Extension Factory Builder
19/12/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. © Reuters

Composite, indisciplinée, démoralisée, rongée par l'ethnicisation... En RDC, c'est un consensus : l'armée est malade.

Les derniers combats, en novembre, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les insurgés du Mouvement du 23-Mars (M23) ont laissé un goût amer aux Congolais. Pourtant, selon un responsable de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), les soldats n'ont pas fait que piètre figure. « Ils ont infligé des pertes importantes aux rebelles au cours des premières batailles [en juillet dernier, NDLR]. Mais ils ne savent pas garder longtemps une position », résume la source.

« À Rutshuru [à quelque 70 km de Goma], grâce à l'appui aérien de la Monusco, les rebelles ont été malmenés. Malheureusement, nos hommes se sont retrouvés à court de munitions et ils ont décroché », ajoute un officiel depuis le chef-lieu du Nord-Kivu. Sans oublier que deux bataillons entiers s'étaient volatilisés, avant de réapparaître dans le camp ennemi.

Armée malade

Tout le monde en convient : l'armée congolaise est malade. Première raison : les FARDC sont, en réalité, un ensemble composite comprenant des éléments des groupes armés qui ont sévi ou continuent à sévir principalement dans les deux Kivus depuis 1996. C'est ce qu'on appelle le « brassage ». Ainsi, d'anciens chefs de guerre ont été bombardés officiers. « On a mis ensemble des gens sans aucune formation. Conséquence : l'armée souffre d'un manque de discipline et d'un double commandement », indique un diplomate européen à Kinshasa. Au sein de ces bandes armées, rares sont ceux qui savent lire et écrire. « Dans l'est du pays, les officiers sont avant tout animés par des appétits miniers et se sont partagé la rente avec de nombreuses complicités sur place et à l'étranger », assure un expert international.

Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Ils ont gonflé le nombre de soldats et mis en place un système de détournement des soldes, des rations de combat et des équipements. Résultat : le moral des hommes a été sapé et la troupe s'est transformée en « une bande de va-nu-pieds ».

Ethnicisation

Les FARDC sont également rongées par l'ethnicisation. « Le commandement est essentiellement katangais ou originaire de l'est du pays, swahiliphone », reconnaît une source gouvernementale. Qui ajoute : « Le salut passe par la détribalisation de l'armée, la fin de l'affairisme au niveau de la hiérarchie, le paiement de soldes plus conséquentes en recourant à l'informatique [pour éviter les vols], la construction de casernes afin que les militaires aient un cadre de vie digne. »

La réforme du secteur de la sécurité a été entamée. Quelques progrès ont été réalisés : recensement des effectifs, attribution de numéros de matricule et de cartes biométriques, remise en route de centres de formation, à l'instar de celui de Kananga, au Kasaï-Occidental... Mais, de l'avis de tous, il faut aller plus vite. Le temps presse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa sécurité.[...]

RDC : l'isolement de la région touchée par Ebola limite la progression de l'épidémie

L’enclavement de la zone touchée par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en République démocratique du Congo limite considérablement sa[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

RDC 

Kin-Kiey Mulumba : "La majorité des Congolais souhaitent voir Kabila continuer"

Au cœur du débat sur l'éventuelle modification de la Constitution en RDC, Kin-Kiey Mulumba, ministre congolais en charge des Nouvelles technologies, lance "Kabila désir". Une structure qui[...]

RDC : l'épidémie d'Ebola n'a "aucun lien avec celle qui sévit en Afrique de l'Ouest"

"Les résultats sont sortis positifs. Le virus Ebola est confirmé en RDC", a déclaré le ministre congolais (RDC) de la Santé, Félix Kabange Numbi.[...]

RDC : la fièvre hémorragique d'origine indéterminée "sous contrôle"

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Félix Kabange Numbi, a annoncé vendredi que la fièvre hémorragique d'origine indéterminée qui a fait treize morts depuis le 11 août[...]

RDC : Jean-Claude Kifwa, le général "action, réaction" à Kisangani

Alors que Kisangani, dans le nord-est de la RDC, s’apprête à accueillir temporairement des ex-rebelles FDLR, le climat est tendu entre société civile et autorités militaires. Sur place, le[...]

RDC - Congo : Mbata ya bakolo, un retour fortement conseillé

Les ressortissants de RDC sont priés de se mettre en règle ou de quitter le pays. Une opération qui accentue les tensions entre les deux voisins.[...]

CAN 2015 : Etekiama s'explique, le Rwanda va faire appel

Agiti Taddy Etekiama, alias Dady Birori, l’attaquant rwandais d’origine congolaise (RDC), a été suspendu par la CAF, qui a également exclu le Rwanda des qualifications pour la CAN 2015 au profit du[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex