Extension Factory Builder
15/12/2012 à 11:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La réalisatrice palestinienne du film Héritage. La réalisatrice palestinienne du film Héritage. © Bruno Lévy pour J.A.

L'actrice palestinienne Hiam Abbass passe derrière la caméra avec un film bien plus engagé qu'il n'y paraît au premier abord.

« Ce n'est pas un film politique ! » affirme à qui veut l'entendre Hiam Abbass, la grande actrice palestinienne qui réalise un premier long-métrage très attachant. Héritage, au sens strict, n'est en effet qu'une histoire familiale, un film choral. Il raconte, sur fond de bruits de guerre en Galilée, les déchirements d'une famille palestinienne. Alors que celle-ci s'apprête à célébrer un mariage, le grand-père et patriarche tombe dans le coma ; ce qui suscite des convoitises sur sa fortune. Mais, au même moment, une soeur de la future épouse, Hajar, magnifiquement interprétée par Hafsia Herzi, décide contre l'avis de tous de prendre sa liberté et de partir vivre au loin avec son amoureux britannique.

Un film apolitique ? Non, évidemment. Comment pourrait-il en être ainsi alors que Hiam Abbass raconte une véritable guerre familiale dans une ambiance explosive qui permet de faire apparaître les dilemmes auxquels sont confrontés les Palestiniens d'Israël quels que soient leur âge, leur profession, leur statut social, leur vie en ville ou à la campagne, leur position vis-à-vis de la tradition ? Impossible de ne pas ressentir la dimension immédiatement métaphorique de cette histoire, qui est celle d'une population en recherche d'identité, prise « en sandwich » - l'expression est celle de la réalisatrice - entre deux cultures. Mais Hiam Abbass craint de voir son film accueilli simplement comme une oeuvre de plus évoquant après tant d'autres le sort tragique des Palestiniens. D'où ce déni - surjoué bien sûr - du caractère éminemment politique d'Héritage.

Évidence

Un déni pour le moins paradoxal, d'ailleurs, de la part d'une femme au physique certes menu, mais au caractère on ne peut plus affirmé et aux convictions bien ancrées. Ainsi, lorsqu'on lui demande ce qu'elle pense de la récente percée de la Palestine à l'ONU, Hiam Abbass affiche tout de suite son enthousiasme. Et quand on remarque qu'elle ne parle que de « Palestiniens d'Israël » et jamais d'« Arabes d'Israël », elle n'y va pas par quatre chemins pour s'insurger contre la seconde formule tant prisée par ceux qui nient la spécificité du peuple auquel elle appartient. D'autant qu'elle se souvient de l'époque où l'on ne pouvait pas prononcer à voix haute le mot « Palestinien » en Israël. Et le rêve pour l'avenir de cette récente cinquantenaire, la solution qu'elle appelle de ses voeux pour que sa terre retrouve à jamais la paix ? « Un seul État sur toute l'étendue de la Palestine », sans hésitation.

Essentiellement connue comme actrice, en vedette dans beaucoup de « petits films » très remarqués (Satin rouge, Les Citronniers, La Fiancée syrienne, etc.) mais aussi courtisée par les plus grands metteurs en scène, d'Alejandro González Iñárritu (Babel) à Amos Gitaï (Free Zone) en passant par Steven Spielberg (Munich), excusez du peu, pourquoi a-t-elle éprouvé le besoin de passer derrière la caméra ? Elle ne sait que répondre car c'était devenu depuis un bon moment une évidence pour cette ancienne photographe. Elle a donc tourné deux courts-métrages au début des années 2000 puis, réécrivant un scénario qu'on lui avait proposé, a « porté » jusqu'à son terme le film qui sort le 12 décembre en salle.

Elle commence déjà à penser au suivant, qui devrait lui faire quitter le décor de son Moyen-Orient natal pour l'univers de l'Occident, où elle réside - à Paris - depuis une vingtaine d'années. Sans pour autant songer le moins du monde à abandonner sa carrière de comédienne, au théâtre ou sur le grand écran. Nul risque d'ailleurs qu'on oublie cette facette de son talent : elle sera à l'affiche de pas moins de quatre films - dont le prochain de la Marocaine Leïla Marrakchi - en 2013 !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Si le mois de ramadan était jusqu'ici utilisé par Abdelaziz Bouteflika pour examiner les performances de ses ministres, cette année ce sont ses conseillers qui ont été passés au cr[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Libye : 100 morts dans des combats entre milices, les Occidentaux quittent le pays

L'escalade des violences en Libye a poussé dimanche des capitales occidentales à rappeler leurs ressortissants. Près de 100 personnes ont été tuées en deux semaines de combats entre [...]

Libye : 38 morts dans des affrontements à Benghazi

Au moins 38 personnes, des soldats pour la plupart, ont été tuées et 50 blessées dans de violents combats entre armée et groupes islamistes ces dernières 24 heures à Benghazi dans[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Libye : les États-Unis évacuent leur personnel diplomatique de Tripoli

Les États-Unis ont évacué samedi tout leur personnel diplomatique de leur ambassade en Libye en raison des violents affrontements dans la capitale, a annoncé le département d'État.[...]

Libye : le gouvernement met en garde contre "l'effondrement de l'État"

Le gouvernement libyen a mis en garde vendredi contre "l'effondrement de l'État" au moment où les combats faisaient toujours rage entre milices rivales à Tripoli pour le 13e jour[...]

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Les polémiques autour du conflit israélo-palestinien n'épargnent pas le monde du football. Les deux anciens coéquipiers en Angleterre, Joey Barton et Yossi Benayoun, se sont répondus par tweets[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers