Extension Factory Builder
13/12/2012 à 19:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les funérailles de l'opposant de Kaddafi, le 3 décembre, à Benghazi. Les funérailles de l'opposant de Kaddafi, le 3 décembre, à Benghazi. © AFP

La dépouille de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Mansour Kikhia, disparu en 1993 a été retrouvée. Mais le mystère de son enlèvement et de son assassinat reste entier.

Après dix-neuf ans d'attente, l'enlèvement de Mansour Kikhia, opposant notoire de Kadhafi, est en passe de trouver son épilogue. La dépouille de l'ancien ministre libyen des Affaires étrangères a été enterrée à Benghazi, sa ville natale, le 3 décembre. La veille, une cérémonie officielle, en présence de nombre de ses camarades de l'opposition en exil, a été organisée par le ministère des Affaires étrangères à Tripoli. Étaient également présents le président du Congrès général national (CGN, Parlement), Mohamed el-Megaryef, et d'autres membres du gouvernement ou du Conseil national de transition (CNT), aujourd'hui dissous. Chacun a eu un mot à la mémoire du plus célèbre des opposants de Kadhafi.

Kikhia avait disparu dans la soirée du 10 décembre 1993 après avoir quitté l'hôtel Safir, au Caire. Certains de ses camarades se sont souvenus de la rencontre d'Alger, réunissant l'opposition libyenne à l'initiative de Kikhia, en octobre 1993, moins de deux mois avant son enlèvement. Le mystère de son kidnapping et de l'assassinat reste entier. Son épouse, Baha Kikhia, qui s'est battue sans relâche pour que toute la lumière soit faite, a confié à J.A. que son mari avait été contacté, avec insistance, par des proches de Kadhafi pour une rencontre avec ce dernier. Elle a aussi établi qu'un émissaire libyen, un dénommé Nejm, avait rencontré Kikhia le 10 décembre et que quatre berlines diplomatiques avaient traversé la frontière à l'ouest d'Alexandrie au lendemain de sa disparition. Hosni Moubarak n'a jamais vraiment enquêté sur cette « non-affaire », ce qui a permis à Kadhafi de constamment se défausser sur ses voisins. Pourtant, des dignitaires libyens étaient fort nombreux autour du Sheraton, au même moment. Parmi eux, Brahim Bechari, l'ambassadeur au Caire, mais surtout le sinistre Abdallah Senoussi, qui peut seul reconstituer le puzzle.

Gangstérisme d'État

Impliquant aussi le voisin égyptien, l'enlèvement de Mansour Kikhia est emblématique de la répression Kadhafiste. Comme l'affaire Ben Barka au Maroc, il incarnait aux yeux des opposants l'archétype du gangstérisme d'État. C'est le transfert en Libye, le 5 septembre, du chef des services de renseignements Abdallah Senoussi qui a tout débloqué. Ce n'est pas pour rien que l'homme est surnommé « la boîte noire ». Les secrets les mieux gardés de la longue nuit Kadhafiste, c'est lui. Devant les enquêteurs libyens, il n'a apparemment pas tardé à parler. Sur ses indications, trois corps ont été retrouvés enterrés dans le jardin d'une villa à Tripoli. Au départ, on a pensé à Moussa Sadr, l'imam chiite enlevé en 1978 et devenu l'objet d'une adoration mystique au Liban. Les autorités de Beyrouth insistaient depuis des mois auprès du CNT pour élucider cet autre mystère. Mais les analyses ADN ont été catégoriques. On a alors contacteé le frère de Mansour, Rachid Kikhia, pour aider à l'identifier. Ce qui a été fait mi-novembre grâce à de nouvelles analyses ADN à Sarajevo.

Pendant dix-neuf ans, la famille Kikhia a frappé à toutes les portes, enquêtant, interpellant le colonel Kadhafi, plaidant la cause du disparu auprès des dirigeants étrangers, dont le président Bill Clinton - Baha, l'épouse de Kikhia, a la nationalité américaine -, mais sans résultat probant. Depuis longtemps, face aux rumeurs contradictoires, ses proches avaient fini par ne plus accorder de crédit aux « révélations » qu'on leur vendait comme on jette une dose de drogue à un toxicomane. Puis le soulèvement de 2011 et la guerre contre Kadhafi ont ouvert l'odieuse boîte à secrets du régime. Maintenant que le sort de Mansour Kikhia est connu, le combat pour juger les coupables ne fait que commencer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2709p048.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2709p048.xml0 from 172.16.0.100