Extension Factory Builder
18/12/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris depuis 1992. Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris depuis 1992. © Vincent Fournier/J.A.

Après l'indépendance algérienne, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a un autre rêve : les retrouvailles entre les adversaires d'hier. La visite de François Hollande fait naître en lui de grands espoirs.

Article paru le 18 décémbre 2012

« J'appartiens à une génération qui a goûté le pain algérien et le pain français, confie Si Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris depuis 1992. Et pour chacun de mes deux pays, j'ai un amour qui ne sera jamais exclusif. Comme un fils dont le père et la mère ont divorcé, j'espère de toute mon âme, depuis tant de temps, leurs retrouvailles. » Au-dessus de son bureau, le portrait en noir et blanc d'un jeune homme en habit arabe : son père, Si Hamza, chef de la confrérie saharienne de la Shaykhiya, député français et déjà recteur de la Grande Mosquée de Paris de 1957 à 1982.

Deux générations qui incarnent la symbiose possible mais encore introuvable de deux nations séparées dans le sang il y a un demi-siècle. « Mon père était aussi familier de la pensée et de la civilisation française qu'enraciné dans sa culture musulmane : il était l'homme d'une synthèse », explique Si Dalil, qui n'a jamais senti d'antagonisme entre ses études européennes et son héritage arabe, « au contraire, ils s'enrichissaient mutuellement ». Dans son enfance à Skikda, alors Philippeville la coloniale, il n'a pas souvenir d'avoir été victime d'un racisme anti-Arabes. « Le clivage se situait entre ceux qui avaient la culture française - Européens ou Arabes - et ceux qui en étaient loin », explique-t-il.

Révolution

Ce regard mauvais de l'Européen sur l'Arabe, il commence à l'éprouver lors de la bataille d'Alger de 1957 et surtout à partir de 1961 en France, où il est venu étudier : « Le virus était entré en métropole : j'étais redevenu l'Arabe, le suspect, jugé au faciès et fragile dans mon statut. » Une fracture de plus en plus douloureuse entre les deux nations qui le conforte dans son soutien à la résistance algérienne. « Dès 1954 et les premiers mouvements dans l'Est, j'ai acquis à 14 ans la conviction que l'indépendance était la seule voie. Je ne pouvais plus vivre dans l'idée que j'appartenais à un peuple vaincu et soumis. »

Et si le combat est arabe et musulman, il ne fait aucun doute pour Boubakeur que la révolution algérienne est aussi fille de la Révolution française et de la résistance à l'occupation allemande : « Nous adhérions totalement à l'idéologie portée par le Front de libération nationale (FLN) : l'avènement de la liberté, d'un État juste et démocratique. »

Aujourd'hui, les exigences de repentance adressées à l'État français lui paraissent-elles pertinentes ? Pour Si Dalil, la grande trahison à réparer est celle des livres et de l'histoire officielle qu'on lui a enseignée. « Nous n'avons découvert qu'après l'indépendance les crimes de la colonisation, les confiscations, la répression et les massacres. Ce que la France devrait reconnaître, c'est que la colonisation ne s'est jamais déroulée de la manière qu'elle l'avait enseignée. » La visite de François Hollande fait naître en lui de grands espoirs : « Les déclarations des deux présidents vont dans le bon sens, celui d'un rapprochement concret et des retrouvailles réelles entre mes deux pays. C'est mon autre grand rêve après l'indépendance de l'Algérie. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été adress&eacu[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a dénoncé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés, samedi, à la frontière entre les deux pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Algérie : Rafik Khalifa, après la gloire, les déboires

Pour l'ex-golden boy, déjà condamné à la réclusion à perpétuité en Algérie, les ennuis continuent. Il vient d'écoper de cinq ans de prison en France.[...]

Infographie : l'assassinat des moines de Tibhirine vu selon les différents protagonistes

Deux juges d'instruction français sont actuellement en Algérie pour autopsier les têtes des moines de Tibhirine. En attendant les résultats de leur enquête, "Jeune Afrique" vous propose[...]

Algérie : Abdelmalek Sellal annonce une réunion interministérielle sur les revendications policières

Après un bras-de-fer de plusieurs heures mercredi, le premier ministre Abdelmalek Sellal a finalement reçu une délégation de policiers protestataires. Il a annoncé la tenue d'une réunion[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

Algérie : les crânes des moines de Tibhirine exhumés en présence du juge Trévidic

Le juge antiterroriste français Marc Trévidic a assisté mardi au sud d'Alger à l'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine assassinés en 1996.[...]

Algérie : des centaines de policiers manifestent devant El-Mouradia, à Alger

Des centaines de policiers ont organisé mardi 14 octobre une marche le long de l’autoroute menant du quartier de Bab-Ezzouar, à Alger centre, après un mouvement similaire de leurs collègues la[...]

Algérie : jours tranquilles en Kabylie... malgré le terrorisme

Quelques jours après l'exécution atroce d'un otage français par des jihadistes, on est loin de l'atmosphère de psychose décrite par les médias. Retour sur les lieux du crime.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers