » Une fracture de plus en plus douloureuse entre les deux nations qui le conforte dans son soutien à la résistance algérienne. « Dès 1954 et les premiers mouvements dans l'Est, j'ai acquis à 14 ans la conviction que l'indépendance était la seule voie. Je ne pouvais plus vivre dans l'idée que j'appartenais à un peuple vaincu et soumis. »

Et si le combat est arabe et musulman, il ne fait aucun doute pour Boubakeur que la révolution algérienne est aussi fille de la Révolution française et de la résistance à l'occupation allemande : « Nous adhérions totalement à l'idéologie portée par le Front de libération nationale (FLN) : l'avènement de la liberté, d'un État juste et démocratique. »

Aujourd'hui, les exigences de repentance adressées à l'État français lui paraissent-elles pertinentes ? Pour Si Dalil, la grande trahison à réparer est celle des livres et de l'histoire officielle qu'on lui a enseignée. « Nous n'avons découvert qu'après l'indépendance les crimes de la colonisation, les confiscations, la répression et les massacres. Ce que la France devrait reconnaître, c'est que la colonisation ne s'est jamais déroulée de la manière qu'elle l'avait enseignée. » La visite de François Hollande fait naître en lui de grands espoirs : « Les déclarations des deux présidents vont dans le bon sens, celui d'un rapprochement concret et des retrouvailles réelles entre mes deux pays. C'est mon autre grand rêve après l'indépendance de l'Algérie. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka, direc[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2710P026_034.xml4 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2710P026_034.xml4 from 172.16.0.100