Extension Factory Builder
10/12/2012 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré, le frère du président burkinabé. François Compaoré, le frère du président burkinabé. © AFP

Le parti au pouvoir maintient sa domination à l'Assemblée. Mais - surprise - une nouvelle opposition s'installe.

Le score est provisoire, mais les jeux sont faits. Après un dépouillement validé à 90 % par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 6 décembre, la physionomie de la nouvelle Assemblée nationale se dessine.

Avec au moins 58 sièges sur 127, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) reste la première force politique, preuve que le renouvellement des cadres initié en mars 2011 s'est révélé moins déstabilisateur que prévu. Le parti au pouvoir n'en subit pas moins un recul par rapport à la précédente législature (74 députés).

Aux sièges du CDP s'ajoutent ceux obtenus par une multitude de partis satellites, notamment l'Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) qui se maintient à l'Assemblée (15 sièges). Le parti de Gilbert Noël Ouédraogo, ministre des Transports, des Postes et de l'Économie numérique, devrait rester dans sa logique d'alliance avec la majorité présidentielle.

Maigre moisson

La vraie surprise vient du camp adverse, qui se recompose et gagne du terrain. Participant pour la première fois à ce scrutin national, l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré fait son entrée à l'Assemblée avec au moins 15 députés. « Le parti du lion » devient ainsi le chef de file de l'opposition, et va pouvoir former son propre groupe parlementaire. La moisson est maigre, en revanche, pour le reste de l'opposition.

À l'heure où nous mettions sous presse, les résultats du Kadiogo, province qui englobe Ouagadougou, n'étaient pas encore connus. CDP et UPC (qui y dénonce des fraudes) revendiquent tous deux la victoire. Et pour cause : qui domine le centre peut dominer le pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Exhumation du corps de Sankara : le Burkina retient son souffle

Exhumation du corps de Sankara : le Burkina retient son souffle

Après l'ouverture, lundi, des tombes de deux de ses compagnons, l'exhumation du corps supposé de l'ex-président burkinabè Thomas Sankara, assassiné en 1987 lors d'un coup d'État, aura lieu[...]

De Paris à Ouagadougou et Rio, mobilisation de milliers de manifestants contre Monsanto

  De Paris à Ouagadougou et Rio, plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi contre le géant américain de la biotechnologie agricole Monsanto, et plus spécialement contre les OGM,[...]

Burkina : l'exhumation du corps supposé de Thomas Sankara débutera le 25 mai à Ouagadougou

Promises par les autorités de transition, les opérations d'exhumation des corps supposés de Thomas Sankara et de ses douze camarades assassinés le 15 octobre 1987 débuteront le lundi 25 mai au[...]

Burkina : quel avenir pour le RSP ?

Au lendemain du coup de sang du régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre Isaac Zida, le Premier ministre de transition, le 4 février, Michel Kafando avait annoncé la[...]

Burkina - CDP : les orphelins de Blaise Compaoré relèvent la tête

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) tenait son premier grand rassemblement depuis la chute de son leader. Objectif : se remettre en ordre de bataille avant les scrutins d'octobre.[...]

Burkina Faso : que sait-on de l'enlèvement d'un Roumain par Al-Mourabitoune ?

Le rapt de Iulian Gherghut, un officier de sécurité roumain enlevé le 4 avril à Tambao, dans le nord du Burkina Faso, a été revendiqué par Adnan Abou Walid Sahraoui, un cadre du[...]

Burkina Faso : la veuve de l'ex-président Thomas Sankara entendue par la justice

Rentrée au pays il y a cinq jours pour la deuxième fois depuis l’assassinat de son mari, Mariam Sankara a été entendue lundi par la justice burkinabè qui a ouvert une enquête sur les[...]

Burkina Faso : Me Bénéwendé Sankara désigné candidat des "sankaristes" à la présidentielle

L’avocat et homme politique Bénéwendé Sankara a été désigné dimanche lors d’un congrès, candidat des "sankaristes" à l’élection[...]

Burkina : Kafando viendra bien à Paris

 Pour la première fois en tant que président de la transition burkinabè, Michel Kafando aurait dû se rendre à Paris les 4 et 5 mai, mais sa visite a été reportée en[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers