Extension Factory Builder
10/12/2012 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré, le frère du président burkinabé. François Compaoré, le frère du président burkinabé. © AFP

Le parti au pouvoir maintient sa domination à l'Assemblée. Mais - surprise - une nouvelle opposition s'installe.

Le score est provisoire, mais les jeux sont faits. Après un dépouillement validé à 90 % par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 6 décembre, la physionomie de la nouvelle Assemblée nationale se dessine.

Avec au moins 58 sièges sur 127, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) reste la première force politique, preuve que le renouvellement des cadres initié en mars 2011 s'est révélé moins déstabilisateur que prévu. Le parti au pouvoir n'en subit pas moins un recul par rapport à la précédente législature (74 députés).

Aux sièges du CDP s'ajoutent ceux obtenus par une multitude de partis satellites, notamment l'Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) qui se maintient à l'Assemblée (15 sièges). Le parti de Gilbert Noël Ouédraogo, ministre des Transports, des Postes et de l'Économie numérique, devrait rester dans sa logique d'alliance avec la majorité présidentielle.

Maigre moisson

La vraie surprise vient du camp adverse, qui se recompose et gagne du terrain. Participant pour la première fois à ce scrutin national, l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré fait son entrée à l'Assemblée avec au moins 15 députés. « Le parti du lion » devient ainsi le chef de file de l'opposition, et va pouvoir former son propre groupe parlementaire. La moisson est maigre, en revanche, pour le reste de l'opposition.

À l'heure où nous mettions sous presse, les résultats du Kadiogo, province qui englobe Ouagadougou, n'étaient pas encore connus. CDP et UPC (qui y dénonce des fraudes) revendiquent tous deux la victoire. Et pour cause : qui domine le centre peut dominer le pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers