Extension Factory Builder
13/12/2012 à 19:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Chakib Benmoussa préside depuis février 2011 le Conseil économique et social du royaume. Chakib Benmoussa préside depuis février 2011 le Conseil économique et social du royaume. © Joseph Barrak/AFP

L'ex-ministre marocain de l'Intérieur, Chakib Benmoussa, devrait devenir ambassadeur en France. Une nouvelle étape pour ce technocrate très apprécié.

Choisi pour devenir ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa ne devrait pas attendre longtemps l'agrément du Quai d'Orsay. Le poste était vacant depuis le départ d'El Mostapha Sahel, nommé conseiller royal en octobre 2011. Fines lunettes cerclées, cheveux ras et petite moustache, Benmoussa a le verbe précis. Excellent francophone, formé dans les grandes écoles de l'Hexagone (Polytechnique, Ponts et Chaussées) mais aussi aux États-Unis, au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), il passe pour l'un des plus brillants hommes d'État de l'ère Mohammed VI.

Après une carrière fulgurante dans le monde des affaires, notamment au sein du holding royal ONA, Benmoussa est nommé ministre de l'Intérieur en 2006. En quatre ans, il organise sans anicroche deux rendez-vous électoraux : législatives en septembre 2007 et communales en juin 2009. La campagne de ces dernières est l'occasion d'un bras de fer avec le Parti Authenticité et Modernité (PAM) de Fouad Ali El Himma, autour de l'interdiction de la transhumance des élus. Duel perdu, avec les honneurs.

Pondération

Est-ce la raison de son remplacement lors du remaniement de janvier 2010 ? En tout cas, il faut croire qu'on ne se prive pas longtemps des têtes bien faites au Maroc. Lorsque le roi a voulu donner une première réponse au mouvement de contestation du 20 février 2011, il a installé, dès le lendemain des premières manifestations, un Conseil économique et social (CES) dont la présidence a échu à Benmoussa. Ce dernier a su dynamiser une institution dont la création était restée un voeu pieux durant quinze ans. Une membre du CES témoigne : « Je ne connais aucun autre ingénieur doué de pareils talents littéraires. Chakib a une grande capacité de travail, de synthèse, pour concilier des points de vue en apparence totalement opposés. » Un autre proche loue « ses qualités humaines, sa pondération et sa rigueur ». Même le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, consultait régulièrement les avis du CES et disait, en privé, le plus grand bien de Benmoussa. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Côte d'Ivoire - Maroc : sur le Sahara, on a frôlé la crise diplomatique

Côte d'Ivoire - Maroc : sur le Sahara, on a frôlé la crise diplomatique

Youssoufou Bamba, l'ambassadeur ivoirien auprès de l'ONU, a eu des propos sur le Sahara occidental qui ont été désavoués par le président Ouattara en personne.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2709p012_013.xml3 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2709p012_013.xml3 from 172.16.0.100