Extension Factory Builder
19/12/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. © Reuters

Composite, indisciplinée, démoralisée, rongée par l'ethnicisation... En RDC, c'est un consensus : l'armée est malade.

Les derniers combats, en novembre, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les insurgés du Mouvement du 23-Mars (M23) ont laissé un goût amer aux Congolais. Pourtant, selon un responsable de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), les soldats n'ont pas fait que piètre figure. « Ils ont infligé des pertes importantes aux rebelles au cours des premières batailles [en juillet dernier, NDLR]. Mais ils ne savent pas garder longtemps une position », résume la source.

« À Rutshuru [à quelque 70 km de Goma], grâce à l'appui aérien de la Monusco, les rebelles ont été malmenés. Malheureusement, nos hommes se sont retrouvés à court de munitions et ils ont décroché », ajoute un officiel depuis le chef-lieu du Nord-Kivu. Sans oublier que deux bataillons entiers s'étaient volatilisés, avant de réapparaître dans le camp ennemi.

Armée malade

Tout le monde en convient : l'armée congolaise est malade. Première raison : les FARDC sont, en réalité, un ensemble composite comprenant des éléments des groupes armés qui ont sévi ou continuent à sévir principalement dans les deux Kivus depuis 1996. C'est ce qu'on appelle le « brassage ». Ainsi, d'anciens chefs de guerre ont été bombardés officiers. « On a mis ensemble des gens sans aucune formation. Conséquence : l'armée souffre d'un manque de discipline et d'un double commandement », indique un diplomate européen à Kinshasa. Au sein de ces bandes armées, rares sont ceux qui savent lire et écrire. « Dans l'est du pays, les officiers sont avant tout animés par des appétits miniers et se sont partagé la rente avec de nombreuses complicités sur place et à l'étranger », assure un expert international.

Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Ils ont gonflé le nombre de soldats et mis en place un système de détournement des soldes, des rations de combat et des équipements. Résultat : le moral des hommes a été sapé et la troupe s'est transformée en « une bande de va-nu-pieds ».

Ethnicisation

Les FARDC sont également rongées par l'ethnicisation. « Le commandement est essentiellement katangais ou originaire de l'est du pays, swahiliphone », reconnaît une source gouvernementale. Qui ajoute : « Le salut passe par la détribalisation de l'armée, la fin de l'affairisme au niveau de la hiérarchie, le paiement de soldes plus conséquentes en recourant à l'informatique [pour éviter les vols], la construction de casernes afin que les militaires aient un cadre de vie digne. »

La réforme du secteur de la sécurité a été entamée. Quelques progrès ont été réalisés : recensement des effectifs, attribution de numéros de matricule et de cartes biométriques, remise en route de centres de formation, à l'instar de celui de Kananga, au Kasaï-Occidental... Mais, de l'avis de tous, il faut aller plus vite. Le temps presse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce [...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents[...]

RDC : neuf nouveaux corps de civils découverts à Beni

La société civile locale a annoncé jeudi la découverte de neuf nouveaux corps de personnes assassinées dans plusieurs localités du territoire de Beni, portant le bilan de récents[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

RDC : Joseph Kabila est arrivé à Beni, cible de récents massacres

Joseph Kabila, très attendu après les massacres du mois d'octobre, est arrivé à Beni mercredi.[...]

RDC : un soldat et un rebelle de l'ADF tués près de Beni, avant la visite du président Kabila

Deux personnes ont péri mardi soir dans des affrontements entre l'armée congolaise (FARDC) et les ADF, rébellion islamiste ougandaise. Un soldat et un rebelle ont été tués.[...]

RDC : dans la tête de Joseph Kabila

À deux ans de la présidentielle, le débat sur la réforme de la Constitution se résume à une seule question : Joseph Kabila pourra-t-il briguer un troisième mandat ? À[...]

RDC : trois immeubles de Diomi Ndongala "confisqués", son avocat dénonce "l'instrumentalisation de la justice"

Dans une affaire qui l'oppose à la Banque internationale pour l'Afrique au Congo (Biac), Diomi Ndongala a vu vendredi trois de ses immeubles de Kinshasa être saisis par la justice. Une "expropriation" qui[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers