Extension Factory Builder
13/12/2012 à 19:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Chakib Benmoussa préside depuis février 2011 le Conseil économique et social du royaume. Chakib Benmoussa préside depuis février 2011 le Conseil économique et social du royaume. © Joseph Barrak/AFP

L'ex-ministre marocain de l'Intérieur, Chakib Benmoussa, devrait devenir ambassadeur en France. Une nouvelle étape pour ce technocrate très apprécié.

Choisi pour devenir ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa ne devrait pas attendre longtemps l'agrément du Quai d'Orsay. Le poste était vacant depuis le départ d'El Mostapha Sahel, nommé conseiller royal en octobre 2011. Fines lunettes cerclées, cheveux ras et petite moustache, Benmoussa a le verbe précis. Excellent francophone, formé dans les grandes écoles de l'Hexagone (Polytechnique, Ponts et Chaussées) mais aussi aux États-Unis, au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), il passe pour l'un des plus brillants hommes d'État de l'ère Mohammed VI.

Après une carrière fulgurante dans le monde des affaires, notamment au sein du holding royal ONA, Benmoussa est nommé ministre de l'Intérieur en 2006. En quatre ans, il organise sans anicroche deux rendez-vous électoraux : législatives en septembre 2007 et communales en juin 2009. La campagne de ces dernières est l'occasion d'un bras de fer avec le Parti Authenticité et Modernité (PAM) de Fouad Ali El Himma, autour de l'interdiction de la transhumance des élus. Duel perdu, avec les honneurs.

Pondération

Est-ce la raison de son remplacement lors du remaniement de janvier 2010 ? En tout cas, il faut croire qu'on ne se prive pas longtemps des têtes bien faites au Maroc. Lorsque le roi a voulu donner une première réponse au mouvement de contestation du 20 février 2011, il a installé, dès le lendemain des premières manifestations, un Conseil économique et social (CES) dont la présidence a échu à Benmoussa. Ce dernier a su dynamiser une institution dont la création était restée un voeu pieux durant quinze ans. Une membre du CES témoigne : « Je ne connais aucun autre ingénieur doué de pareils talents littéraires. Chakib a une grande capacité de travail, de synthèse, pour concilier des points de vue en apparence totalement opposés. » Un autre proche loue « ses qualités humaines, sa pondération et sa rigueur ». Même le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, consultait régulièrement les avis du CES et disait, en privé, le plus grand bien de Benmoussa. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2709p012_013.xml3 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2709p012_013.xml3 from 172.16.0.100