Extension Factory Builder
13/12/2012 à 19:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Chakib Benmoussa préside depuis février 2011 le Conseil économique et social du royaume. Chakib Benmoussa préside depuis février 2011 le Conseil économique et social du royaume. © Joseph Barrak/AFP

L'ex-ministre marocain de l'Intérieur, Chakib Benmoussa, devrait devenir ambassadeur en France. Une nouvelle étape pour ce technocrate très apprécié.

Choisi pour devenir ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa ne devrait pas attendre longtemps l'agrément du Quai d'Orsay. Le poste était vacant depuis le départ d'El Mostapha Sahel, nommé conseiller royal en octobre 2011. Fines lunettes cerclées, cheveux ras et petite moustache, Benmoussa a le verbe précis. Excellent francophone, formé dans les grandes écoles de l'Hexagone (Polytechnique, Ponts et Chaussées) mais aussi aux États-Unis, au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), il passe pour l'un des plus brillants hommes d'État de l'ère Mohammed VI.

Après une carrière fulgurante dans le monde des affaires, notamment au sein du holding royal ONA, Benmoussa est nommé ministre de l'Intérieur en 2006. En quatre ans, il organise sans anicroche deux rendez-vous électoraux : législatives en septembre 2007 et communales en juin 2009. La campagne de ces dernières est l'occasion d'un bras de fer avec le Parti Authenticité et Modernité (PAM) de Fouad Ali El Himma, autour de l'interdiction de la transhumance des élus. Duel perdu, avec les honneurs.

Pondération

Est-ce la raison de son remplacement lors du remaniement de janvier 2010 ? En tout cas, il faut croire qu'on ne se prive pas longtemps des têtes bien faites au Maroc. Lorsque le roi a voulu donner une première réponse au mouvement de contestation du 20 février 2011, il a installé, dès le lendemain des premières manifestations, un Conseil économique et social (CES) dont la présidence a échu à Benmoussa. Ce dernier a su dynamiser une institution dont la création était restée un voeu pieux durant quinze ans. Une membre du CES témoigne : « Je ne connais aucun autre ingénieur doué de pareils talents littéraires. Chakib a une grande capacité de travail, de synthèse, pour concilier des points de vue en apparence totalement opposés. » Un autre proche loue « ses qualités humaines, sa pondération et sa rigueur ». Même le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, consultait régulièrement les avis du CES et disait, en privé, le plus grand bien de Benmoussa. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex