Extension Factory Builder
13/12/2012 à 19:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les funérailles de l'opposant de Kaddafi, le 3 décembre, à Benghazi. Les funérailles de l'opposant de Kaddafi, le 3 décembre, à Benghazi. © AFP

La dépouille de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Mansour Kikhia, disparu en 1993 a été retrouvée. Mais le mystère de son enlèvement et de son assassinat reste entier.

Après dix-neuf ans d'attente, l'enlèvement de Mansour Kikhia, opposant notoire de Kadhafi, est en passe de trouver son épilogue. La dépouille de l'ancien ministre libyen des Affaires étrangères a été enterrée à Benghazi, sa ville natale, le 3 décembre. La veille, une cérémonie officielle, en présence de nombre de ses camarades de l'opposition en exil, a été organisée par le ministère des Affaires étrangères à Tripoli. Étaient également présents le président du Congrès général national (CGN, Parlement), Mohamed el-Megaryef, et d'autres membres du gouvernement ou du Conseil national de transition (CNT), aujourd'hui dissous. Chacun a eu un mot à la mémoire du plus célèbre des opposants de Kadhafi.

Kikhia avait disparu dans la soirée du 10 décembre 1993 après avoir quitté l'hôtel Safir, au Caire. Certains de ses camarades se sont souvenus de la rencontre d'Alger, réunissant l'opposition libyenne à l'initiative de Kikhia, en octobre 1993, moins de deux mois avant son enlèvement. Le mystère de son kidnapping et de l'assassinat reste entier. Son épouse, Baha Kikhia, qui s'est battue sans relâche pour que toute la lumière soit faite, a confié à J.A. que son mari avait été contacté, avec insistance, par des proches de Kadhafi pour une rencontre avec ce dernier. Elle a aussi établi qu'un émissaire libyen, un dénommé Nejm, avait rencontré Kikhia le 10 décembre et que quatre berlines diplomatiques avaient traversé la frontière à l'ouest d'Alexandrie au lendemain de sa disparition. Hosni Moubarak n'a jamais vraiment enquêté sur cette « non-affaire », ce qui a permis à Kadhafi de constamment se défausser sur ses voisins. Pourtant, des dignitaires libyens étaient fort nombreux autour du Sheraton, au même moment. Parmi eux, Brahim Bechari, l'ambassadeur au Caire, mais surtout le sinistre Abdallah Senoussi, qui peut seul reconstituer le puzzle.

Gangstérisme d'État

Impliquant aussi le voisin égyptien, l'enlèvement de Mansour Kikhia est emblématique de la répression Kadhafiste. Comme l'affaire Ben Barka au Maroc, il incarnait aux yeux des opposants l'archétype du gangstérisme d'État. C'est le transfert en Libye, le 5 septembre, du chef des services de renseignements Abdallah Senoussi qui a tout débloqué. Ce n'est pas pour rien que l'homme est surnommé « la boîte noire ». Les secrets les mieux gardés de la longue nuit Kadhafiste, c'est lui. Devant les enquêteurs libyens, il n'a apparemment pas tardé à parler. Sur ses indications, trois corps ont été retrouvés enterrés dans le jardin d'une villa à Tripoli. Au départ, on a pensé à Moussa Sadr, l'imam chiite enlevé en 1978 et devenu l'objet d'une adoration mystique au Liban. Les autorités de Beyrouth insistaient depuis des mois auprès du CNT pour élucider cet autre mystère. Mais les analyses ADN ont été catégoriques. On a alors contacteé le frère de Mansour, Rachid Kikhia, pour aider à l'identifier. Ce qui a été fait mi-novembre grâce à de nouvelles analyses ADN à Sarajevo.

Pendant dix-neuf ans, la famille Kikhia a frappé à toutes les portes, enquêtant, interpellant le colonel Kadhafi, plaidant la cause du disparu auprès des dirigeants étrangers, dont le président Bill Clinton - Baha, l'épouse de Kikhia, a la nationalité américaine -, mais sans résultat probant. Depuis longtemps, face aux rumeurs contradictoires, ses proches avaient fini par ne plus accorder de crédit aux « révélations » qu'on leur vendait comme on jette une dose de drogue à un toxicomane. Puis le soulèvement de 2011 et la guerre contre Kadhafi ont ouvert l'odieuse boîte à secrets du régime. Maintenant que le sort de Mansour Kikhia est connu, le combat pour juger les coupables ne fait que commencer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcés en faveur d'une solution politique au détriment[...]

Libye : trois questions autour de l'attaque terroriste de l'hôtel Corinthia à Tripoli

L'hôtel Corinthia à Tripoli a été la cible mardi d'une attaque revendiquée par la branche libyenne de l'État islamique. Neuf personnes, dont cinq étrangers, ont été[...]

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

L'hôtel Corinthia, qui accueille régulièrement diplomates et journalistes à Tripoli, a été la cible mardi d'une attaque terroriste. Des hommes armés ont fait au moins douze morts[...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar al-Charia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar al-Charia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus[...]

Annonces de cessez-le-feu en Libye, le début d'une sortie de crise ?

Emboîtant le pas à la coalition de milices Fajr Libya, l'armée libyenne a annoncé dimanche 18 janvier un cessez-le-feu dans le pays. Objectif : donner une petite chance à des négociations[...]

Libye : l'armée annonce à son tour un cessez-le-feu

L'armée libyenne a annoncé dimanche un cessez-le-feu, comme l'a fait il y a deux jours la milice Fajr Libya, pour soutenir les négociations de Genève en faveur d'un règlement du conflit qui[...]

Libye : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué samedi l'annonce par une coalition de milices, notamment islamistes, d'un cessez-le-feu en Libye et a menacé de sanctions ceux qui feraient obstacle aux efforts[...]

Libye : des barils et des balles

Principale source de revenus de l'État libyen, l'or noir est plus que jamais au coeur de la guerre sans merci que se livrent les différentes factions qui se disputent le pouvoir.[...]

Libye : le contenu de l'accord signé à Genève entre les parties en conflit

Après 48 heures de discussions, les protagonistes du conflit armé en Libye sont parvenus à un accord à Genève sur la fin des hostilités et la formation d'un gouvernement d'unité[...]

Diplomatie : l'ONU peut-elle trouver une solution politique à la crise libyenne ?

Alors que l'option militaire est dans toutes les bouches, l'ONU réunit depuis mercredi à Genève les parties libyennes en conflit pour tenter de trouver une solution politique à la crise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2709p048.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2709p048.xml0 from 172.16.0.100