Extension Factory Builder
19/12/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. Retour des troupes régulières à Goma, le 3 décembre. © Reuters

Composite, indisciplinée, démoralisée, rongée par l'ethnicisation... En RDC, c'est un consensus : l'armée est malade.

Les derniers combats, en novembre, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les insurgés du Mouvement du 23-Mars (M23) ont laissé un goût amer aux Congolais. Pourtant, selon un responsable de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), les soldats n'ont pas fait que piètre figure. « Ils ont infligé des pertes importantes aux rebelles au cours des premières batailles [en juillet dernier, NDLR]. Mais ils ne savent pas garder longtemps une position », résume la source.

« À Rutshuru [à quelque 70 km de Goma], grâce à l'appui aérien de la Monusco, les rebelles ont été malmenés. Malheureusement, nos hommes se sont retrouvés à court de munitions et ils ont décroché », ajoute un officiel depuis le chef-lieu du Nord-Kivu. Sans oublier que deux bataillons entiers s'étaient volatilisés, avant de réapparaître dans le camp ennemi.

Armée malade

Tout le monde en convient : l'armée congolaise est malade. Première raison : les FARDC sont, en réalité, un ensemble composite comprenant des éléments des groupes armés qui ont sévi ou continuent à sévir principalement dans les deux Kivus depuis 1996. C'est ce qu'on appelle le « brassage ». Ainsi, d'anciens chefs de guerre ont été bombardés officiers. « On a mis ensemble des gens sans aucune formation. Conséquence : l'armée souffre d'un manque de discipline et d'un double commandement », indique un diplomate européen à Kinshasa. Au sein de ces bandes armées, rares sont ceux qui savent lire et écrire. « Dans l'est du pays, les officiers sont avant tout animés par des appétits miniers et se sont partagé la rente avec de nombreuses complicités sur place et à l'étranger », assure un expert international.

Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Ils ont gonflé le nombre de soldats et mis en place un système de détournement des soldes, des rations de combat et des équipements. Résultat : le moral des hommes a été sapé et la troupe s'est transformée en « une bande de va-nu-pieds ».

Ethnicisation

Les FARDC sont également rongées par l'ethnicisation. « Le commandement est essentiellement katangais ou originaire de l'est du pays, swahiliphone », reconnaît une source gouvernementale. Qui ajoute : « Le salut passe par la détribalisation de l'armée, la fin de l'affairisme au niveau de la hiérarchie, le paiement de soldes plus conséquentes en recourant à l'informatique [pour éviter les vols], la construction de casernes afin que les militaires aient un cadre de vie digne. »

La réforme du secteur de la sécurité a été entamée. Quelques progrès ont été réalisés : recensement des effectifs, attribution de numéros de matricule et de cartes biométriques, remise en route de centres de formation, à l'instar de celui de Kananga, au Kasaï-Occidental... Mais, de l'avis de tous, il faut aller plus vite. Le temps presse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la désolati[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

RDC : les autorités annoncent la fin de l'épidémie d'Ebola dans le pays

Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République[...]

RDC - CPI : comprendre le procès Bemba en 5 questions

Après les déclarations finales mercredi et jeudi de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions[...]

RDC : pour l'accusation, Bemba est "responsable" de la "barbarie" de ses miliciens

Les avocats de Jean-Pierre Bemba tenteront de répondre jeudi aux accusations lancées la veille par le bureau du procureur de la CPI contre l'ancien vice-président congolais, jugé pour trois crimes de[...]

Crimes de guerre en RDC : dix ans de prison pour un ex-rebelle promu général

Un général congolais a été rattrapé par son passé de milicien vendredi à Kinshasa, où la justice l'a condamné à dix ans de prison ferme pour crimes de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers