Extension Factory Builder
19/12/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. © Reuters

Composite, indisciplinée, démoralisée, rongée par l'ethnicisation... En RDC, c'est un consensus : l'armée est malade.

Les derniers combats, en novembre, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les insurgés du Mouvement du 23-Mars (M23) ont laissé un goût amer aux Congolais. Pourtant, selon un responsable de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), les soldats n'ont pas fait que piètre figure. « Ils ont infligé des pertes importantes aux rebelles au cours des premières batailles [en juillet dernier, NDLR]. Mais ils ne savent pas garder longtemps une position », résume la source.

« À Rutshuru [à quelque 70 km de Goma], grâce à l'appui aérien de la Monusco, les rebelles ont été malmenés. Malheureusement, nos hommes se sont retrouvés à court de munitions et ils ont décroché », ajoute un officiel depuis le chef-lieu du Nord-Kivu. Sans oublier que deux bataillons entiers s'étaient volatilisés, avant de réapparaître dans le camp ennemi.

Armée malade

Tout le monde en convient : l'armée congolaise est malade. Première raison : les FARDC sont, en réalité, un ensemble composite comprenant des éléments des groupes armés qui ont sévi ou continuent à sévir principalement dans les deux Kivus depuis 1996. C'est ce qu'on appelle le « brassage ». Ainsi, d'anciens chefs de guerre ont été bombardés officiers. « On a mis ensemble des gens sans aucune formation. Conséquence : l'armée souffre d'un manque de discipline et d'un double commandement », indique un diplomate européen à Kinshasa. Au sein de ces bandes armées, rares sont ceux qui savent lire et écrire. « Dans l'est du pays, les officiers sont avant tout animés par des appétits miniers et se sont partagé la rente avec de nombreuses complicités sur place et à l'étranger », assure un expert international.

Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Ils ont gonflé le nombre de soldats et mis en place un système de détournement des soldes, des rations de combat et des équipements. Résultat : le moral des hommes a été sapé et la troupe s'est transformée en « une bande de va-nu-pieds ».

Ethnicisation

Les FARDC sont également rongées par l'ethnicisation. « Le commandement est essentiellement katangais ou originaire de l'est du pays, swahiliphone », reconnaît une source gouvernementale. Qui ajoute : « Le salut passe par la détribalisation de l'armée, la fin de l'affairisme au niveau de la hiérarchie, le paiement de soldes plus conséquentes en recourant à l'informatique [pour éviter les vols], la construction de casernes afin que les militaires aient un cadre de vie digne. »

La réforme du secteur de la sécurité a été entamée. Quelques progrès ont été réalisés : recensement des effectifs, attribution de numéros de matricule et de cartes biométriques, remise en route de centres de formation, à l'instar de celui de Kananga, au Kasaï-Occidental... Mais, de l'avis de tous, il faut aller plus vite. Le temps presse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands moyens.[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population[...]

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers